Magazine Conso

When in Washington D.C. …

Publié le 27 juillet 2015 par Colinebaptista26 @colineseraconte

Premier billet sur ce voyage de début juillet, à Washington D.C.. Un déplacement finalement assez fatiguant, entre la chaleur écrasante et le décalage horaire, le mix de plusieurs langues chaque jour (nos équipes parlant français, anglais et espagnol) me rendant limite analphabète à la fin de la journée (mon cerveau part en vrille à ce rythme-là, je ne sais même plus écrire dans ma langue natale …), bref, ça c’était pour le côté négatif et me plaindre un petit peu.

Parce que sinon, l’énergie débordante qui ressort de chacun de mes séjours américains, où le taux de chômage sur la population que je gère, les ingénieurs, est presque de 0% (en réalité 2% mais c’est parce qu’ils le veulent bien car toutes les entreprises se battent pour les avoir dans leurs effectifs), cette énergie me revigore immédiatement et me fait voir ma vieille Europe autrement et … tristement. Tout n’est pas bon à prendre dans leur système mais les américains n’en changeraient pour rien au monde, en tout cas, pas pour le rendre comme le nôtre. C’est d’ailleurs une des raisons pour lesquelles Obama n’est plus apprécié ici, parce qu’il a mis en place des réformes (le fameux Obama Care notamment) qui n’ont finalement pas enrichi les américains, ce qu’ils attendaient et demandaient. En parlant santé, sachez qu’une radio imprévue ici, malgré une très bonne mutuelle, vous coûtera au moins 4000 dollars de votre poche. Ça calme, non ? Et sachez aussi que la plupart de nos collaborateurs préfèrent nettement avoir moins de vacances et gagner plus, pour décider ensuite, eux-mêmes, de ce qu’ils feront de leur argent. Ils ont le choix du contrat, et même d’être payés à l’heure ou à la journée, et l’ultra-flexibilité ne les effraie pas. Cela aussi, ça calme.

Je crois que j’aurais vraiment du mal à vivre dans ce grand pays, à la mentalité si différente de mon éducation. J’éprouve des sentiments ambivalents face à ce pays où tous les extrêmes se côtoient. J’aime leur envie de dominer le monde, leur fierté d’être américain, leur façon simple de voir les choses mais d’un autre côté, je déteste leur rapport à la nourriture et à la consommation en général (trop, c’est trop!), leur façon de transformer le yoga en compétition, le fait que tout est du business potentiel ou immédiat. Les US et moi, c’est compliqué quoi …


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Colinebaptista26 54 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte