Magazine Nouvelles

khamsin

Par Dagi @carnetspirales
    La nuit qui suivit l’enlèvement, au cours du conseil, le boiteux, celui qui avait été brûlé par un bâton de feu , leur prédit le retour du deux pattes. Souvent , le vieux leurs avait raconté la fantastique histoire de l’homme dont il avait été le compagnon pendant de nombreux jours. Il avait pourtant bien bourlingué l’ancien, mais cela l’avait marqué à vie. Khamsin tomberait des étoiles pour secourir les enfants, il en était certain. Le petit peuple des chacals se devait de lui venir en aide et se tenir prêt. Chaqui fut désigné avec ses cinq frères pour cette mission.

    A des milliers de kilomètres de là, des hommes tiennent également un conseil d’urgence .Cet enlèvement d’une classe   par des brigands somalis , triste remake de Loyada causait un sérieux problème. La libération de ces gosses était primordiale, mais que faire? L’ intervention des forces spéciales risquait de créer un incident diplomatique avec la somalie. Il fallait procéder de façon discrète et efficace. C’est alors que le nom de Khamsin fut prononcé.

    Il se réveilla brutalement secoué par des spasmes. Toujours le même cauchemars, une jeune femme, une main sur le ventre lui fait signe, puis cette explosion, des flamme et le réveil en transe. Une heure du matin, le téléphone sonne, Marc décroche, à cet instant précis, il lui semble que le vent du désert envahit le petit studio. Une voix , des paroles en somalis, il répond, machinalement dans cette langue. Des images, des odeurs, remontent à la surface. Une angoisse soudaine l’envahie.

    De quoi se souvenait-il ? si peu de chose ! Il savait simplement avoir été recueillit par une mission humanitaire dans un petit village somalis et rapatrié. Ce qu’il ignorait, c’est qu’il faisait parti des scorpions, unité d’élite, mise en place avant l’indépendance. La plupart de ces membres provenaient du GNA .L’équipe fut formée et entraînée par un légionnaire. Un certain Kilimandjaro, un nom du à son imposante stature, guadeloupéen d’origine et capitaine chez les bérets verts. A la tête du commando , un djiboutien, descendant des terribles guerriers dankils, le capitaine Ibrahim Abdi. Le jeune Marc, pour sa connaissance de la langue et ses capacités de soldat fut engagé. Celui-ci fréquentait assidûment la sœur d’Ibrahim,la petite Amina, laquelle était enceinte de plusieurs mois. Aujourd’hui, la grande muette se trouve donc dans l’obligation d’être plus causante et  lui révéler enfin toute l’histoire.

    L’enfant , son enfant, faisait parti des otages, Amina, sa femme, décéda en mettant le gosse au monde, celui-ci fut élevé par son grand père. Abdi, son oncle prit soin de ses études. Au cour d’une mission nocturne avec les scorpions, leur nord atlas s’écrasa sur les hauteurs du Day. On retrouva l’équipe au complet, vivante. D’après les témoignages, Marc les avait sorti de la carlingue en feu, avant de disparaître. Quelques semaines plus tard , des bergers parlèrent d’un homme étrange, escorté de chacals et dont le vent effaçait les traces. La légende de Khamsin fils de la terre et du vent était née. On signala également sa présence en Érythrée combattant au coté du FLPE, ainsi que dans le massif de l’Ogaden, puis il disparut.

    Tchaqui et ses frères étaient tapis depuis la tombée de la nuit, ils observaient les hommes. Depuis la veille des cris d’enfants, quelques coups de feu avaient perturbé le calme habituel du désert. Ils ne comprenaient pas ce qui se passait, mais constataient simplement. D’en bas émanaient diverses odeurs, tel que la fumée, la nourriture, mais surtout la peur que ressentaient les enfants. Les six petits animaux la respiraient , la sentaient.

    Dans l’oiseau de fer, Marc équipé pour un saut en haute altitude armé léger, juste son éternel sabre et une balise, attendait le feu vert sous le regard des deux bérets verts charger du largage , perdu dans ses pensées. les choses c’étaient précipitées, un hélico l’avait récupéré auprès de son domicile, pour le transférer à la base la plus proche, où un chasseur l’attendait. A peine arrivé à Ambouli, il avait été briefé. La sonnerie retenti , le moment était crucial, il n’avait pas sauté depuis plusieurs années, la peur et l’angoisse l’accompagnaient. A l’instant même où il s’élança , il redevint Khamsin fils de la terre et du vent. La nuit était étoilée, l’air s’engouffrait dans sa combinaison, il chutait à plus de 200 km/h, tout lui revint en mémoire, Amina, Kilimandjaro, Ibrhim, les scorpions.

    Un vrombissement imperceptible à l’oreille humaine, mis les chacals en émois. Le boiteux avait dit vrai, le deux pattes était de retour chez les siens. L’homme se posa avec précision et souplesse. La toile se coucha sur le sol, Chaqui et ses frères se mirent à creuser afin de l’enterrée. Le deux pattes leurs parla et chose étonnante, ils le comprirent. Le petit animal marcha au coté de l’homme, alors que les autres prirent leur distance et partirent en éclaireurs , tout allait se passer cette nuit.

    Au village, Kilimandjaro et ses hommes avaient pris position , tous ignoraient qui était de l’autre coté, ils savaient juste qu’une mission était en cours. Les ordres , venant de l’Elysée étaient très clairs, aucune intervention militaire au-delà de la frontière. Pourtant la plus part des bérets verts c’étaient porter volontaires. Le géant black avait pris ses quartier chez le vieux.  » Il est de retour, mon fils est de retour  »  dit l’ancien  » Khamsin revient chez les siens  »  » Mais il est mort !! » répondit Kili abasourdi par ces propos . Au même instant, un hélicoptère de l’armée djiboutienne se posa, Kilimandjaro en vit descendre les scorpions, vêtus de la tenue traditionnelle des bergers somalis.  Abdi avait sa tête des mauvais jours, dans ses yeux se reflétait la haine des terribles guerriers Danakil.  » Khamsin est de retour » dit-il à son père et à Kilimanjaro,  » la mission c’est lui, nous passerons la frontière cette nuit  « .  Ce soir, sous la lune, les charognards feront ripaille, le sang allait coulé sur Al Oueb.

    Les satellites espions avaient repéré les mouvements des bandits, huit d’entre eux avaient quitté les lieux à bord de deux pick-up pour s’enfoncer dans les terres. Il ne restait pour garder les otages que trois hommes. L’intervention avait donc été planifiée sur ce timing. Dans la maison délabrée, les enfants tentaient désespérément de trouver le sommeil, dehors les cris des chacals c’étaient amplifiés,et étrangement le vent se mit à soufflé. L’homme devant l’entrée n’eut le temps de ne rien sentir, une lame lui ôta la vie , il s’écroula sans un bruit. Puis tout ce passa rapidement, la porte fut pulvérisée, un poignard lancé avec précision se planta sur la carotide du gardien le plus proche. Le troisième n’eut pas le temps de presser sur la détente , un sabre lui trancha la gorge sous le regard horrifié des gosses.  » au bus  » hurla Marc, les enfants avec l’aide des sœurs et du chauffeur se précipitèrent à l’intérieur du véhicule.

à suivre !


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Dagi 35684 partages Voir son profil
Voir son blog