Magazine

Afrique du Sud : l’excès de protection génère de l’exploitation

Publié le 23 septembre 2015 par Unmondelibre
Version imprimableVersion imprimable Afrique du Sud : l’excès de protection génère de l’exploitation

L’Afrique du Sud est incroyable. Nous y protégeons les travailleurs de l'exploitation des employeurs plus que tout autre pays. Nous enregistrons cependant le plus haut niveau de chômage de longue durée dans le monde. La meilleure façon de protéger de l’exploitation consiste à faire en sorte que personne n’ait un emploi.

Quand on part de cet angle décalé, le problème revient à dire que « trop de gens » ont encore des emplois. On pourrait même qualifier de stupides les travailleurs qui continuent à accepter des emplois en dessous de ce que ces bien-pensants considèrent comme « salaire décent ». Ainsi, afin de réduire l'exploitation et d’étendre les « avantages du chômage », on pourrait déterminer de nouveaux «  standards » de l’emploi qui pousseraient les employeurs à utiliser des machines au lieu de travailleurs et à investir à l'étranger au lieu de l’Afrique du Sud.

Il y est en effet prévu de déterminer un salaire minimum obligatoire. Grâce à la théorie économique et à l'expérience, nous savons que les salaires minimums protègent les travailleurs contre l'exploitation pour la bonne et simple raison que leurs emplois sont fragilisés voire détruits. Les résultats de plusieurs années de salaires minimums sectoriels le prouvent. Si le salaire minimum fonctionne aussi bien que des minimums sectoriels, la prochaine étape sera d'augmenter le salaire minimum indéfiniment, peut-être jusqu'à 1 million de rands par mois. Tant que les gens sont employés, nous pouvons ajouter autant de zéros que nécessaire pour éradiquer complètement l'exploitation des travailleurs par les employeurs.

Les gens exigeants un modeste salaire minimum de quelques milliers de rands, ne se rendent pas compte que la différence entre un haut et un bas salaire minimum est une question de degré, et non pas de principe. Ce qu’ils doivent déterminer est le niveau de chômage qu’ils aimeraient avoir et augmenter le salaire minimum en fonction de ce niveau pour atteindre leur objectif : 1 milliard de Rands par mois permettra d'assurer 100% de protection ; 1 million de Rands laissera quelques PDG riches en poste, et 100 000 Rands par mois permettra de protéger radicalement les travailleurs syndiqués de l'exploitation des employeurs en les transformant en chômeurs.

Pourquoi envisager des sommes aussi minimes que 4 000 Rands? Pourquoi le Congrès des syndicats sud-africains (COSATU) est-il si méchant en exigeant 7 000 Rands ? Pourquoi pas 15 000 Rands par mois ? Pourquoi seulement un dixième du salaire minimum proposé aux Etats-Unis ? Pourquoi pas un million par mois? Les socialistes ne comprennent-ils pas vraiment le mécanisme des prix ? Pour être juste, les gens qui causent le chômage pourraient ne pas en avoir l'intention. Comme on le dit : l’enfer est pavé de bonnes intentions. Peut-être qu'ils pensent qu’en rendant la décision d’embauche difficile, coûteuse et risquée pour l’employeur, par magie, cela ne réduira pas l’offre d’emploi. Peut-être tourner leur position en dérision et les stigmatiser est injuste.

Selon Patrick Craven, gourou du Cosatu (Congrès des syndicats sud- africains), ce que les partisans du libre marché « ne comprennent pas », est que si les employeurs paient plus, les travailleurs dépenseront plus, ce qui permet aux employeurs de payer plus, et ainsi de suite. Cela permet d’entrer  dans un cercle vertueux perpétuel. Selon cette logique, nous avons besoin d'un salaire minimum infiniment élevé. Selon un autre gourou du Cosatu, Neil Coleman, les taux de croissance élevés du Brésil ont été causés par la hausse des taux de salaire minimum, et non pas par la libéralisation des marchés.

Le salaire minimum élevé a transformé notre cher voisin zimbabwéen en une nation de trillions de chômeurs. Il jouissait du plus haut taux de croissance économique dans le monde (dans sa propre monnaie) au moment il augmentait les salaires de milliers de milliards de dollars zimbabwéens.

La caractéristique déterminante de rares exemples de la hausse des salaires minimaux accompagnée par un faible taux de chômage est toujours et partout la libéralisation du marché. Nous voulons réaliser l'impossible: emploi et croissance avec un rôle accru pour le gouvernement.

Comme l’a observé l'économiste anti-marché, Joan Robinson, « la misère d'être exploités par les capitalistes n’est rien comparée à la misère de ne pas être exploité ». Nous sommes susceptibles d'obtenir un salaire minimum national et d'autres lois de plus en plus onéreuses en matière d'emploi. Cela, combiné à la hausse des niveaux de l'interventionnisme, devrait induire une stagnation du taux de chômage au-dessus de 40% (ou 20% si les travailleurs "mécontents" sont exclus). Si nous ne sommes pas intimidés par les personnes qui veulent le minimum salarial fixé à quelques milliers de rands, nous pouvons réaliser 50% de chômage en moins d'un an.

Leon Louw, analyste pour The Free Market Foundation - Article initialement publié en anglais par la Free Market Foundation - Traduction réalisée par Libre Afrique - Le 23 septembre 2015


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Unmondelibre 427194 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte