Magazine Santé

MÉNOPAUSE: Pourquoi l'accumulation de graisse peut être fatale – Journal of Clinical Endocrinology & Metabolism

Publié le 27 juillet 2015 par Santelog @santelog

MÉNOPAUSE: Pourquoi l'accumulation de graisse peut être fatale  – Journal of Clinical Endocrinology & MetabolismAprès la ménopause, les femmes ont tendance à accumuler plus de graisse autour du cœur, un facteur de risque de maladie cardiaque, révèle cette étude de l’Université de Pittsburgh, soutenue par l’American Heart Association (AHA). La prévention contre cette toute nouvelle constatation, présentée dans le Journal of Clinical Endocrinology & Metabolism, et attribuable aux changements hormonaux, pourrait permettre de sauver un grand nombre de vies.

Car les maladies cardiovasculaires sont la principale cause de décès chez les femmes, en particulier après 50 ans, rappelle l’auteur principal, le Pr Samar R. El Khoudary, professeur au Département Santé publique de l’Université de Pittsburg. Le gain de poids chez les femmes pendant et après la ménopause a longtemps été attribué au vieillissement, plutôt que directement à la ménopause. Cependant, cette nouvelle recherche récente identifie des changements dans la composition et la distribution de la graisse corporelle qui contribuent à expliquer ce risque. En cause, les fluctuations hormonales liées à la ménopause, qui viennent expliquer l’accumulation de graisse viscérale.

C’est d’ailleurs la première étude à avoir regardé cette répartition de la masse graisseuse chez les femmes ménopausées, ici chez 456 femmes, âgées en moyenne de 51 ans et participant à l’étude SWAN (Study of Women’s Health Across the Nation) et ne prenant pas de thérapie hormonale de substitution (THS). Les chercheurs ont pris en compte les facteurs de confusion possibles comme l’âge, l’ethnie, l’obésité, l’activité physique, le tabagisme, la consommation d’alcool, la prise de médicaments et les maladies chroniques. L’analyse constate, avec la diminution des concentrations de l’hormone œstrogène estradiol au cours de la ménopause, l’accumulation de plus grands volumes de "graisse cardiovasculaire". Or, cet excès de graisse autour du cœur et dans le système vasculaire est bien plus préjudiciable que la graisse abdominale, car il provoque une inflammation locale qui peut conduire à la maladie cardiaque.

Un doublement de ces graisses cardiovasculaires est associé à une augmentation de plus de 50% du risque d’événements coronariens. En regard de cette nouvelle constatation, il s’agit de développer des stratégies de prévention pour réduire la  » graisse cardiovasculaire  » chez les femmes, dès la quarantaine, pour réduire leur risque de maladie cardiaque, plus tard dans la vie. Si de précédentes études ont suggéré que la réduction de la graisse du cœur est possible grâce à la perte de poids, cela reste néanmoins à confirmer, expliquent les auteurs. On rappellera ici cette toute récente étude qui montre qu’au moins 1 heure de sport par jour, soit 2 fois plus que les recommandations standard de pratique de l’exercice physique est nécessaire pour une perte de poids chez la femme ménopausée…. Le surpoids est bien un facteur modifiable, mais perdre de la graisse après la ménopause reste un véritable challenge. Il reste donc à identifier les meilleures stratégies d’intervention pour aider les femmes post-ménopausées réduire cet excès de graisse près du cœur.

 C’est donc un nouveau facteur contributeur de risque accru de maladie cardiovasculaire chez les femmes qui vient d’être découvert, et dont la progression au fil de la ménopause doit encore être précisée.

Source: Journal of Clinical Endocrinology & Metabolism 15 Jul 2015 doi.org/10.1210/JC.2015-2110 Cardiovascular Fat, Menopause and Sex Hormones in Women: The SWAN Cardiovascular Fat Ancillary Study

MÉNOPAUSE: Pourquoi l'accumulation de graisse peut être fatale  – Journal of Clinical Endocrinology & Metabolism
Lire aussi:

AVC: La ménopause précoce associée à un risque cardiaque accru -


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Santelog 71170 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine