Magazine Sport

Michalak, je t’aime, moi non plus !

Publié le 23 septembre 2015 par Playeur.co @playeurco

Pépite du rugby français, génie devenu paria, exilé Sud-Africain voici les carrières dans la carrière de Frédéric Michalak : des montagnes russes. Revenu en grâce pour cette coupe du monde 2015, « Fred » n’a jamais laissé insensible le cœur des gens et des supporters français. Par intermittence.
Décryptage pour le blog Playeur.

Un début de carrière en fanfare

Future star annoncée du rugby français, la carrière de « Fred » démarre en fanfare avec un titre de champion de France en 2001 avec Toulouse. Vous vous souvenez forcement de ses 4 pénalités de plus de 50 mètres passées en finale à seulement 19 ans. Taille patron. Il devient naturellement l’ouvreur du XV de France pour la coupe du monde 2003. Il réalise alors un sans faute jusqu’en demi finale avant de s’effondrer face à Johnny Wilkinson dans des conditions météorologiques dantesques.
Naissent les premiers doutes, les premières divisions du monde du rugby français et surtout les premières blessures graves en 2006 avec une rupture du ligament croisé du genou.

Un exil au bout du monde

« Fred » a alors besoin d’un nouveau challenge, un vrai nouveau départ pour se relancer. Il décide alors de s’exiler chez les Sharks, une première fois en 2008, puis une seconde fois en 2011, après un retour raté au Stade, son club de toujours. De ces exils « Fred » reviendra avec 1 trophée et deux finales perdues avec en prime, une nouvelle blessure au genou.

Retour en grâce pour la coupe du monde 2015

En 2012, Bernie Laporte accepte de le relancer à Toulon. Malgré le Sir « Johnny » , titulaire au poste de numéro 10, Fred relève le défi. Auteur de nombreux déménagements à l’ouverture et la mêlée, et sans être un titulaire indiscutable, « Fred » parvient à convaincre PSA (pas les voitures) d’en faire son ouvreur pour cette coupe du monde…
Comme tout au long de sa carrière, Michalak fera débat, une dernière fois peut-être, dans un monde qui ne l’a jamais épargné. L’histoire de sa vie sportive.

_66250372_michalak624

Un palmarès immense

Le palmarès de « Fred » est immense, peu de rugbyman français peuvent se vanter d’en avoir un similaire. C’est simple, il a gagné partout où il est passé, en club comme en sélection. Il est également devenu le meilleur buteur de l’histoire des bleus en détrônant un certain Titou Lamaison..

Mais il est le stéréotype du joueur doué qui divise les français

Malgré ce palmarès « Fred » aura toujours fait débat car il fait parti de ces sportifs français dont on attend toujours plus, qu’on a du mal à estimer à leurs justes valeurs..
Ces sportifs français qui très forts, très (trop ?) jeunes n’ont plus vraiment de marge de progression alors que les connaisseurs en attendent davantage.
Il n’y a pas de juste milieu avec ces « génies » en France, on les aime ou on les déteste et même parfois on passe d’un sentiment à l’autre en quelques secondes… Jamais de demi mesure !

Je fais partie de ceux qui l’ont toujours soutenu et je suis certain que « Fred » a cette obsession de finir à 33 ans par mettre tout le monde dans sa poche en emmenant le XV de France sur le toit du rugby mondial !

Yes, he can !

Jack’s

logo playeur


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Playeur.co 15506 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine