Magazine France

#NEXCIS : « esprit de Ségolène, es-tu là ? » #cop21

Publié le 06 septembre 2015 par Gédécé @lesechogaucho

Nexcis2
.
Capture

Source : Nexcis vivra

Cette société, fondée en 2009, est présentée sur son site comme une entreprise de haute technologie implantée à Rousset, entre Aix-en-Provence et Marseille (Bouches-du-Rhône, France), conçoit et fabrique des modules photovoltaïques couches minces CIGS (Cuivre Indium Gallium Sélénium Soufre) innovants. En 2010, pendant la campagne des Régionales, Michel Vauzelle, Président de la Région Alpes-Côte d’Azur, était venu inaugurer les locaux de NEXCIS.Voilà comment cette société était présentée alors :

Capture
La société devait fermer fin 2014, suite à la décision de cessation d’activité de son conseil de surveillance pour des raisons plus que scandaleuses : pure rentabilité financière à court terme. Il est en effet plus rentable de garder par devers soi les brevets et le revendre au meilleur moment.  On connait l’idéologie du tout nucléaire d’EDF, inutile de s’étendre… Et malgré l’approche de la COP21 et les beaux discours d’un gouvernement socialiste qui se découvre soudain, c’est magique,  un élan écologiste malgré les fats et les actes qu’il a déjà posés, inutile de compter sur eux.  Heureusement,  la mobilisation des salariés de NEXCIS a permis de repousser la fermeture au 30 septembre. Les salariés ont intelligemment utilisé ce délai pour assurer le développement d’un projet industriel innovant et écologique. Déjà,  17 brevets ont été déposés. Et au moment même où les chercheurs de NEXCIS ont découvert ce qui suit, il faudrait la fermer ?

Capture

source

Voici la nature du projet de ces salariés :

nexcis4

Ils ont besoin de 25 millions d’euros pour concrétiser ce projet. « La BPI est prête à s’engager à hauteur de 5 millions, une banque privée suit le projet à hauteur de 5 millions d’euros mais ces deux organismes ne dégageront les fonds que si les salarié-es trouvent les 15 millions restants. Il faut donc que l’Europe, les collectivités locales et/ou l’état mettent la main à la poche ». Pour l’instant, à ma connaissance, et cela depuis plusieurs mois, seuls des chercheurs du CRS, qui ont lancé un appel sur Médiapart et Jean-Luc Mélenchon, principale personnalité politique à s’exprimer sur le sujet,  se sont penchés sur leur sort. je  ne peux que faire miens ces mots : « Comment peut-on fermer un fleuron de la recherche et du développement photovoltaïques français, qui a mis au point des brevets révolutionnaires sur un marché émergent ? C’est un gâchis incroyable… Il y a, ici, une énigme. » Allo, esprit de Ségolène, es-tu là ? Une délégation de salariés a bien été reçue par Elisabeth Borne, alors directrice de cabinet, passée depuis à la direction de la RATP. Mais ça c’était… en mars. Depuis, plus rien. L’écologie, c’est bien. Mais pas seulement dans les discours. On sait déjà que la promesse de Hollande sur la réduction de la part du nucléaire ne sera pas respectée, pas plus que la fermeture de Fessenheim, malgré le danger réel et la vétusté. Une solution pourtant concrète à la diversification des énergies, moins polluante, est représentée par la nature de ce projet, et pourtant, on n’en ferait rien ? Les beaux parleurs ne nous disent-ils pas sans cesse que l’avenir est aux petites entreprises à forte valeur ajoutée ? Prenons les au mot. Que nos personnalités politiques transforment donc par ce projet leurs mots en actes, et notre monde ne s’en portera que mieux.

Rejoindre leur comité de soutien

nexcis1


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Gédécé 134609 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte