Magazine High tech

Windows 10 : Une coloscopie avec ça?

Publié le 19 août 2015 par _nicolas @BranchezVous
Windows 10 : Une coloscopie avec ça? Exclusif

C’est le 29 juillet dernier que les premiers utilisateurs de la dernière version de Windows 10 ont pu commencer à bénéficier de tous les avantages du dernier système d’exploitation de Microsoft.

Entièrement gratuit pour ceux qui possédaient Windows 7 ou ses versions ultérieures, Windows 10 a bien des choses à cacher. Heureusement pour les utilisateurs, Internet est à l’affût, car Internet n’est pas dupe. Dans la vie, il n’y a rien de gratuit.

Un système d’exploitation gratuit… vous êtes sûrs?

Dès les premiers jours d’utilisation, nombre d’articles ont rapidement fait le tour de cette véritable prouesse de Microsoft qui consistait à faire adopter rapidement ce nouveau système d’exploitation par le plus grand nombre d’utilisateurs possible. Évidemment, avec l’attrait de la gratuité les chiffres ont rapidement grimpé en flèches pour atteindre aujourd’hui un peu plus de 53 millions de machines mises à jour, soit près de 5% du marché. À leur pic, les mises à jour s’effectuaient au rythme de 1 500 par seconde!

upgrade

Bref, le pétage de bretelles n’aura pas duré longtemps (comme d’habitude) et des utilisateurs sceptiques n’ont pas tardé à trouver mille et une petites nouveautés qui mettaient à mal la vie privée de tous ces utilisateurs fraîchement convertis. Notre site a d’ailleurs couvert assez tôt ces petits démêlés avec l’éthique informatique présents même lorsque l’utilisateur veillait prudemment à désactiver toutes les options incriminées. Si vous n’y prenait pas garde, Windows 10 compilera et communiquera alors à Microsoft toutes les informations concernant :

  • Vos requêtes de recherche sous Bing
  • Vos requêtes vocales à Cortana
  • Vos communications personnelles incluant le contenu de vos courriels
  • Les informations contenues dans les documents que vous téléversez sur OneDrive
  • Vos requêtes aux supports de Microsoft
  • Les rapports d’erreurs
  • Vos transactions en bitcoins ainsi que leur minage (à confirmer)
  • Les informations acquises par les cookies (en gros, vos habitudes de navigation)
  • Toutes les données colligées par des entreprises tierces

Les gamers, nerds et geeks sont-ils à l’abri?

Microsoft s’autorise à scanner votre ordinateur pour y détecter et désactiver tous les logiciels piratés (jeux compris bien évidemment) ainsi que les périphériques «non autorisés».

Bien évidemment, les utilisateurs les plus versés dans les arts de la manipulation informatique trouveront sans difficulté toutes les ressources nécessaires pour dénicher la moindre fonction voulant communiquer de l’information à votre insu, même si certains ont eu quelques surprises à leur réveil. Cependant, ce n’est pas tout et les jours passant on en apprend encore sur ce système d’exploitation qui ressemble de plus en plus à un loup déguisé en mouton dans une bergerie. En effet, en plus de tous les problèmes liés au non respect de la vie privée des utilisateurs, voici que l’on découvre que Microsoft a réécrit dans la plus grande discrétion d’autres fonctions dont l’activation du système d’exploitation et le passage au peigne fin de votre machine afin d’y débusquer des logiciels pirates.

Désormais, la clé d’activation de Windows 10 est stockée en ligne dès que le système d’exploitation est activé pour la première fois. La machine sera donc mise à jour automatiquement dans le futur sans clef reliée au produit. Là où le bat blesse c’est que l’utilisateur perd aussi le choix d’installer ou non les mises à jour, puisqu’elles sont désormais obligatoires. Si vous voulez faire une installation propre (clean install), vous devrez tout d’abord passer par cette option sans quoi vous ne pourrez pas lancer la mise à jour vers Windows 10. Une fois votre machine authentifiée auprès du serveur de Microsoft, vous pourrez formater votre disque dur et procéder alors à une installation from scratch

Mais ce n’est pas tout, voilà qu’on apprend désormais que dans le nouvel accord d’utilisation de Windows 10, Microsoft s’autorise à scanner votre ordinateur pour y détecter et désactiver tous les logiciels piratés (jeux compris bien évidemment) ainsi que les périphériques «non autorisés». En fait, cette nouvelle politique n’est pas uniquement intimement liée à Windows 10, mais à de nombreux services de Microsoft tels que Skype, Office, Xbox Live, Bing ou encore l’assistant personnel intelligent Cortana. Si nous n’êtes pas en accord avec cette nouvelle politique, vous pouvez d’ores et déjà oublier les produits et services de Microsoft. Enfin, histoire d’en ajouter encore une couche, n’espérez pas faire tourner vos vieux jeux bourrés de DRM (par exemple Grand Theft Auto III, Battlefield 1942 ou The Sims) tels que Securom ou SafeDisc : Windows 10 ne les supporte carrément pas.

Est-on encore libre de quoi que ce soit?

Image : Frédéric Guimont

Image : Frédéric Guimont

Que ce soit dans nos vies virtuelles ou dans notre vraie vie loin de nos écrans, il est de plus en plus difficile de ne pas être surveillé, espionné, reniflé, materné, encadré, policé. Bref, le fameux Big Brother que l’on décriait tant il y a quelques années est en train de s’installer durablement dans l’indifférence générale la plus totale. Que ce soit au nom de la sécurité physique des bons citoyens, de celle de son gentil gouvernement ou de la sécurité financière des gentilles entreprises, les libertés individuelles sont tranquillement en train de réduire comme peau de chagrin.

Je finirai donc cet article par une citation à méditer de Benjamin Franklin qui n’a jamais été autant d’actualité : «Un peuple prêt à sacrifier un peu de liberté pour un peu de sécurité ne mérite ni l’une ni l’autre, et finit par perdre les deux.» Et vous, en avez-vous assez de vous faire renifler le derrière à votre insu?


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


_nicolas 159485 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine