Magazine Bien-être

La Psychologie Positive

Publié le 19 août 2015 par Moutassem @HMoutassem

la psychologie positive

À ses débuts, la psychologie s’est surtout concentrée sur le traitement des troubles mentaux. Les thérapeutes avaient pour objectif d’aider les personnes à moins subir leurs souffrances mentales. Puis dans les années 60, Abraham Maslow, chercheur et psychologue, suggère d’étudier aussi les facteurs qui améliorent l’expérience d’un homme ou d’une femme. Il considère que la qualité de la vie ne dépend pas uniquement de l’absence de maladies mentales et qu’il est important d’aider l’individu à s’épanouir pleinement. Ses théories n’ont pas reçu à l’époque, l’aval de la profession.

Croissance de la psychologie positive

Ce n’est qu’à partir de la fin des années 90 que le concept de psychologie positive gagne de la traction. Martin Seligman, qui en 1998 fut élu président de l’Association Américaine de Psychologie, décide alors de se consacrer à la promotion et au développement de ce nouvel aspect de la psychologie.

Définition de la psychologie positive

La psychologie positive est l’étude scientifique des forces, du fonctionnement optimal et des déterminants du bien-être.  Ce champ de la psychologie vise à mieux cerner ce qui fait que la vie vaut la peine d’être vécue. (Wikipedia)

Depuis cela, des dizaines d’études scientifiques ont été conduites sur l’amélioration de la qualité de vie. Elles ont révélé que le bien-être ne se limitait pas à l’absence de maladie, de dépression ou d’anxiété. L’être humain, lorsque son besoin de sécurité est assuré, aspire à plus. Il recherche alors à répondre à ses questions:

  • Ai-je quelque chose de particulier à contribuer au monde?
  • Quels sont mes talents?
  • Qu’est-ce qui me passionne? Qu’est ce que j’aime réellement?

Cette aspiration à vivre pleinement et à donner du sens à sa vie a depuis longtemps, bien avant l’avènement de la psychologie positive, fait réfléchir les hommes.

William James, philosophe américain, écrivait au XIXe siècle:

 La plupart  des gens vivent, que ce soit physiquement, intellectuellement ou moralement, très en dessous de leurs capacités. Nous avons tous des réserves, dont nous ne soupçonnons pas l’existence.

La vie ne se limite pas à la recherche de confort ou de sécurité. Cela serait bien triste, et le monde n’évoluerait pas. Chaque personne porte en elle de grandes capacités qui ne cherchent qu’à s’exprimer.

La psychologie moderne, mais aussi les méthodes de retour vers soi telles que la méditation, nous aident désormais à mieux nous comprendre et à aller plus loin dans la recherche de sens. Êtes-vous prêts à explorer quelle est votre raison d’être?

Pas le bon moment

Certaines personnes ne se sentent pas suffisamment « stables ». Elles attendent d’êtres plus riches, ou du moins d’êtres moins pauvres, d’avoir plus de temps. Elles veulent avant tout ne plus avoir de stress et/ou ne plus se sentir déprimées. Et si, comme la recherche sur la psychologie le montre désormais, il fallait plutôt se concentrer sur ce que l’on a à contribuer au monde, sur notre raison d’être.

poser sa pierre

Donner du sens à son quotidien est la voie la plus rapide pour retrouver confiance en soi, gagner en vitalité et reprendre plaisir à la vie.

Pour aller plus loin dans cette réflexion, je vous invite à assister à la conférence en ligne «Comment trouver sa voie? Comprendre les 3 croyances qui vous empêchent de voir et de suivre votre raison d’être» le dimanche 30 août. C’est gratuit et on va remuer pas mal d’idées reçues! Réservez votre place ici! >>

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Moutassem 44505 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine