Magazine Environnement

Lumwana : le cuivre comme catalyseur de croissance locale

Publié le 07 septembre 2015 par Nicomak @Myriam_Nicomak

Dans un précédent billet, s’est posée la question de la responsabilité sociétale des entreprises mélées de près ou de loin à l’activité minière.

02 (1)
L’accent a été mis sur le travail des enfants dans les mines d’or. Mais l’impact de ces compagnies ne se limite pas seulement à cet aspect. Biodiversité, emploi, logement, santé, économie locale, nourriture et eau potable… sont concernés par les activités minières.

Nous pourrions juger ces entreprises « coupables » et s’arrêter là. Ce serait facile !

La Responsabilité Sociétale des Entreprises (RSE) « fournit une manière de répondre aux préoccupations du consommateur sur les produits qu’il achète » (MiningFacts.org) et cela, plusieurs compagnies minières s’en sont aperçu.

En se posant la question suivante « Comment peuvent-elles résoudre les problématiques sociales de sorte à ce que cela leur soit économiquement profitable ? », certaines ont vu les bénéfices (programmes d’aides, mesures fiscales avantageuses etc.) d’une communication transparente (sur leurs sites web, la presse écrite et sur les chantiers).

Est-ce bien de la RSE ?

Sans un changement significatif dans leurs pratiques qui ont un impact social et environnemental négatif, ces mesures seraient du Greenwashing

Prenons l’exemple de Lumwana, une ville minière située en Zambie qui n’était à l’origine qu’un simple village rural ayant pour seule activité l’agriculture de subsistance. Les possibilité d’emploi pour la main d’oeuvre locale étaient très limitées.

Jusqu’à l’acquisition de la mine par Equinox Minerals Limited (un groupe minier international).

Equinox, a souhaité dès le début, combler le maximum de ses besoins en main d’œuvre sur le marché local du travail. Avec l’aide de la Banque européenne d’investissement, elle a lourdement investi dans des programmes de formation (permis de conduire pour camions de 240 tonnes notamment) pour permettre aux employés de travailler efficacement et en toute sécurité tout au long du projet.

Grâce à l’aide des pouvoirs publics Zambiens, les investissements ont aussi concerné les infrastructures : rénovation des routes, extension du réseau d’alimentation en électricité et en eau, favorisant ainsi l’autonomie locale.

Le projet a débuté en 2001 et a créé des emplois directs ou indirects pour quelque 3 000 Zambiens. Il a aussi donné naissance à une nouvelle ville comptant 1 000 logements, des zones d’activité, des commerces, des écoles et des installations médicales.

Qu’en est-il de l’impact environnemental ?

L’impact environnemental de l’exploitation minière est une question épineuse (biodiversité, pollution, déforestation etc.)

Dans le cas du projet Lumwana, les incidenses environnementales et sociales (EIES) ont été évaluées de manière exhaustive aboutissant à des recommandations ce qui a permis d’obtenir une large adhésion à l’échelle locale. En conséquence, le projet est conforme aux politiques de l’UE en matière d’environnement et aux principes d’Équateur édictés par la Banque mondiale.

En 2009, la mine a produit 109 000 tonnes de cuivre sous forme de concentré, essentiellement fondu et raffiné en Zambie.

En Juillet 2011, la société Barrick Gold a racheté la totalité des droits d’exploitation de la mine et s’est fortement impliquée dans le dialogue multi-parties prenantes incluant les pouvoirs publics, les communautés et les associations afin de garantir la mise en place de solutions durables et responsables.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Nicomak 277 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte