Magazine Sport

Interview Lucie JAMSIN du Team KALENJI.

Publié le 27 juillet 2015 par Thepinkrunner @thepinkrunner
Interview Lucie JAMSIN du Team KALENJI.

Rencontrée lors de la Prom'Classic 2015 où nous n'avions pu échanger, je me suis rattrapé depuis en jouant au jeu des questions - réponses avec la jeune et talentueuse Lucie JAMSIN qui a intégré depuis quelques mois la Team KALENJI!

Interview Lucie JAMSIN du Team KALENJI.
    Tout d'abord Lucie, peux-tu te présenter pour ceux et celles qui ne te connaissent pas encore très bien ?

J'ai 25 ans, j'habite le Nord et je suis Officier de Sapeur pompier. Je suis passionnée de sport depuis mon plus jeune âge. J'ai commencé à 5 ans avec la gymnastique, avant de pratiquer la boxe anglaise et la boxe américaine, le VTT et l'athlétisme. Jusqu'à mes 22 ans, j'ai été multi sports, parce que j'adorais bouger et que je n'arrivais pas à me satisfaire d'une seule activité : Il m'en fallait toujours plus. Et puis, je cherchais surtout le sport qui pourrait satisfaire mon besoin de gagner (et à cette époque, en athlétisme, ce n'était même pas la peine d'y penser !!).

Une fois ma carrière professionnelle lancée, j'étais la plus heureuse puisque j'avais atteint un de mes objectifs. Néanmoins, je me suis rapidement aperçue qu'il y avait une tache noire au tableau : Un de mes rêves d'enfant n'avait pas été réalisé : Celui d'être une sportive de haut niveau. J'ai pensé qu'il me restait encore quelques années pour y parvenir. Alors je suis revenue au sport qui m'avait le plus plu et le plus appris, tant sur moi-même que sur les autres : la course à pieds.

C'est à ce moment là (nous sommes en juin 2012) que je me suis licenciée au Club de Douai Sin Athlétisme pour courir en groupe et progresser. J'ai rapidement été prise en main par Thierry Delannoy (Ancien très bon coureur sur route). J'avais un programme personnalisé, journalier et bi-quotidien. Les progrès sont vite arrivés : 14 ème du cross long des Championnats de France 2013, 3 ème aux France de 10kms sur route, vice championne de France de course de montagne. Et cerise sur le gâteau, une première sélection en Equipe de France, 2013 aura été grande !!

Interview Lucie JAMSIN du Team KALENJI.
    Tu as gagné ta première grande course en 2014 avec le Marathon des Causses, est-ce un vrai tournant dans ta carrière?

Complètement !! M'orienter sur le trail est un choix que j'ai fait avec Philippe Propage (Mon entraineur actuel) fin 2013. Des pépins physiques m'ont empêché de courir mon premier trail en début d'année 2014 comme nous l'avions prévu initialement. Par conséquent, le Marathon des Causses était très important pour moi : c'était ma première apparition sur le trail, je n'avais jamais couru une telle distance. Et puis, j'avais aussi fait des plans sur la comète en lançant mon projet trail, sauf que quasiment un an après cette décision commune avec Philippe, je n'avais toujours pas couru le moindre trail, et donc, je ne pouvais même pas être assurée d'aimer ce type d'épreuve. Ma plus grande crainte était de finir le Marathon des Causses et de me dire : " Finalement, le trail ce n'est pas pour moi " ou " je n'ai pas du tout apprécié ! ".

Après cette course, mon désir de devenir traileuse était confirmé et j'ai donc tourné la page des courses sur route, des cross... pour me préparer à des courses nature, des courses longues, des courses aventures !!

    Tu étais à l'origine une très bonne " routière " avec un très beau chrono en 34'54 ainsi qu'une médaille de bronze aux France de 10kms à Cabriès, qu'est ce qui t'as fait basculer sur le Trail et les courses de montagne ?

Eh justement ! C'est bien cette médaille aux Championnats de France de 10 kms à Cabriès qui m'a ouvert des portes : A l'arrivée de la course, Jean François Pontier (FFA) est venu me voir. Je lui ai évoqué mon envie de me tester sur les Championnats de France de course de montagne. Il m'a largement incité à le faire et, indépendamment du résultat, il m'a proposé de participer au stage de préparation des Championnats d'Europe de course montagne.

Grâce au stage, j'ai vraiment découvert le plaisir de courir en nature, surtout en montagne. Et puis, j'y ai trouvé mon entraineur, des athlètes formidables, un collectif fort et soudé.

Philippe Propage était déjà fortement ancré dans le trail. Il m'a présenté Thierry Breuil et un de ses athlètes nordistes Jérémy Pignard. A eux trois, tant ils me parlaient de la beauté de leur sport, je n'ai pas résisté longtemps à l'appel du trail !!

    Ton meilleur et ton pire souvenir de course ?

Mes premiers championnats de France de course de montagne, sans hésitation ! Cette course réunit à elle seule mon pire mais aussi mon meilleur souvenir !!

Le pire souvenir car je n'ai jamais autant souffert. Je me suis lancé ce défi mais je n'avais aucune idée de ce qui m'attendait, et je n'y étais pas du tout préparée !! (C'était une épreuve de montée sèche).

Dès les premiers hectomètres, j'ai eu mal aux quadriceps (je n'avais jamais ressentie cette douleur si particulière des efforts en montée). Sur du plat, quand on a mal aux jambes, on lève un peu le pied, et ensuite, on peut repartir. Là, c'était complètement différent, je n'ai jamais réussi à soulager mes muscles. Je marchais parfois, la douleur revenait dès la reprise de la course. Et puis ces mollets qui tirent !!! C'était affreux.

Pour autant, je savais ce que j'étais venue chercher, c'est ce qui m'a emmené jusqu'en haut.

Je voulais ABSOLUMENT finir dans les 4 premières françaises pour réaliser mon rêve : Etre sélectionnée en Equipe de France !!

Etant donné que je n'ai jamais su quelle était ma position dans la course et que je ne me faisais pas doubler, je me suis battue jusqu'au bout, en gardant l'espoir d'un miracle !!

Quand j'ai compris à l'arrivée que j'étais la 2 ème Française ... et donc sélectionnée pour les Championnats d'Europe, c'était juste magique !! Mon plus beau souvenir !!

    Tu as intégré le Team KALENJI en Octobre 2014 pour 3 ans, qu'attends-tu de ce partenariat?

Des millions de choses !!! (Rires). Non, simplement, j'attends surtout un soutien, tel qu'il soit. Cela passe par une présence quand tout va bien et que nous sommes au plus haut, mais aussi quand nous traversons des moments difficiles. Car c'est ce qui arrive, souvent, en course à pieds. Au cours de la même année, on peut être capable du meilleur parce que l'on s'est préparé et que la forme et là ; mais aussi du pire quand on se blesse ou que la forme décroit. Et malgré cela, il faut persévérer et trouver la force de repartir. Lorsque l'on se sent bien entouré et que l'on a la confiance de l'entourage (Famille, amis, entraineur et sponsor), alors on ne se pose plus de questions, on laisse passer la vague et on y retourne.

Interview Lucie JAMSIN du Team KALENJI.
    Quelles sont tes relations avec Thierry BREUIL au sein du Team Kalenji ?

Thierry Breuil et moi avons le même entraineur, Philippe. Et c'est ce qui nous a rapprochés au départ. Et puis, le contact est très bien passé tout de suite car Thierry a une très grande expérience à partager, et il le fait volontiers. Nous nous téléphonons fréquemment pour échanger, et j'apprends beaucoup de lui. C'est un plaisir de pouvoir échanger et de partager cette même passion.

Je m'entraine pour marcher dans ses traces, et obtenir un si beau palmarès !!

Interview Lucie JAMSIN du Team KALENJI.
    As-tu participé à l'élaboration de nouveaux produits Trail chez Kalenji depuis ton arrivée ?

Non, pas particulièrement mais j'espère que ca viendra. En attendant, je fais des retours produits sur ce qui peut être amélioré. Je participe à des journées d'échange avec l'équipe. C'est dans ces moments là que je partage mes idées, ma vision de la course et mes attentes envers les produits.

    Comment fais tu pour concilier ton job de pompier et l'entraînement d'un athlète de haut niveau comme toi ?

Il faut être un peu organisé pour le faire mais ça se passe plutôt bien. Le matin, je n'ai pas le temps de caser une sortie alors je m'entraine le midi pendant ma pause repas. Ca me permet de placer une séance d'une heure et demi maximum. Ensuite, il me reste 30 minutes pour la douche et le repas. Je retourne à l'entrainement le soir ou je rentre à la maison pour une séance en intérieur (Renforcement musculaire, vélo...).

    Quels sont tes principaux objectifs pour cette nouvelle saison 2015?

Disons que la saison 2015 a mal commencé pour moi. J'ai enchainé une aponévrosite plantaire avec une fracture de fatigue sur le même pied, ce qui veut dire qu'aujourd'hui, je reprends tout juste l'entrainement après des mois de galère. Pendant toute cette période de convalescence, je me suis entrainée tous les jours, en transformant mes sorties course par du vélo et de l'aquajogging. J'en ai profité aussi pour me renforcer musculairement. Je ne suis donc pas inquiète pour la suite. J'espère pouvoir m'aligner dans de bonnes conditions aux Championnats de France de trail long fin septembre au Mont-Dore. Avant cela, il y aura un ou deux trails de préparation et surtout une grosse semaine de travail au Mont-Dore du 8 au 15 aout afin de reconnaitre l'intégralité du parcours et de se l'approprier.

E n octobre, je participerai au Festival des Templiers.

    Comment définis tu ton calendrier ? Qui est ton entraîneur ?

Mon calendrier est fixé avec Philippe Propage. On cale les grands rendez-vous et on jongle entre les Championnats, les Interclubs et les courses phares sur lesquelles on veut être présent. Dès que les grandes lignes sont définies, on choisit les courses de préparation, les courses " plaisir " ou courses locales.

Interview Lucie JAMSIN du Team KALENJI.
    Peux tu nous parler des plus que t'apportent tes différents sponsors en dehors du domaine financier bien sûr ?

Mes sponsors me donnent leur confiance, et ça, ça vaut tout l'or du monde !! Dès mes débuts, ce sont mes parents qui m'ont soutenu, et puis, il y a eu Philippe. Maintenant, j'ai la chance d'avoir tout un groupe de personnes qui m'accompagne, me soutient, suit mon parcours. C'est une belle récompense. Et là où c'est encore plus incroyable, c'est que je ne ressens jamais de pression. Kalenji, mon principal partenaire est génial pour cela. Quand je suis moins bien (et c'est le cas en ce moment), ils suivent les étapes du processus de guérison et ils me conseillent la prudence : Ne pas reprendre trop vite, pour mieux rebondir ensuite !!

De plus, ce qui est super avec Kalenji, c'est qu'il n'y a aucune obligation de compétition, je gère mon calendrier comme je l'entends et je participe bien volontiers aux courses dont ils sont partenaires.

Kalenji, c'est tout simplement une très belle aventure, de part son accueil, les membres qui la composent et les différents événements au cours de l'année auxquels nous participons.

Le dernier point, et ce n'est pas des moindres, c'est que la marque nous permet de faire un retour produit sur les tenues, les chaussures et accessoires. Lorsque l'on signe chez Kalenji, on devient athlète-partenaire, et à ce titre, on entre dans une démarche de perfectionnement des produits. On attend de nous que l'on teste, qu'on juge et qu'on dise clairement tout ce qui ne va pas. Je trouve très gratifiant qu'une marque prenne réellement en compte l'avis de ses consommateurs, alors je suis fière de pouvoir y participer !!

    Quelle est la course que tu rêves de gagner un jour ?

En tant que traileuse, je rêve bien sûr de gagner les Templiers ; et je ferai de mon mieux pour les gagner tant que je courrai sous les couleurs de Kalenji, et tant que la marque sera partenaire de l'événement. Ensuite, je rêve de courir des ultra-trails et de gagner les courses mythiques de la discipline.

    Parmi les innovations (électro-simulation, contention, produits énergétiques...), qu'elle est celle que tu utilises le plus ?

J'utilise l'électro stimulation surtout quand je suis vraiment dans l'incapacité de faire la moindre séance de sport (Blessure immobilisante, emploi du temps trop chargé...). Je l'utilise peu en récupération.

Je n'utilise pas pour le moment les contentions.

Concernant les produits énergétiques, j'ai la chance d'avoir une nutritionniste qui me suit au quotidien (Aurore Vial de SPORT DIET). Avec elle, je travaille beaucoup sur l'alimentation journalière mais aussi sur les produits d'effort. Nous sommes d'accord pour utiliser des produits naturels plus qu'industriels. Par exemple, depuis mes essais désastreux de boisson d'effort au Marathon des Causses, je cours avec une boisson fait maison à base de jus de raisin, et tout va bien. Côté alimentation, je prends des gels et barres amandes du commerce mais je valorise aussi les fruits secs, les bananes et autres produits naturels.

    Suis tu un programme diététique particulier ? Quel est-il ?

Avant de connaitre Aurore et de travailler avec elle, je faisais très attention à ce que je mangeais, peut être trop parfois, ce qui a pu être néfaste sur mon organisme. Depuis que je suis le programme nutritionnel SPORTDIET, je sais que j'apporte tout ce dont le corps a besoin pour bien fonctionner.

Au quotidien, je fais très attention à ce que je mange, tant en qualité qu'en quantité : Des repas équilibrés en fait. Pour autant, je n'ai pas l'impression de me priver de quoi que ce soit, et j'essaie de trouver des produits compensatoires quand le besoin s'en fait sentir.

Pour vous donner un exemple, moi qui suis folle de chocolat, je le remplace très souvent par une cuillère de cacao pur dans mon café. Je retrouve donc le plaisir du goût chocolaté, et je profite des vertus du cacao et de sa richesse en magnésium.

Interview Lucie JAMSIN du Team KALENJI.
    Quelle est ta semaine d'entraînement type ?

Une semaine d'entrainement type comprend des entrainements 6 jours sur 7 (1 jour de repos obligatoire). Le programme compte entre 6 et 10 séances pour une centaine de kilomètres à pieds, auxquels s'ajoute une centaine de kilomètres à vélo.

Aujourd'hui, je suis devenue adepte de l'entrainement croisé course à pieds-vélo ou course à pieds-aquajogging car les résultats sont très encourageants. Ce type d'entrainement permet de faire un volume d'entrainement intéressant, tout en préservant les articulations et les muscles.

Sur une semaine type, nous pourrions être sur :

Un jour de repos

Une séance de VMA courte ou une séance de côtes

Une séance de seuil

Une sortie longue de 1h15 à 3h

Une sortie longue VTT (4h et plus)

Une séance de piscine ou aquajogging

Des footings de récupération, lents voire même très lents.

    Quel est ton plus beau parcours d'entraînement, de course ?

Mes plus beaux parcours d'entrainements sont ceux que j'ai pu réaliser au cours de mes voyages. Le plus souvent seule, j'aime courir dans des endroits que je ne connais pas, sans savoir ce que je vais découvrir. C'est dans ces moments là que l'on tombe sur des merveilles de la nature.

    Pour conclure, question piège, regrettes-tu les courses sur route ?

Effectivement, les courses sur route représentent de très bons souvenirs. C'est sur ces distances que j'ai connu mes premiers bonheurs de sportive. Et c'est grâce aux 10kms que tout a commencé. Pour autant, je vis très peu avec mon passé et j'aime aller de l'avant. Je ne garde en mémoire que les très bons moments. Alors, non je ne regrette pas du tout mon choix d'avoir basculé sur le trail, et ce, pour plusieurs raisons.

La première, c'est que selon moi, le 10 kms n'est pas une discipline en soi. Le plus souvent, les athlètes qui courent très bien le 10 kms sont des crossmens l'hiver, et des pistards l'été. Or, ce n'était pas mon cas (je suis absolument nulle en vitesse, inutile de me mettre sur une piste pour un 1500m ou un 3000m, rires). Ainsi, je pense que j'aurai vite atteint mes limites sur le 10 kms et que je n'aurai pas pu m'épanouir sur les autres disciplines.

La deuxième chose, c'est que je suis bien meilleure en endurance et que j'aime les défis. Je trouve bien plus amusant de courir en nature, loin du chrono, pendant des heures, en gérant l'alimentation, l'hydratation et sans savoir ce qu'il peut réellement arriver ; plutôt que de tourner autour de la piste pour grappiller quelques secondes (une torture pour moi !!).

Pour finir, l'esprit trail correspond très bien à mon état d'esprit : autonomie, liberté, goût de l'aventure et de l'effort, domination de soi, partage.

Interview Lucie JAMSIN du Team KALENJI.

Alors, finalement, devenir traileuse était une évidence !!


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Thepinkrunner 14695 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine