Magazine Société

Pas de congés pour les pilotes de haut niveau

Publié le 20 août 2015 par Toulouseweb
Le mois d’aoűt tire ŕ sa fin et le temps des vacances aussi. Mais certains n’ont męme pas pu profiter de cet été torride. Car pour eux l’été n’est pas synonyme de farniente.
Je veux parler des pilotes. Bien évidemment les pilotes d’avions commerciaux sont particuličrement sollicités durant l’été pour nous acheminer, nous les vacanciers, lŕ oů nous souhaitons passer des vacances de ręve.
Mais durant ces derničres semaines se sont déroulées des manifestations qui ont de quoi émouvoir le public. Il s’agit du pilotage d’appareils sans moteurs, ceux qui pratiquent le vol ŕ voile, et ceux qui pilotent des avions motorisés et que l’on peut admirer tout au long de l’été – avec pour préambule la célébration de notre fęte nationale le 14 juillet, la patrouille de France.
Deux mondes ŕ l’opposé l’un de l’autre. Mais sait-on que bien souvent ces pilotes d’avions sans moteur – on est loin des avions ŕ propulsion électrique notamment de l’E-Fan et du Cri-Cri qui ont effectué en juillet dernier la traversée historique de la Manche sur les traces de Louis Blériot. Il s’agit des pilotes de planeurs.
Pilote de planeurs ! Les plus sérieux pilotes de ligne ou militaires s’adonnent réguličrement ŕ cette activité classée sportive. Le championnat 2015 a débuté en début d’été mais ne connaîtra son aboutissement qu’en septembre ŕ Calcinate Del Pesce en Italie. Dans ce domaine, nous comptons un illustre français. Il a aujourd’hui 78 ans et a été champion du monde de vol ŕ voile en 1965. François-Louis Henry fut commandant de bord et comme nombre de ses confrčres de l’aviation civile, le maniement d’un planeur les ramčne ŕ la réalité du pilotage. Ceux qui le pratiquent sont considérés comme des pilotes capables de gérer au mieux des situations critiques qu’ils ont malheureusement parfois ŕ affronter durant des vols commerciaux. Nous devrons donc attendre le 12 septembre pour connaître le nom du vainqueur. Dans la classe des 18 m trois pilotes français sont alignés : Christophe Abadie, Didier Hauss et Christophe Ruch. Attendons les résultats.
A l’autre extrémité du pilotage, mais comme nous l’avons évoqué, est partagée par bon nombre de pilotes professionnels, la voltige dont le championnat du monde débute ce 20 aoűt ŕ Châteauroux.
La France est tenante du titre, et l’on peut facilement imaginer que les 11 pilotes français en lice n’ont certainement pas passé l’été ŕ se faire Ť dorer la pilule ť sur les plages.
Car il s’agit de défendre ce titre sur notre sol national, qu’écris-je !, dans l’espace aérien de Châteauroux qui se bat bec et ongles pour maintenir une activité aéronautique (ce n’est pas pour rien qu’il porte le nom de Marcel Dassault) autour de la maintenance (une activité un peu en recul actuellement), de la déconstruction d’avions de ligne (un site opéré par Bartin Aero Recycling depuis 2005), de l’aménagement intérieur d’avions privés (Astronics PGA), mais aussi pas trčs loin (ŕ Issoudun) des sičges d’avions et d’hélicoptčres avec le groupe Zodiac Aerospace, de la mise en peinture d’avions (ATE), de la formation des pompiers aéronautiques comme les journalistes de l’aéronautique et de l’espace (Ajpae) ont eu l’occasion de le vérifier en janvier dernier lors de leur assemblée générale. Bien entendu, je ne peux citer l’ensemble du tissu industriel limitrophe mais je ne peux m’empęcher de faire référence ŕ quelques autres, non loin de lŕ ŕ Argenton sur Creuse (dont Indraero Siren) qui forment aujourd’hui une des souches de la branche composants de structure du groupe Lisi Aerospace.
C’est donc ce jeudi 20 aoűt que débute le championnat du monde de voltige qui voit la participation de 11 pilotes français : deux femmes et 9 hommes. Eux aussi vont disputer Ť bec et ongles ť leur titre. Ces pilotes -pour dire les choses autrement, 8 pilotes civils et 3 pilotes militaires - sont la preuve que la voltige, comme le vol ŕ voile, sait motiver les plus passionnés du pilotage.
En hommage ŕ cet événement rare dans notre espace aérien, la Patrouille de France, aux manettes de ses huit légendaires Alphajet (exploités depuis 1981) va clore ce soir la premičre journée de cette compétition qui n’aura pas laissé de répit aux pilotes durant l’été. Les résultats eux aussi ne seront connus que plus tard, le 29 aoűt, au terme d’une dizaine de journées oů s’affronteront 60 pilotes de niveau mondial.
Mais déjŕ un succčs est acquis : c’est la Fédération Française Aéronautique (FFA) qui a été chargée par la Fédération Aéronautique Internationale (FAI) d’organiser ce championnat sur l’emblématique aéroport Marcel Dassault de Châteauroux aujourd’hui peut-ętre mieux connu sous le nom de Châteauroux-Déols.
Nicole Beauclair pour Aeromorning

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Toulouseweb 7291 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine