Magazine Politique

Transition énergétique, la France devra redoubler d’efforts

Publié le 25 juillet 2015 par Blanchemanche
#Transitionénergétique

Le commissariat général au développement durable a publié vendredi 24 juillet le bilan énergétique de la France pour 2014, le document de référence qui sert à l’élaboration de toutes les politiques publiques en matière d’énergie.


Les tendances sont bonnes, mais il va falloir « intensifier les efforts » pour tenir les objectifs de la loi sur la transition énergétique, a affirmé vendredi 24 juillet Laurent Michel, directeur de l’énergie et du climat au ministère de l’écologie.

DES OBJECTIFS AMBITIEUX

La loi sur la transition énergétique qui a été adoptée définitivement mercredi 22 juillet a fixé des objectifs ambitieux pour l’évolution du système énergétique : réduction de 40 % des émissions de gaz à effet de serre en 2030 ; réduction de 30 % de la consommation d’énergies fossiles ; réduction de 50 % de la consommation d’énergie en 2050 ou encore augmentation de la part des énergies renouvelables à 32 % de la consommation finale en 2030…> À lire aussi : La taxe carbone devrait fortement augmenter

DES SIGNES ENCOURAGEANTS

Au regard de ces objectifs, le bilan énergétique annuel de la France pour 2014, publié vendredi 24 juillet, présente des signes encourageants. Ainsi, la production d’électricité d’origine solaire a bondi de 25 % entre 2013 et 2014, et la production éolienne de 7 %.

UNE TENDANCE À LA BAISSE DES CONSOMMATIONS

De même, la consommation d’énergie a tendance à diminuer structurellement. En mettant de côté l’effet des variations saisonnières – en l’occurrence, un hiver très doux en 2014 qui a nettement réduit le besoin de chauffage – la quantité nécessaire d’énergie pour produire un euro de valeur ajoutée en France a baissé de 0,8 % en 2014.

DES ÉMISSIONS DE GAZ À EFFET DE SERRE EN BAISSE

Autre signe encourageant, bien que très lié à la conjoncture : les émissions françaises de gaz à effet de serre ont chuté de 9% l’an dernier, grâce à une réduction de l’usage de combustibles fossiles pour le chauffage. Au total, les émissions de gaz à effet de serre ont baissé de 16% en France depuis 1990.

DES EFFORTS À FOURNIR

Reste qu’il va falloir accélérer le rythme pour tenir les objectifs ambitieux de la loi adoptée mercredi et qui prévoit à cet effet de multiples mesures d’accompagnement. Ainsi, d’après les experts du ministère de l’écologie,  le rythme de diminution du taux d’intensité énergétique devrait à terme se situer autour de 2% par an, au-delà du taux de 0,8% enregistré l’an dernier.

D’ÉLECTRICITÉ RENOUVELABLE EN 2030

Le déploiement des énergies renouvelables devra lui aussi être accéléré. Ainsi, les énergies renouvelables (solaire, éolien , hydraulique, biomasse) ont fourni 18,4% de l’électricité consommée en France en 2014, alors que la loi fixe un objectif de 40% en 2030.> À lire aussi : L’éolien a de nouveau le vent en poupe

NUCLÉAIRE : RÉDUCTION DE LA PART DE MARCHÉ DE 50 % À L’HORIZON 2025

Quant à l’énergie nucléaire, elle a délivré 77% de la production d’électricité en France l’an dernier, en hausse de 3% par rapport à l’année précédente « grâce à un taux de disponibilité du parc nucléaire élevé ».La loi prévoit de réduire cette part de marché à 50% à l’horizon 2025. Pour Laurent Michel, il n’est pas encore possible de traduire cette baisse par un nombre précis de réacteurs nucléaires promis à la fermeture.

PAS DE CHIFFRE « MAGIQUE » POUR LES RÉACTEURS

« Il n’y a pas de chiffre magique », a-t-il précisé vendredi 24 juillet. De nombreux facteurs interviennent en la matière  : évolution de la demande d’énergie, montée en puissance des énergies renouvelables, transfert d’usage des énergies fossiles vers l’électricité (par exemple avec le déploiement des véhicules électriques), etc

LA PPE, UN NOUVEL OUTIL

Les conséquences de ces différentes évolutions sur le parc nucléaire seront traduites dans la « programmation pluriannuelle de l’énergie » (PPE), prévue par la loi. Ce nouvel outil de gouvernance - chargé de mettre en musique l’évolution du bouquet énergétique de la France - sera revu tous les cinq ans. la première devrait être présentée au conseil national de la transition énergétique avant la fin de l’année.

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Blanchemanche 29324 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines