Magazine Humanitaire

Colombie : le sabotage des infrastructures pétrolières empoisonne la population

Publié le 27 juillet 2015 par Cmasson

En juin dernier, l’oléoduc transandin a été visé par des attaques à l’explosif qui ont entraîné la contamination des rivières Caunapí, Rosario et Mira. En réponse, plusieurs communautés ont mis en place des puits et des réservoirs, mais avec de l'eau contaminée impropre à la consommation. Dans ce contexte, on s’attend à une forte augmentation des maladies diarrhéiques et des infections respiratoires survenant surtout chez les enfants, ainsi que des maladies de peau et des infections des parties génitales. C’est pourquoi les équipes d'Action contre la Faim mettent en place une assistance d'urgence à la population affectée de Tumaco afin de réduire le risque de maladies à transmission hydrique, avant que les conditions ne s’aggravent.

  

Double impact

« Avant que les sources d’eau ne soient contaminées par la présence d’hydrocarbures, les mêmes communautés avaient été affectées par des inondations en mai dernier et n’avaient pas reçu d’aide en raison de l'intensification des combats dans la région. Les populations ont désormais perdu leurs sources d'eau potable et consomment quotidiennement de l'eau contaminée », explique Nestor Arteaga, coordinateur de l'eau et l'assainissement pour Action contre la Faim en Colombie. « Les personnes ayant le moins de ressources sont les plus touchées. En particulier les communautés d’origine africaine, et notamment les femmes dont la charge de travail et les besoins sont multipliés » poursuit Nestor Arteaga.

La sécurité alimentaire menacée

80% des familles qui dépendent de la pisciculture, du ramassage des coquillages et de la pêche de crevettes ont perdu la totalité de leurs récoltes. « Nous avons constaté qu'un grand nombre d'enfants montrent des signes de maladies respiratoires, des champignons, des allergies, des éruptions cutanées, des maux de tête et des diarrhées. Actuellement, ils ne peuvent compter que sur eux-mêmes » explique Juliana Ruiz, travailleuse humanitaire au sein d'Action contre la Faim en Colombie. « La présence d’hydrocarbures persiste, malgré les mesures d'assainissement. Pendant ce temps, les adultes et les enfants continuent de boire et de se laver dans les rivières. »

Les communautés de Tumaco et Canaupí ont continuellement été affectées par le conflit armé. Les fréquentes restrictions de navigation sur la rivière, seul moyen de communication entre les villages et sous le contrôle de groupes armés, sont des obstacles majeurs pour accéder à la zone.

Il faudra un certain temps avant que l’eau des rivières ne soit à nouveau consommable. « Le nombre total de personnes touchées pourrait encore augmenter. Il est impossible de placer des barrages de confinement et de commencer le nettoyage en raison des difficultés d’accès à la rivière, et ce pour des raisons de sécurité. Des nappes de pétrole continuent à s’écouler et affectent d'autres communautés", ajoute Juliana Ruiz.

Action contre la Faim travaille à l’amélioration de l'accès aux sources d'eau potable et celle des conditions sanitaires grâce à la distribution de filtres, de réservoirs et de réservoirs d'eau, de moustiquaires et de kits d'hygiène. Des formations pour améliorer les pratiques d'hygiène sont dispensées. « Action contre la faim fait partie des structures de coordination avec les autorités locales et les agences des Nations Unies, cela nous permet d'avoir une présence accrue et plus efficace dans la région » ajoute José Luis Barreiro, directeur des opérations d’Action contre la Faim en Colombie. « En tant qu'organisation humanitaire, nous fonctionnons selon les principes de neutralité et d'indépendance, nous espérons que des mesures seront prises pour trouver une solution au conflit et éviter les situations qui ajoutent de la souffrance à la population civile. »

« Après cette première phase d'urgence, nous travaillons déjà sur la conception d’actions visant à améliorer la qualité de l'eau provenant d'autres sources, tels que les systèmes de collecte des eaux pluviales. »


Photographie © ACF Spain

Contact presse:
Agnes VARRAINE-LECA – avarraineleca@actioncontrelafaim.org
01 70 84 72 22 / 06 70 01 58 43


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Cmasson 71342 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossiers Paperblog