Magazine

Mauvais tours de France

Publié le 26 juillet 2015 par Despasperdus

Aujourd'hui, c'est l'arrivée du tour de France, une manifestation pseudo sportive que je ne suis plus depuis des années.

fermeture26072015.JPG

La surabondance de superlatifs dans la presse spécialisée ou générale pour commenter des exploits douteux et la débauche publicitaire de la caravane du Tour, sans oublier le dévoiement du service public de la télévision dans cette mascarade ont achevé ce qu'il me restait de curiosité pour "suivre" le Tour...

fermeture2607015.JPG

Pendant ce temps-là, le gouvernement Valls continue son œuvre de régression sociale avec la loi sur le dialogue social :

« La logique de simplification portée par le patronat et suivie par le gouvernement et les parlementaires, tourne le dos à la citoyenneté au travail pourtant essentiel à l'efficacité économique et sociale. La fusion des instances représentatives du personnel, la fragilisation du CHSCT par voie de conséquences vont reléguer les enjeux du travail et de sa nécessaire transformation aux questions subsidiaires, y compris malheureusement, dans les entreprises à risque (Seveso). La possibilité de négocier les salaires ou l'égalité femmes/hommes tous les 3 ans au lieu d’annuellement, au-delà d’être une mesure scandaleuse, constitue un recul majeur pour les salariés. »

Nul besoin de commenter plus cette loi dont le titre est un oxymore, pratique habituelle des néolibéraux pour enfumer les salariés.

fermeture260715.JPG

A propos d'enfumage, il faut bien évoquer la politique écologique du gouvernement ou, plus exactement, son absence. Alors que la pollution de l'air représente un coût sanitaire de près de 100 milliards d'euros par an selon une commission du Sénat et une terrible menace pour la santé, la circulation automobile est favorisée au détriment du rail avec les bus Macron et l'abandon des projets de ferroutage visant à interdire la traversée du pays par les poids lourds. Le gouvernement Valls n'est pas à la hauteur des enjeux, il manque de courage face au lobby routier :

« En période de restrictions budgétaires, qu’attendent donc les gouvernements européens pour agir contre la pollution ? Pour la France, la sénatrice écologiste Leila Aïchi émet déjà une série de propositions : mettre fin à l’avantage fiscal au diesel, particulièrement polluant, envisager une taxe sur les émissions d’azote, d’oxydes d’azote et de particules fines, ou encore développer le fret ferroviaire. »

Pendant ce temps-là, Marisol Touraine enfume avec sa croisade en faveur des paquets neutres de cigarettes et Ségolène Royal pratique le greenwashing en matière de transition énergique.

fermeture2672015.JPG

La baisse du livret A à un taux historiquement bas porte aussi un coup à la transition énergétique. Elle démontre que le gouvernement ne veut pas favoriser une épargne sécurisée, socialement utile et populaire, mais trop peu rentable pour les banquiers. Cette baisse incitera les épargnants à se diriger vers des produits financiers spéculatifs qui alimentent les bulles financières :

« Plusieurs organisations syndicales, associations de locataires et pour le droit au logement ne partagent absolument pas cet optimisme. Vu le faible taux d’intérêt, ils craignent que l’épargne continue de se réorienter vers des placements plus lucratifs, comme l’assurance-vie. La baisse du taux menacerait ainsi « les capacités de financement du logement social et des besoins d’intérêt général (transports en commun, université, hôpitaux...). Elle ne profitera ni aux classes populaires qui y placent leurs économies et celles de leurs enfants, ni aux locataires HLM, qui n’ont jamais vu leur loyer baisser malgré la baisse quasi ininterrompue du taux du Livret A depuis 1981 » »

On est loin du discours du Bourget : le lobby de la finance se frotte les mains.

fermeture267015.JPG

En cette fin de semaine, c'est au tour du lobby de l'industrie agricole de se réjouir. La FNSEA est passée à l'offensive. Des agriculteurs ont bloqué, non pas la France, mais des coins stratégiques ou emblématiques du pays. Bizarrement, les médias qui sont aux mains des oligarques n'ont pas dénoncé la prise d'otages ou l'impunité des auteurs d'éventuelles dégradations de biens publics ou menaces sur des personnes. Les mêmes médias dominants, si soucieux des déficits publics, ne se sont pas non plus insurgés contre les nouvelles aides publiques aux filières de la viande et du lait... Entre propriétaires, on se comprend : les affres du capitalisme et de l'austérité doivent être strictement réservées aux classes populaires et moyennes.

Je précise que je ne mets pas tous les agriculteurs dans le même sac, mais, force est de reconnaître que les plus modestes sont bien mal représentés et défendus par la FNSEA, une sorte d'Etat dans l'Etat qui les pousse à se suréquiper et à se surendetter pour fournir des produits à bas prix à l'industrie agroalimentaire et des agrocarburants. Au cœur de ce système, Xavier Beulin, principal industriel du secteur et président dudit syndicat agricole !

Dans cette crise, gouvernement Valls a choisi la facilité en reprenant l'essentiel des revendications de la FNSEA. Ce faisant, il n'a pas saisi cette occasion pour inciter les reconversions vers l'agriculture biologiques et les circuits courts. Il maintient donc le modèle productiviste agricole à bout de souffle, si peu respectueux de la qualité de la production, de la préservation de l'emploi et de l'environnement.

fermeture26715.JPG

Que dire de plus, sinon que la période estivale est favorable aux mauvais tours du duo Hollande-Valls contre l'intérêt général ?


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Despasperdus 4931 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte