Magazine Info Locale

Immobilier : Oléron cultive sa différence

Publié le 23 août 2015 par Blanchemanche
#Oléron #Immobilier
Plus abordable voisine l'île Ré, Oléron reste pénalisée abondance biens vente.
Plus abordable que sa voisine l'île de Ré, Oléron reste pénalisée par une abondance de biens à la vente. -© SIPA

Arnaud Lelong / journaliste | Le 23/08 

En savoir plus sur http://patrimoine.lesechos.fr/patrimoine/immobilier/021271585825-immobilier-oleron-cultive-sa-difference-1147018.php?8uErc6PW1FW8ykB2.99


Aussi "méditerranéenne" que ses voisines de l’archipel charentais, Oléron reste plus accessible que sa rivale l’île de Ré. Avec la crise, les acheteurs s’orientent toutefois vers des biens plus abordables , où l’offre n’est pas aussi abondante qu’on peut le croire.

Souvent comparée à sa voisine l’île de Ré, avec qui elle partage un climat « méditerranéen » propre à l’archipel charentais qui la rend douce l’hiver et fraîche l’été, Oléron sait pourtant cultiver sa différence tout en nuances : deux fois plus grande elle dispose du plus grand domaine boisé de toutes les îles du littoral atlantique. L’écrivain Pierre Loti l’a affublé des qualificatifs les plus flatteurs : Oléron c’est la « lumineuse », c’est aussi « l’île aux senteurs ». Sur le plan immobilier elle est également bien plus abordable que l’île de Ré. Selon les dernières estimations de MeilleursAgents à août 2015 le prix moyen au m2 est de 2 .372 € tous types de biens confondus. Avec une évolution à la baisse de 1,8 % sur un an.

Une offre insuffisante sur certains types de biens

A l’instar d’autres stations balnéaires, Oléron est lié à l’activité touristique et l’afflux estivant. Ainsi elle compte environ 20.000 habitants à l’année, mais ce chiffre est à multiplier par 10 durant la haute saison. On pourrait penser que son statut d’île limite l’offre immobilière. Il n’en n’est rien. « Il y a beaucoup plus de biens à la vente que d’acheteurs », explique Dominique Blanchier, directeur de l’agence Guy Hoquet. « Toutefois il y a encore une demande, la vraie difficulté c’est de faire comprendre aux propriétaires que si le bien n’est pas mis en vente au bon prix, il ne se vendra pas », poursuit-il. « Ce sont surtout les biens mal situés, ou trop loin des commerces ou des plages, qui ont du mal à se vendre », analyse Hugues Massing, conseiller immobilier OptimHome. « Il y a une vraie demande pour les maisons avec des surfaces de 60 à 70 m2, et un terrain de 200 m2 qui permet de profiter du climat et un endroit où garer sa voiture, dans des gammes de prix aux alentours de 200.000 € », poursuit Hugues Massing. « Mais, malheureusement, l’offre reste insuffisante sur ce segment », analyse-t-il. La maison en pierre dans le style traditionnel oléronais est également très demandé. Même si « on en trouve de moins en moins à la vente, leur transmission se faisant essentiellement dans un cadre familial », explique Dominique Blanchier.

Un intérêt accru pour les biens situés à proximité des commerces

A Oléron, le marché est essentiellement axé sur de la résidence secondaire. Saint-Denis d’Oléron au nord de l’île est souvent demandée parce que son phare du Chassiron offre le plus beau panorama de l’île. Saint-Trojan-les-Bains au sud de l’île est également plébiscitée car elle abrite la plus grande plage d’Oléron (la plage de la Giraudière), qui est aussi la plus fréquentée. « Les résidents qui vivent une partie de l’année sur l’île préfèrent se rapprocher des centres économiques tels que Saint-Pierre d’Oléron ou Le Château d’Oléron », explique Dominique Blanchier. En effet, une bonne part des acheteurs sur l’île sont proches de la retraite. Dans leurs critères de sélection, la proximité des commerces l’emporte alors sur celles des plages, surtout lorsqu’il devient difficile de circuler durant la haute saison. Une bonne part de ces futurs retraités vient de la région parisienne ou de Gironde.L’île reste peu demandée par les acquéreurs étrangers. Il y a également peu de primo-accédants sur l’île car les prix sont trop élevés pour des jeunes couples qui préfèrent s’installer sur le continent, à Rochefort, voire à la Rochelle. Les retraités les plus âgés suivent également ce mouvement mais pour de toutes autres raisons : l’île d’Oléron souffre d’un manque de structures médicales et les hôpitaux se trouvent sur le continent. Il devient alors plus pratique de s’installer sur le continent pour venir à Oléron que l’inverse.

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Blanchemanche 29324 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte