Magazine Culture

JACO VAN DORMAEL travaille sur son prochain projet avec Thomas Gunzig

Publié le 18 août 2015 par Misteremma @misteremma

Ce lundi 17 août 2015, j'ai rendez-vous avec Jaco Van Dormael. Le distributeur belge du film Le Tout Nouveau Testament a organisé une grosse journée presse au Be Manos Premier, chaussée de Charleroi à Bruxelles. Thomas Gunzig, Yolande Moreau, Benoît Poelvoorde et de nombreux autres acteurs ont pris possession de l'hôtel. Certains se trouvent dans la bibliothèque, d'autres dans un salon. Jaco, lui, est dans une chambre.

En attendant mon tour, je discute projets avec le co-scénariste du film, Thomas Gunzig. En avril dernier, il m'avait déclaré toute son horreur pour le Festival de Cannes où il devait se rendre avec toute l'quipe pour présenter Le Tout Nouveau Testament à la Quinzaine des Réalisateurs. ( revoir la vidéo)
Conclusions : après coup, Thomas y retournerait bien à Cannes. Son séjour fut nettement moins douloureux que prévu et, au contraire, très agréable.

Je quitte le hall d'entée et Thomas pour arriver dans une suite au premier étage. Jaco Van Dormael me dit " bonjour" , je lui demande " Comment s'est passé ton retour de Cannes ? " et me répond " en avion " ! Le ton est donné.

Dans Le Tout nouveau Testament, Dieu existe. Il habite à Bruxelles. Il est odieux avec sa femme... et sa fille. Ea, dix ans, décide de balancer par SMS les dates de décès de tout le monde pour se venger de son père. On retrouve dans ce film tout l'univers coloré du réalisateur, un film d'amour avec beaucoup d'humour à la belge... mais justement c'est quoi un film Belge ?

Un film tourné en Belgique avec des belges.

Mais encore ? C'est juste un film tourné avec des belges ou il a une saveur particulière ?

Il n'y a pas d'industrie. On ne nous demande rien. Donc, tous les films qui sont générés sont faits par des gens qui veulent faire un truc un peu dingue, c'est-à-dire faire un film que personne n'attend et dont l'industrie n'a pas besoin. On ne fait pas des films parce qu'il faut les mettre dans un tuyau parce qu'il n'y a pas de tuyau ! Donc tous les films que l'on fait en Belgique n'a pas la forme d'un tuyau, ça a la forme de fleurs, de triangles mais pas la forme ronde du tuyau. Ça fait donc des films un peu étranges.

Dans chacun des films du réalisateur, on retrouve de grands noms du cinéma comme Daniel Auteuil, Miou-Miou, Jared Leto, Diane Kruger et, ici, Catherine Deneuve qui joue le rôle d'un apôtre qui, après avoir testé le réseau de la prostitution masculine, tombe amoureuse d'un gorille. Fallait oser !
Faut-il prendre des grands noms pour faire un film ?

Dans les grands noms, il y a des grands acteurs. Quand je demande à Catherine Deneuve de faire le rôle, je sais que ça va dégommer. Catherine est quelqu'un qui n'a peur de rien. Elle a beaucoup d'humour. Elle a fait ça en prenant beaucoup de plaisir et en riant beaucoup. Quand je demande à Ben de faire Dieu, je sais que ça va être très bien car c'est un gars adorable dans la vie qui fait très bien les méchants.

Dans la filmographie du réalisateur belge, on compte 3 films depuis Toto le Héros en 1990 : Le Huitième Jour (1996), Mr Nobody (2009) et aujourd'hui Le Tout Nouveau Testament qui sortira le 2 septembre 2015 dans les salles belges (9 octobre 2015 en France). Comment se passe le processus de création ?

Quand je fais un film, un, je ne sais pas pourquoi je le fais; deux, je ne sais pas quel est le processus; et, trois, je ne sais pas quel est le résultat. C'est-à-dire que ce que je cherche c'est de faire quelque chose qui soit beau. Je ne sais pas comment on fait un truc beau. Donc, je cherche, je cherche et, à un moment donné, je me dis " ah c'est beau " mais je ne sais pas pourquoi c'est beau mais je sens que c'est beau. C'est comme tomber amoureux d'une femme, je me dis " tiens, je me sens amoureux " mais je ne sais pas pourquoi. Je cherche donc la beauté et quand je me dis que c'est beau, je m'arrête là mais le processus reste mystérieux pour moi. Je ne fais pas des choses pour ceci ou pour cela, je les fais par jouissance.

Jaco Van Dormael est un réalisateur qui prend donc le temps pour réaliser un film.

Aller à ma vitesse, c'est déjà travailler tous les jours... et de temps en temps ne rien foutre ce qui est mon occupation préférée mais dès que je ne fous rien, j'ai une idée.

Donc il y a déjà une idée pour le prochain ?

On travaille avec Thomas sur une adaptation.

Thomas Gunzig pourrait donc bien accélérer le processus de fabrication...

C'est pas seulement ça. Thomas m'a permis d'augmenter la qualité et d'aller plus loin. Avec Thomas, nous avons trouvé un style qui nous est particulier que ni lui ni moi ne savons faire seul. C'est quelque chose qui est entre nous deux. Et c'est ça qui est beau. Il amène à la fois l'aspect littéraire aux monologues et une certaine cruauté que j'ai du mal à utiliser. Et il est prolixe alors que je suis lent. Il me fait avancer plus vite.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Misteremma 42529 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte