Magazine Santé

Le feederisme, une pratique à risque

Publié le 28 juillet 2015 par Antoinemoulin @medecinsurinter

Notre société contemporaine a l’habitude de vanter un corps musclé, sculpté comme un objet. L’idéal de la beauté féminine prône une taille de guêpe, les publicités et autres nous montrent des mannequins aux jambes effilées qui n’en finissent pas. Cette obsession de la minceur entraine bien des troubles du comportement alimentaire comme l’anorexie par exemple.

A l’extrême opposé au niveau des kilos, il existe ce que l’on appelle le feederisme : le plaisir de grossir, de manger à outrance pour prendre du poids. Explications sur une pratique sociale peu connue mais véritablement dangereuse.

Le rêve d’obésité

Dans une société où quelques kilos pris représentent un petit drame pour certains, où l’on fait attention à « sa ligne », cela doit en surprendre plus d’un d’apprendre que certaines personnes rêvent d’être obèses ou que d’autres souhaitent voir et faire grossir leur partenaire. On les appelle respectivement feedee et feeder, termes anglophones.

Le premier désir grossir et dans certains cas se faire gaver, le second fantasme sur les rondeurs et dans certains cas force l’autre à manger.

Cette relation dangereuse rencontrerait de plus en plus d’adeptes au regard des forums et autres sites dédiés à cette pratique. Les adeptes y échangent des recettes et conseils pour grossir plus vite, décrivent leurs expériences, cherchent à se rencontrer pour former un couple feeder / feedee…

Pratique toujours marginale en Europe, elle rencontrerait un succès plus important aux Etats-Unis où l’obésité est déjà entrée dans les mœurs et est plus acceptée socialement.

En plus des « Feeder » et « Feedee » on parle également de « Gainer » pour définir une personne qui prend du poids de manière volontaire mais individuellement et de « Foodee » pour celle qui aime manger à outrance : manger est ce qui importe (pas la prise poids).

Feederisme une pratique dangereuse

Le feederisme est souvent basé sur une relation sadomasochiste où il y a un dominant et un dominé où s’installe une relation de dépendance. La sexualité jouerait également un rôle important dans cette relation où l’amour des formes deviendrait pathologique.

L’obésité en général et le feederisme en particulier est en effet considéré par certains professionnels de santé et notamment des psychologues comme une réaction à une stigmatisation, à une marginalisation sociale, à une souffrance individuelle. Certains n’hésitent pas à parler d’assassinat commandité, la pratique poussée à l’extrême entraine l’immobilité physique. L’obésité est en effet considérée comme une maladie et souvent interprétée comme un appel à l’aide par le corps médical.

Une étude menée à l’échelle internationale et publiée dans The Lancet, revue scientifique médicale britannique, estime que l’obésité serait responsable de la mort de 3,4 millions de personnes au cours de l’année 2010. Ces tristes chiffres ne devraient pas s’améliorer car les prévisions de l’OMS concernant l’obésité en Europe sont alarmantes. L’organisation internationale met en garde contre une probable « épidémie d’obésité »pour 2030 si rien ne change.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Antoinemoulin 1140 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine