Magazine

Philippe Claudel, Le rapport de Brodeck

Publié le 19 mai 2008 par I_love_vintage

<>

« De grâce, souvenez-vous » : c’est sur cette injonction que Brodeck, parvenu au terme du « rapport » que lui ont demandé de rédiger les hommes de son village - mais aussi arrivé à la fin d’un travail d’écriture voué à recueillir sa propre angoisse, achève le long récit du rapport de Brodeck. Ce texte à la première personne qui se déroule dans un obscur village rural dans la période tangente de l’après-guerre, est un roman délicat, où tout est dit à demi-mot. Nul n’y prononce jamais le mot « juif », encore moins « extermination » ; et depuis ce thème sous-jacent s’articule celui de la haine de l’autre. Non-dit élevé au statut de forme romanesque et relayé avec insistance par l’écriture – l’intrigue se noue autour de « l’Evénement », formulé en patois « Ereigniës » - procédé qui veut manifester la puissance morbide du silence, né de la peur, de l’ignorance et de la bêtise.

Il faut reconnaître à Philippe Claudel le talent de la sensibilité. Tout est à fleur de peau autour du héros qui ne l’est pas moins. Ambiances glauques, regards torves, silences lourds de sous entendus : l’écriture restitue un climat lourd de haine sous-jacente qui évoque certain Christ aux outrages flammand. Il y a quelque chose de l’innocent immolé sur l’autel de la furie collective en Brodeck, bouc émissaire voué au sacrifice revenu - par la seule folie de son innocence - sur le lieu de sa condamnation à l’abattoir. Le récit du roman se tisse autour de celui de l’épreuve, qui s’impose à cet innocent, de devoir justifier – contraint par la terreur exercée par ses voisins - la mise à mort d’un autre innocent, l’Anderer, l’Autre, l’étranger. Arrivé on ne sait pourquoi et on ne sait d’où au village, il se distingue par ses mœurs étranges, différentes de celles des gens d’ici, et par une curieuse faculté de faire ressurgir du placard des squelettes que l’on voudrait bien y laisser enfermer.
Brodeck scrutant les mécanismes implacables du mal et de son emprise sur l’homme, pris en communauté, ausculte son drame personnel, tâtonne. Quelles sont les limites de l’humanité ? Quelle est-elle, la ligne rouge, celle qui fait que d’un homme il ne reste rien, ce rien qui tient une place si marquante dans les dédicaces et l’incipit du roman ? Autant de flash-back, toujours à demi-mots, reconstituant son histoire, et progressivement la responsabilité de la communauté qui l’entoure et des lâches qui la composent dans l’anéantissement infligé à son être.


Oui, Brodeck peut dire « je n’y suis pour rien ». Il reste que l’extrême sensibilité du roman et ce système de non-dits le rendent d’une lecture pénible, lourdement pathétique – au sens propre du terme. Phlippe Claudel va un peu trop loin dans le pathos narratif et dans la caricature pour que son propos reste digeste. Peut-être à cause d’une volonté excessive de tirer de belles leçons humanistes de son récit? Brodeck pourrait le dire lui-même, l’enfer est pavé de bonnes intentions.

Paris, éd. Stock, 401 p., 21,50 €. Prix Goncourt des lycéens.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • Philippe Faure: Installation

    Philippe Faure: Installation

    Galerie du Musée des Beaux-Arts de Bordeaux Dans le cadre de l’exposition Pierre Molinier "Jeux de Miroirs" Les créatures multijambes de Philippe Faure... Lire la suite

    Par  Rossana De Sordi
    BEAUX ARTS, CÔTÉ FEMMES, CULTURE, EXPOS & MUSÉES, MODE FEMME, STYLISME
  • Mes Philippe Clay

    Les médias n’en feront certainement pas un fromage, demain, mais l’acteur et chanteur Philippe Clay vient de mourir. Voilà une bien triste nouvelle. Lire la suite

    Par  François-Xavier Ajavon
    SOCIÉTÉ
  • Le Café de l'Excelsior; Philippe Claudel

    Café l'Excelsior; Philippe Claudel

    Ce petit livre que j'ai enfin lu m'a émue. Il est très court et raconte les souvenirs douloureux d'une enfance perdue et brisée net par une séparation... Lire la suite

    Par  Sylvielectures
    CULTURE, LIVRES
  • Philippe Faure: Installation

    Philippe Faure: Installation

    Galerie du Mus??e des Beaux-Arts de Bordeaux Dans le cadre de l???exposition Pierre Molinier "Jeux de Miroirs" Les cr??atures multijambes de Philippe Faure... Lire la suite

    Par  Rossana De Sordi
    CÔTÉ FEMMES, MODE FEMME, STYLISME
  • Joyeux anniversaire Philippe Bercovici !

    Joyeux anniversaire Philippe Bercovici

    Philippe Bercovici célèbre ses 45 ans aujourd’hui et a déjà plus de 70 albums à son actif. Il est vrai qu’il a commencé très jeune : ses premiers dessins publié... Lire la suite

    Par  Manuel Picaud
    BD, CULTURE, LIVRES
  • Philippe Lucas : Entraîneur

    "Un casse !" C'est ainsi que Philippe Lucas résume le premier coup de maître de sa carrière d'entraîneur : le titre de championne olympique récolté en 2004 par... Lire la suite

    Par  Eparsa
    CULTURE, LIVRES
  • Pitiés, Philippe Raulet

    Pitiés, Philippe Raulet

    Hier au soir, je suis allée ici, au Grand R, à une soirée "hommage" à Philippe Raulet, décédé le 22 mai 2006. (fiche auteur sur le site Verticales) La soirée a... Lire la suite

    Par  Antigone
    CULTURE

A propos de l’auteur


I_love_vintage 5 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte