Magazine Bien-être

Comment bien choisir sa pilule ?

Par Thomasbing19 @Fourchetteetb
Santé Comment bien choisir sa pilule ? La contraception ? Un sujet tabou ! Au moment de la puberté, de l’apparition des premières règles et premiers émois sexuels, difficile de savoir vers quel moyen de contraception se tourner !
Préservatif, stérilet, patchs hormonaux, anneaux vaginaux, pilule, autant de méthodes qui permettent d’éviter des grossesses non désirées ! Parmi ces techniques, la pilule demeure le moyen le plus efficace et le plus adapté pour contrôler vos cycles.
Pourtant, après les soucis rencontrés avec les pilules de troisième génération, la plupart des femmes ont préféré revenir aux méthodes naturelles, ne préférant pas courir les risques d’AVC et de thombose. Comment dès lors bien choisir sa pilule et s’y retrouvera au milieu de toutes ces nouvelles générations ?
 
Vous avez décidé d’opter pour la pilule ? Pour des raisons pratiques. En la prenant à la même heure, vous êtes sûre de ne pas l’oublier.  Oui mais laquelle ! Sachant qu’il existe une trentaine de marques, il est compliqué de savoir à laquelle se vouer.


Les critères

Chaque femme est différente hormonalement, c’est pour cette raison qu’il est important d’effectuer un bilan hormonal auprès de votre gynécologue, qui vous posera toutes sortes de questions sur la fréquence de vos relations sexuelles, la régularité de vos cycles… vos habitudes de vie, vos pathologies potentielles.
Bref autant d’interrogations d’ordre intime qui seront une aide précieuse pour vous aider à trouver la pilule adaptée. Trois critères sont ensuite à prendre en considération : votre âge, la composition et le dosage, et le prix.
Souvent, ce sont les pilules oestro-progéstatives qui sont les plus prescrites, car elles restent bien tolérées par les femmes. Parmi les pilules, on en distingue différents types.


Les différents types

Tout d’abord, la pilule dite classique, celle que les gynécologues prescrivent le plus souvent. Ce sont les plus dosées et leur prise s’effectue pendant 21 joursa vec un arrêt de 7 jours.
Si vous souffrez de cholestérol, votre médecin vous orientera alors vers une pilule minidosée qui contient une dose inférieure d’œstrogène. Le risque ? Souffrir de spotting, c’est-à- dire de pertes de sang entre vos règles.
Enfin, il existe les macropilules qui ne contiennent pas d’oestrogènes et les micropilules qui contrairement aux autres se prennent de façon continue et dont l’efficacité est liée à une prise régulière. 
En bref, chaque pilule est unique et contient des hormones synthétiques avec des dosages différents qui permettent ainsi de traiter certains troubles : seins douloureux, douleurs pré-menstruelles, endométriose, sautes d’humeur, à chaque pilule sa façon de réguler ces embarras du quotidien.
 

Des effets secondaires ?   

Si vous avez de l’acné, votre médecin vous déconseillera la pilule progestative qui contribue à produire du sébum. Dans ce cas, certaines pilules servent de soins pour traiter l’acné.
Le choix de la pilule nécessite d’en tester parfois plusieurs pour comprendre les réactions du corps. Irritabilité, prise de poids, bouffées de chaleur, sensation de lourdeur, autant d’effets secondaires liés à la prise de la contraception orale.
Dans tous les cas, ne négligez pas ces signes, ils sont le symptôme que la pilule ne vous convient pas. Peut-être ne tolérez-vous pas l’œstrogène de synthèse ou de la progestérone. Dans tous les cas, il faut patienter un peu avant de changer de contraception et laisser à votre corps le temps de s’adapter aux hormones de synthèse.

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Thomasbing19 409752 partages Voir son profil
Voir son blog

Magazines