Magazine Afrique

Afrique-Ce que nous pouvons apprendre au monde par Melinda Ozongwu

Publié le 22 août 2015 par Busuainn_ezilebay @BusuaInn_Ezile

 Afrique – Ce que nous pouvons apprendre au monde

Par Melinda Ozongwu
  • AFRIQUE
  • ÉCONOMIE
  • CULTURE
  • TENDANCES
  • THIS IS AFRICA - AMSTERDAM

Afrique-Ce que nous pouvons apprendre au monde par Melinda Ozongwu

Pauvres, les Africains ? Peut-être. Riches ? Assurément ! Riches d’inventivité, de fraternité, de débrouillardise et de respect de l’autre.





La richesse exprimée en termes de PIB n’est pas un critère suffisant pour dire d’un pays qu’il est riche et fort. Il ne vous a pas échappé que lorsque les gens parlent des atouts et de la beauté de l’Afrique, ils évoquent habituellement nos paysages, notre faune abondante, nos terres fertiles, le soleil, la mer, les rivières et les lacs. Des splendeurs, d’accord, mais rien de tout cela n’est de notre fait. C’est notre cadre mais ce n’est pas nous qui l’avons créé.On parle beaucoup de la beauté de l’Afrique mais aussi beaucoup de l’opposé : la pauvreté, les maladies, les conflits, la famine. Il est certes nécessaire de parler de ces problèmes et de les régler, mais ce discours qui oscille entre deux extrêmes aboutit à une vision assez déséquilibrée du continent. Ailleurs dans le monde, les pays ont visiblement droit à un traitement moins réducteur et plus nuancé. Il n’est donc pas impossible de faire la même chose avec l’Afrique.Aucun chiffre n’étaie les généralisations qui suivent, et la seule chose qui m’autorise à les formuler c’est que je suis africaine, que je vis en Afrique et que j’apprends énormément des Africains et de ce que j’observe chaque jour autour de moi.FraternitéCela surprendra peut-être les non-Africains qui se font une opinion des Africains à partir des informations sur les guerres et la justice de rue mais, dans la vie de tous les jours, nous avons un sens de la fraternité profondément ancré : “Tu aimeras ton prochain comme toi-même”.C’est comme ça, on n’a pas le choix. Si quelqu’un nous demande de l’aide, nous l’aidons. Il y a bien sûr des exceptions, mais, en général, telle est la règle tacite. Si une femme pleure dans la rue, nous ne détournons pas le regard ; nous lui demandons ce qui ne va pas. Si un membre de votre famille décède, on ne vous laissera pas vous débrouiller tout seul et n’avoir de compagnie que le jour des obsèques ; il y aura toujours quelqu’un pour vous aider et vous accompagner dans votre deuil, et personne n’ira invoquer un emploi du temps trop chargé, car témoigner de l’affection et du respect passe avant l’argent ou n’importe quelle réunion. Nous trouvons toujours du temps pour les autres. Notre rapport aux autres se répercute sur tout ce que nous faisons, et c’est parfois interprété comme un manque d’efficacité ou de sérieux. Mais qu’y a-t-il de plus important que notre rapport aux autres ? C’est l’une des raisons qui fait que beaucoup d’Africains ont du mal à vivre dans une société plus individualiste.DébrouillardiseLa grande panne d’électricité provoquée à New York par l’ouragan Sandy a fait les gros titres dans le monde entier ; des millions de foyers ont été plongés dans le noir. Parlez de coupures de courant à n’importe qui dans n’importe quel pays d’Afrique et il vous dira que la vie ne s’arrête pas pour autant. Nous ne sommes pas paralysés quand les choses ne marchent pas, ou pas comme on voudrait. Nous ne sommes pas toujours débrouillards par choix : c’est juste que nous ne pouvons pas être à la merci de systèmes dont nous savons qu’ils ne sont pas fiables – mais cela nous prépare à faire preuve de souplesse dans pas mal de circonstances. En Occident, les gens sont tellement dépendants de systèmes sur lesquels ils comptent d’office que lorsqu’un de ces systèmes tombe en panne ou qu’une petite incertitude apparaît en son sein, c’est toute la machine qui s’arrête, créant des dégâts colossaux (j’ai remarqué que lorsqu’un système cesse de fonctionner en Europe ou aux Etats-Unis, on mesure l’étendue des dégâts au nombre d’heures de travail et de points de PIB perdus, ce qui incite à se demander si c’est le système qui est au service des gens, ou si ce n’est pas plutôt l’inverse). Nos systèmes, parce qu’ils sont défaillants, peuvent en général tomber en panne sans provoquer de catastrophe. Quand il y a une coupure de courant, une gazinière peut faire l’affaire, et quand il n’y a pas de gaz, on sort le charbon de bois et les allumettes. Et si ça ne marche pas, retour à la case “fraternité”.Innovation permanenteQuand on a tout ce qu’on veut, on n’a besoin de rien. Nous les Africains, en revanche, nous avons besoin de plus que ce que nous avons, et nous sommes donc souvent obligés de faire avec ce que nous avons sous la main. Toutes sortes de choses nous manquent et nous n’avons pas toutes les machines nécessaires pour produire tout ce qui nous serait utile. Voilà pourquoi le recyclage et la récupération font partie intégrante de notre mode de vie et que nous y excellons. Nous sommes assez doués pour trouver de multiples usages aux objets que nous possédons, par exemple utiliser son vélo comme chargeur de portable.A présent que nos économies vont mieux, que le niveau de vie augmente et que les classes moyennes se développent, j’espère que nous n’abandonnerons pas cette habitude sous prétexte que nous avons désormais les moyens d’acheter du neuf. Ce serait un grand pas en arrière, d’autant que même ceux qui sont à la pointe du progrès technologique savent à présent que le seul avenir durable pour nous tous réside dans la réutilisation et le recyclage permanent des déchets.RespectLes touristes qui se rendent dans un pays d’Afrique parlent souvent de la gentillesse des Africains. Il s’agit bien sûr pour une part de la courtoisie que l’on manifeste à l’égard des touristes partout dans le monde. Et puis l’on remarque plus la gentillesse quand on est en vacances, loin du stress du travail et de la vie quotidienne, mais cela n’explique pas tout. En général, nos parents nous enseignent à manifester de la courtoisie et du respect à ceux qui le méritent.Nous ne manquons pas de respect aux personnes âgées et les enfants ne répondent pas à leurs parents (au point qu’il y a souvent peu, ou pas, de dialogue entre parents et enfants). Le respect reste une valeur de base importante.A votre avis, qu’avons-nous d’autre à apprendre au monde ?


AUTEUR

Melinda Ozongwu

SOURCE

This is Africa

Amsterdamn.c. exemplaireswww.thisisafrica.me/ Ce site, lancé en 2007 et animé par une équipe de journalistes africains et européens, se veut «la voix d’une nouvelle génération» et s’est donné pour mission d’«en finir avec les visions périmées de l’Afrique».

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Busuainn_ezilebay 3753 partages Voir son profil
Voir son blog

Magazines