Magazine Santé

OBÉSITÉ: La molécule qui mimait la pratique de l'exercice – Chemistry & Biology

Publié le 28 juillet 2015 par Santelog @santelog

OBÉSITÉ: La molécule qui mimait la pratique de l'exercice – Chemistry & BiologyLe mimétisme moléculaire au service de la lutte contre le diabète et l’obésité ? C’est ce que nous proposent ces chercheurs de l’Université de Southampton : une molécule qui mime un effet de l’exercice, en activant un capteur d’énergie cellulaire, AMPK (même en l’absence de tout exercice). Avec ces preuves d’efficacité chez la souris, cette molécule semble prometteuse pour le développement d’un médicament ciblant la fameuse voie AMPK, déjà suivie par de nombreuses équipes de recherche qui travaillent sur les médicaments de perte de poids.

OBÉSITÉ: La molécule qui mimait la pratique de l'exercice – Chemistry & Biology
La nouvelle molécule, appelé « composé 14  » (compound 14) inhibe la fonction d’une enzyme cellulaire appelée ATIC, impliquée dans le métabolisme, ce qui conduit à l’accumulation d’une molécule appelée  » ZMP  » dans les cellules. Face à l’augmentation des niveaux de ZMP, les cellules s’imaginent qu’elles sont à court d’énergie et activent le capteur d’énergie central AMPK, tentant  ainsi d’augmenter leurs niveaux d’énergie par absorption de glucose et accélération du métabolisme.

Les chercheurs constatent ainsi que l’activation d’AMPK avec le composé 14 conduit à une réduction des taux de glycémie à jeun, à l’amélioration de la tolérance au glucose et favorise la perte de poids chez des souris obèses.

Le Pr Ali Tavassoli, professeur de biologie chimique à l’Université de Southampton qui a découvert et développé le composé 14, avec son équipe, commente ces résultats : « Il y a de nombreuses preuves issues d’études précédentes des effets positifs d’une activation sélective d’AMPK dans le traitement de plusieurs maladies, dont le diabète de type 2, un processus qui revient à mimer certaines conséquences de l’exercice dont l’augmentation de l’absorption du glucose et de l’oxygène par les cellules. Notre molécule active l’AMPK en modifiant le métabolisme cellulaire, et en cela s’avère très prometteuse pour le développement d’un nouvel agent thérapeutique « .

Des résultats déjà prometteurs sur la souris : Lorsque les chercheurs donnent cette molécule à 2 groupes de souris, l’un nourri avec un régime alimentaire normal, l’autre avec un régime riche en graisses qui finit par les rendre obèses et intolérants au glucose,

chez les souris obèses,

·   une seule dose du composé 14 permet d’abaisser la glycémie,

·   au bout de 7 jours d’améliorer la tolérance au glucose et entrainer une perte de poids d’1,5 grammes, soit 5% du poids corporel.

·   Le composé 14 n’a pas d’effet sur le poids des souris soumises à un régime alimentaire normal.

En conclusion, chez la souris, cette nouvelle molécule semble réduire les niveaux de glucose et dans le même temps le poids corporel, mais seulement si le sujet est obèse. Les chercheurs prévoient maintenant d’examiner l’effet du traitement à long terme et son mode d’action dans l’amélioration de la tolérance au glucose et la perte de poids. Si confirmée comme sûre, cette molécule pourrait donner lieu à un nouveau médicament  prometteur, pour la gestion du diabète et de l’obésité.

Source: Chemistry & Biology July 2, 2015 DOI: 10.1016/j.chembiol.2015.06.008 AMPK Activation via Modulation of De Novo Purine Biosynthesis with an Inhibitor of ATIC Homodimerization

OBÉSITÉ: La molécule qui mimait la pratique de l'exercice – Chemistry & Biology
Plus d’études autourd’AMPK


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Santelog 70292 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine