Magazine Science & vie

LE MONDE SELON LA PHYSIQUE ( PHYSICS WORLD COM ) : Nouveautés d 'Aout suite 3)

Publié le 08 septembre 2015 par 000111aaa

 Comme mes lecteurs s’en sont rendus compte , la publication de Physics World .com  est au fond le recensement Internet  des articles originaux parus dans les revues scientifiques   déjà  spécialisées ( et souvent à comités de lecture)….Je n’ai pas le budget ni le temps pour recevoir ,dépouiller  puis traduire tous ces journaux   et   mon travail de traduction  ne fait que vous rendre disponibles les résumés (  en français )de tous ces travaux ….. Physics World   qui est une publication sponsorisée par l  ‘ IOP : (Institute of physics anglaise ) a le personnel et les moyens nécessaires pour faire ce travail de veille puis de  suivi ,et de dépouillement des articles parus  , moi pas ….. JE NE FAIS QUE MONTER DANS UN  TRAIN EN MARCHE !

--------------------------------------------------------------------------

1/ RESUME

LE MONDE SELON LA PHYSIQUE (  PHYSICS WORLD COM )  :  Nouveautés d 'Aout  suite 3)

Physicists create a magnetic wormhole in the lab

8 comments

Spherical device might have very down-to-Earth applications

 :Les trous de ver relèvent  normalement de la science-fiction ( sauf pour quelques personnes qui veulent mathématiser  à tout coup  une réalité  d abords difficiles !)  mais la nouvelle recherche menée par un groupe de physiciens en Espagne a montré qu'il était  possible de construire l'équivalent magnétique d'un trou de ver qui serait  capable de transporter un champ magnétique d'un point dans l'espace à  un autre . L'équipe a construit un trou de ver sphérique, fabriqué à partir de composants ferromagnétiques et supraconducteurs et  qui est magnétiquement masqué. Les chercheurs disent que ce travail pourrait se révéler particulièrement utile dans l'imagerie par résonance magnétique.

Je rappelle pour les non-initiés  que les trous de ver sont  de très hypothétiques "caractéristiques topologiques»  produites sous forme   de tunnels qui, en théorie, devraient relier deux régions éloignées de l'espace-temps, par l'intermédiaire de dimensions supérieures. Ils sont prédits par certaines solutions de la relativité générale,  comme conséquences extrêmes   d'objets  si massifs  qu’ ils produiraient  cette  distorsion si sévère entre deux espace-temps……Mais ceci n'a jamais été observé dans la nature et serait extrêmement difficile à  recréer en laboratoire.

C’est pourquoi  le dernier travail de Alvaro Sanchez et ses collègues de l'Université Autonome de Barcelone  a commencé par intriguer !  Ils  ont conçu et construit un trou de ver pour un champ magnétique. La  sphère de 9  cm de diamètre guide  et conduit  un champ magnétique depuis une source de dipôle placé d'un côté , alors  que ses lignes de champ semblent émaner d'un monopole de l'autre côté de la sphère. En quelque sorte  il semble que  le champ prendrait  un raccourci invisible à travers l'espace intermédiaire. "Vous voyez l'appareil avec vos yeux», dit Sanchez, "mais magnétiquement il est indétectable. C’est comme si  les lignes de champ sont passés par une autre dimension spatiale."

 Bien entendu , Sanchez ne pense pas qu’un tel dispositif d’arrangement d’aimants  en labo  puisse  en quoi que ce soit  aider à améliorer notre compréhension des trous de ver cosmologiques putatifs. Ces objets seraient compter sur la distorsion de l'espace-temps lui-même, plutôt que sur un domaine particulier au sein de l'espace-temps, et comme tel, il faudrait d'énormes sources de gravité. "Les scientifiques sont très bons  pour manipuler des champs magnétiques," dit-il, "mais nous ne possédons  pas  la même maîtrise de la gravitation."

  MON COMMENTAIRE

 Mes photos vont vous aider a comprendre  ce tour de passe-passe de laboratoire !

co-author Jordi Prat-Camps.

Illustration of the device (L) and its appearance from a magnetic point of view (R)

Illustration of the device (L) and its appearance from a magnetic point of view (R)

-------------------------------------------------------------

2 : RESUME

LE MONDE SELON LA PHYSIQUE (  PHYSICS WORLD COM )  :  Nouveautés d 'Aout  suite 3)

Hydrogen sulfide is warmest ever superconductor at 203 K

7 comments

"Holy grail" discovery is first major step for conventional room-temperature superconductivity

Le sulfure d'hydrogène devient supraconducteur à la température étonnamment élevée de 203 K (-70 ° C), lorsqu’il est  sous une pression de 1,5 million de bars , selon les travaux récents menès  par des physiciens en Allemagne (    Mikhail Eremets,  Max Planck Institute for Chemistry,  Mainz).Ce résultat  fracasserait  le record précédent de la supraconductivité conventionnelle et (-89,2 ° C ou 184 K) . Les chercheurs disent que la découverte pourrait être une étape importante vers la supraconductivité à température ambiante.

 Là encore , je rappelle que  les supraconducteurs conduisent l'électricité avec une résistance nulle en dessous d'une température critique. Une deuxième caractéristique clé est qu’ en dessous de la température critique  les champs magnétiques sont expulsés ! - cela est surnommé l'effet Meissner. Le but ultime serait bien entendu de mener  à  un supraconducteur qui fonctionnerait à température ambiante. Cela permettrait  d'améliorer considérablement l'efficacité de la production d'électricité et la transmission, et de développer  des utilisations actuelles de la supraconductivité, telles que des aimants supraconducteurs dans les accélérateurs de particules,  et beaucoup plus simples

Tout le monde  n’est  pas convaincu, cependant, par l'interprétation de la supraconductivité conventionnelle. «Je ne crois pas que ce soit la supraconductivité conventionnelle résultant de vibrations à haute fréquence de l'hydrogène», explique Jorge Hirsch, un physicien  à l'Université de Californie, San Diego, quin’ a  pas été impliquée dans le travail de Eremets. "Si c’est de la supraconductivité, je crois qu'elle est la supraconductivité non conventionnelle résultant de trous conducteurs par anions de soufre." Il ajoute qu’au lieu  de trouver d'autres  de ces supraconducteurs à haute température, les chercheurs feraient mieux de  se pencher sur les composés soufrés sous des pressions très élevée  . Travail publié dans NATURE

Michael Allen ecrivain à  PHYSICS WORLD

  MON COMMENTAIRE 

Je suis d’ un réalisme sordide : peu importe l   C’est le gain en performance qui compte !  VIVE LES  FUTURS SUPRACONDUCTEURS  A LA TEMPERATURE AMBIANTE !

----------------------------------------------------------

3 :RESUME 

LE MONDE SELON LA PHYSIQUE (  PHYSICS WORLD COM )  :  Nouveautés d 'Aout  suite 3)

Single photons see the light

1 comment

Photon–photon interactions pave the way to all-optical quantum computers

Une nouvelle astuce qui permettrait  de  faire interagir  les photons  les uns sur   les autres a été développée  par les physiciens au Canada. Par l'utilisation d'un gaz ultrafroid d’atomes de rubidium, les chercheurs ont montré qu'un seul photon peut avoir un effet mesurable sur l'état d'un faisceau de photons séparé. Ils avancent  que ce résultat marquerait  une étape importante sur la voie de développement des ordinateurs quantiques qui codent l'information en utilisant la lumière, plutôt que de la matière.

À bien des égards, les photons sont le support idéal de données pour les systèmes d'information quantique, mais, compte tenu de leur absence de charge, ils n’ interagissent pas les uns avec les autres. Ceci est un problème particulier dans le développement des ordinateurs quantiques - des portes logiques classiques utilisés dans les ordinateurs quantiques exigent des entités qui codent des bits pour interagir avec d’ autres.

Pour contourner ce problème, la matière pourrait être utilisée comme un intermédiaire –l’ état atomique d'un matériau pourrait être modifié par un photon, et lequel  à son tour irait  changer l'état d'un deuxième photon. Mais cet effet est très faible -  C’ est seulement depuis le développement du laser en 1960, qu’ il a été possible de produire des faisceaux de lumière à haute intensité qui ont un effet mesurable sur d’autres. Malheureusement, la technologie quantique exige que les données soient codées par des photons individuels, plutôt que  par des faisceaux   laser .

Dans  son  dernier  travail , Aephraim Steinberg et ses collègues de l'Université de Toronto ont montré comment un photon unique - un faisceau  «signal» - tiré  d’ un gaz de rubidium-85  d’atomes refroidis à quelques micro-kelvins peut modifier l'état d'une faisceau «sonde» qui se déplace à travers le gaz dans la direction opposée. Pour ce faire, ils   doivent régler la fréquence de la sonde pour  égaler celle de l'une des principales transitions de rubidium. Ils utilisent ensuite un troisième laser pour graver une "fenêtre de transparence" très étroite au sein de la ligne d'absorption de telle sorte que la sonde peut voyager librement à travers le gaz. Le travail des photons du signal est alors de modifier très légèrement la fréquence de résonance du rubidium, ce qui permet aux photons de la sonde  d etre  momentanément absorbés  puis  réémis, changeant ainsi la phase de la sonde en la  retardant  légèrement.

Research is published in Nature Physics.

About the author Ph  W /Edwin Cartlidge

Mon commentaire :JE  REPRENDS POUR MIEN CELUI DE L AUTEUR   QUE JE CITE : «in 2006, Jeffrey Shapiro at the Massachusetts Institute of Technology calculated that such a large phase change would introduce enough noise into the photon–atom system to destroy the delicate quantum state. "It remains an open question as to whether one can exploit loopholes in his theorem," says Steinberg.”  : en effet remplacer un signal pur par un signal bruité  ne me semble pas  spécialement désigné pour ces informatiques quantiques futures!  

--------------------------------------------------------------

4:RESUME 

LE MONDE SELON LA PHYSIQUE (  PHYSICS WORLD COM )  :  Nouveautés d 'Aout  suite 3)

Could radon and one of its radioactive isotopes reliably predict an earthquake?

Radon–thoron isotope concentrations may peak before an earthquake

Une analyse combinée des concentrations de radon et de l'un de ses isotopes radioactifs appelés "thoron" peut potentiellement permettre  la prévision des tremblements de terre imminents, sans interférence   avec d'autres processus environnementaux, selon un nouveau  travail effectué par des chercheurs de la Corée. L'équipe a surveillé les concentrations de deux isotopes pendant environ un an et a observé des  inhabituellement grands pics de la concentration de thoron seulement en Février 2011, précédant le tremblement de terre du Tohoku au Japon, tandis que les grands pics de radon ont été observées à la fois en  février et l'été. Basé sur leurs analyses, les chercheurs suggèrent que les pics anormaux observés dans ce mois étaient  des signaux précurseurs liés à ce tremblement de terre qui a suivi le mois suivant.

La prévision des séismes reste le Saint Graal de la géophysique, et une méthode souvent proposée, mais très contestée  pour des prévisions de tremblement tourne autour de la détection de quantités anormales de certains traceurs gazeux dans le sol et les eaux souterraines. Celles -ci sont soupçonnées d'être  concernées  par le stress pré-sismique et la  micro-fracturation de la roche dans la période immédiatement avant un tremblement de terre.

 Le  monoposte utilisé dans l'étude ne serait pas en mesure de localiser ou d'évaluer la magnitude d'un séisme imminent, mais l'équipe suggère que  cela peut être fait en utilisant un vaste réseau de tels détecteurs. Bien que les chercheurs aient entrepris leurs mesures dans un système de grottes de calcaire naturelles , le principe pourrait également être appliquée à des cavernes artificielles, avec la méthode  pour ne pas être dépendant d'une lithologie particulière de la roche.

Heiko Woith, un hydrogéologue à la Helmholtz-Zentrum Potsdam en Allemagne, qui n'a pas été impliqué dans le travail de l'équipe coréenne, est sceptique quant à la nouvelle méthode. "La longueur de la série chronologique est trop courte pour juger de la fiabilité d'un précurseur," dit-il, mettant en garde  contre une origine non-tectonique pour le thoron  , anomalie  qui ne peut toujours pas être exclue . "Certes, l'approche radon thoron est intéressante pour  suivre dans les études futures, mais il est prématuré et trompeur de l'appeler  nouveau « précurseur du tremblement de terre fiable »à ce stade," conclut-il

La recherche est décrite dans les rapports scientifiques.A propos de l'auteur

Ian Randall est un écrivain de science basée en Nouvelle-Zélande

MON COMMENTAIRE /Je ne vois pas un développement  de cette méthode  autre qu’ en recherche

-


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


000111aaa 168 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine