Magazine Politique

Yanis Varoufakis : "Hollande est fondamentalement coincé"

Publié le 23 août 2015 par Blanchemanche
#YanisVaroufakis #Syriza #Grèce #Dette
« Nous sommes pour un mode de vie frugal, nous ne pensons pas que développement signifie multiplication de Porsche Cayenne dans les rues étroites de nos villes, ordures sur les plages et dioxyde de carbone dans l'atmosphère. » - Yanis Varoufakis.
Yanis Varoufakis
L’ex-ministre des Finances grec, Yanis Varoufakis, est dimanche l’invité d’Arnaud Montebourg. (Reuters)
INTERVIEW - L’ex-ministre des Finances grec, Yanis Varoufakis, est dimanche l’invité d’Arnaud Montebourg à la Fête de la Rose de Frangy-en-Bresse.


Comment interprétez-vous la démission d'Alexis Tsipras?
Le 12 juillet, contre mon avis et celui de nombreux membres du gouvernement et du parti, Alexis Tsipras a décidé d'accepter les mesures d'austérité proposées par l'Eurogroupe et le sommet européen. Elles vont à l'encontre de toute la philosophie de Syriza. Sa majorité s'est rebellée. Sa conclusion fut simple : s'il veut nettoyer le parti, il a besoin de nouvelles élections.Serez-vous candidat?
Non, je ne serai pas candidat au nom de Syriza. Syriza est en train d'adopter la doctrine irrationnelle à laquelle je me suis opposé depuis cinq ans : étendre encore la crise et prétendre qu'elle est résolue, tout en maintenant une dette impayable. J'ai été viré parce que je m'y opposais. C'est contre cette logique que j'avais déjà rompu avec Papandréou. Alexis Tsipras m'avait choisi parce que je m'y opposais. Maintenant qu'il a accepté la logique que je rejette, je ne peux plus être candidat.Au moment où ce plan a été finalisé, François Hollande disait que la Grèce allait être sauvée. Il se trompait?
(Il rit). Je pense que François Hollande est profondément, fondamentalement coincé. Nicolas Sarkozy en 2010 disait déjà que la Grèce était sauvée. En 2012, la Grèce a encore été sauvée. Et maintenant, nous sommes encore sauvés! C'est une technique pour cacher la poussière sous le tapis tout en prétendant qu'il n'y en a plus. La seule chose effectuée le 12 juillet a été l'énorme claque infligée à la démocratie européenne. L'Histoire jugera très sévèrement ce qui s'est passé ce jour-là et particulièrement nos leaders qui poursuivent cette mascarade.Pourquoi dites-vous que la cible des créanciers et de Wolfgang Schaüble, ministre allemand des Finances, est en fait la France?
La logique de Schaüble est simple : la discipline est imposée aux nations déficitaires. La Grèce n'était pas si importante. La raison pour laquelle l'Eurogroupe, la troïka, le FMI ont passé tant de temps pour imposer leur volonté à une petite nation comme la nôtre est que nous sommes un laboratoire de l'austérité. Cela a été expérimenté en Grèce mais le but est évidemment de l'imposer ensuite à la France, à son modèle social, à son droit du travail.«Dans les sommets européens, la France n'a pas l'autorité nécessaire» 



Pendant que vous étiez ministre, comment se comportait la France?
À l'intérieur des sommets européens, à l'intérieur de l'Eurogroupe, j'ai senti que le gouvernement français n'avait pas l'autorité nécessaire pour défendre ou même simplement présenter son point de vue et faire en sorte qu'il compte dans le processus des négociations. J'ai grandi avec l'esprit des Lumières, l'idée aussi que la France avait été essentielle dans la création de l'Union européenne. Ayant tout cela en tête, le silence des Français, celui de Michel Sapin dans l'Eurogroupe, le fait qu'une position française différente ne soit jamais assumée a provoqué chez moi une grande tristesse.Vous voulez lancer un mouvement européen anti-austérité?
À Frangy, je lancerai un réseau européen de progressistes. Dans les jours terribles de la dictature grecque, nos parents et nos grands-parents allaient en Allemagne, en Autriche, au Canada, en Australie pour la solidarité exprimée à l'égard des Grecs qui souffraient. Je ne viens pas en France chercher une solidarité avec la Grèce. Mais les problèmes auxquels la France fait face sont les mêmes qu'ailleurs. Les Français et les citoyens des autres pays sont soucieux de ce que j'ai à dire parce qu'ils sont préoccupés par l'état de la démocratie, de l'économie, les perspectives d'avenir.Si vous étiez Premier ministre en Grèce ou si Arnaud Montebourg était président de la République en France, ce serait vraiment différent?
Ce n'est pas une question de personnes. Je suis sûr qu'il y a de bonnes personnes dans le gouvernement français et ailleurs. Les citoyens doivent se réapproprier le cours européen. Si les Allemands, les Français, les Hollandais, les Espagnols prenaient conscience de l'absence totale de responsabilité de leurs dirigeants envers les électeurs, de l'opacité, ils se réveilleraient et demanderaient que cela se passe différemment. Il faut relancer le dialogue et rétablir ce qui a été complètement perdu : la démocratie. Propos recueillis par cécile amar
Propos receuillis par Cécile Amar - Le Journal du Dimanche

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Blanchemanche 29324 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines