Magazine Focus Emploi

Osez un storytelling de méchant

Publié le 20 août 2015 par Dangelsteph

Voilà, les vacances se terminent tout doucement, et avec elles notre voyage dans le storytelling en infographies. Place maintenant à un article plus traditionnel sur le blog, mais quand même assez peu conventionnel dans le monde parfois (trop) corporate de la communication d’entreprise.

Attention, le titre de l’article ne veut pas dire qu’on va parler ici de storytelling méchant, manipulateur, mal intentionné. Pas de ça ici. Non, on va parler de storytelling dans lequel le personnage du méchant tient le rôle principal, éclipsant le présumé héros.

image

Illustration : la première rencontre d’Hannibal Lecter avec l’agent du FBI Clarice Starling est emblématique.

Et oui, on peut vouloir incarner un méchant dans la lignée d’Hannibal Lecter, de Dark Vador etc. quand on est une personne en train de faire son branding, une entreprise ou une marque en train de communiquer.

J’ai eu un étudiant qui avait choisi comme slogan narratif un très inspiré (et inspirant) : “être le méchant, faire avancer les choses”. Il l’assumait, ce rôle, et pour un résultat, une ambition en fait positifs. Dans un domaine voisin, l’entreprise Rocket Internet fondée par les frères allemands Samwer (spécialisée dans les copycats de sites web de vente connus) revendique un : “nous sommes des requins et nous en sommes fiers”. 

Pourquoi est-ce que ce storytelling de méchant marche bien ?

- Le personnage du méchant a une extraordinaire faculté de se rendre mémorable et pour longtemps ;

- Le personnage du méchant est associé à une forte charge émotionnelle (et c’est lié au premier constat ci-dessus).

C’est que le méchant est toujours cause de problèmes. Et notre cerveau est attiré par les problèmes, à résoudre, ou les catastrophes qui n’ont pas pu être évitées (on s’intéresse beaucoup moins à “ce qui va bien”).

Sinon, il y a une autre manière de faire du storytelling de méchant : c’est faire tourner sa communication autour d’un personnage présenté comme un méchant, mais qui est… quelqu’un d’autre. Est-ce que ce n’est pas ce que fait Uber avec les chauffeurs de taxi ?


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Dangelsteph 367 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte