Magazine Société

Afrique du Sud: Suspendre les responsables présumés des homicides de Marikana

Publié le 21 août 2015 par Podcastjournal @Podcast_Journal
Rédacteurs et stagiaires: cliquez sur cette barre pour vous connecter en back-office de la rédaction! - Lecteurs et contributeurs: inscrivez-vous / connectez-vous sur les liens à droite --> Trois ans après les faits, pas un seul policier n’a été suspendu ni amené à rendre des comptes.

"Alors que la hiérarchie policière serre les rangs face aux solides éléments à charge figurant dans le rapport de la Commission Farlam, il est crucial que le président Zuma se saisisse fermement du dossier et prenne des mesures à l’encontre de ceux qui se trouvent à la tête de la police. S’il ne le fait pas, les homicides illégaux commis par des policiers le 16 août 2012 à Marikana demeureront impunis. Les victimes et leurs familles sont actuellement privées de justice, ce qui est inacceptable", a déclaré Deprose Muchena, directeur d’Amnesty International pour l’Afrique australe.

L’opération policière menée le 16 août 2012 a été déclenchée à la suite d’une décision prise la veille au soir par des hauts responsables de la police. Elle visait à désarmer et disperser de force les grévistes alors qu’une effusion de sang était à prévoir. En juin 2015, la Commission d’enquête Marikana (également appelée Commission Farlam) a publié un rapport dans lequel elle qualifiait d’imprudente et d’inexplicable cette décision qui, selon elle, avait été la "cause décisive" des homicides.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Podcastjournal 107930 partages Voir son profil
Voir son blog

Magazine