Magazine Côté Femmes

Quand t’as les blues

Publié le 23 août 2015 par Lamallette @Lamallette1
  • Quand t’as les blues

Quand t’as les blues

Par Evelyne Chevrette

Il y a de ces journées au cours desquelles te dis que tu aurais dû rester couchée, right? De ces journées pendant lesquelles tu cherches à trouver une source de bonheur, ce petit quelque chose qui pourra réussir à te redonner le sourire. En d’autres mots, t’as les blues. Et tu capotes, parce que t’aimes donc ça être la fille toujours de bonne humeur, la fille qui réussit à mettre un peu de soleil dans la journée grise de quelqu’un. T’aimes ça, être la fille énergique, dynamique, souriante. Mais aujourd’hui, ça marche juste pas. Tu comprends pas ce qui se passe. Je vais te dire quelque chose; on passe toutes par là. Moi la première. Je suis une fervente du positivisme et j’aime le feeling que ça procure, de réussir à faire sourire une amie qui feel poche, de se lever du bon pied et de se dire que ce sera une foutue bonne journée. Mais la vie, c’est pas toujours comme sur instagram, ni comme dans les films. T’as pas toujours un petit déjeuner au lit apporté par ton amoureux. T’as pas toujours 95% dans ton examen et tu ressembles pas toujours à ta photo de profil chixée, 7 jours sur 7.

Il y a des matins pendant lesquels t’as envie de rester en mou, que t’as pas envie d’aller au garage pour faire réparer ton auto ou que t’as un peu les yeux cernés en rentrant travailler. T’es humaine, ma fille! Et ça m’a pris du temps à le comprendre, que je pouvais l’être aussi, imparfaite. Que je n’étais pas obligée d’être aimée de tous et que je pouvais moins bien feeler, moi aussi, des fois. Que c’était normal de me sentir impuissante, insécure, apeurée à l’idée de devenir une adulte. Mais cette petite peur, ce stress, cette détresse; elle se doit d’être extériorisée d’une quelconque façon. Ma façon à moi, c’est de me ressourcer, de prendre du temps pour moi, dans la nature ou entre amies, passer du temps avec celles qui m’apprécient pour ce que je suis, même quand je ressemble à rien, que j’ai l’air bête et que j’ai envie de rester dans mon lit à réécouter Les Frères Scott pour la 20e fois! You feel me, j’en suis certaine. Je me considère tout de même chanceuse d’être résiliente, d’avoir la capacité de tourner une situation plutôt déplaisante en une opportunité de changement ou de prise de conscience. Mais je sais que certaines personnes ont un peu plus de difficulté à voir le positif et j’avais simplement envie de vous dire que vous n’êtes pas seules. Qu’on a toutes des petites phases de panique, de remises en question. Repose-toi, lis un livre, va prendre une sangria sur une terrasse avec ta meilleure chum, écoute des vidéos Youtube, écris, pleure, va courir…Ça va mieux aller demain, promis…


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Lamallette 22602 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine