Magazine Culture

Critiques Séries : The Strain. Saison 2. Episode 11.

Publié le 24 septembre 2015 par Delromainzika @cabreakingnews

The Strain // Saison 2. Episode 11. Dead End.


Au moins cet épisode a le mérite de ne pas être trop ridicule par rapport aux autres. En se concentrant sur l’histoire d’Eichhorst la série parvient à nous offrir un autre élément de sa mythologie qui s’avère être plutôt pas mal. On nous présente dans un premier temps Eichhorst comme un homme faible dans une Allemagne qui ne veut pas vraiment lui donner l’occasion de prouver qu’il est quelqu’un de bien qui a de quoi réussir. Il a énormément de mal à se faire une place, à rencontrer des gens sauf une jeune femme blonde qui travaille avec lui. C’est la seule personne qui semble avoir de la sympathie pour lui. Elle s’appelait Helga. Elle a de l’intérêt pour cet homme sincère et surtout timide, qui n’a aucune assurance mais qui tente malgré tout de se faire une place en tant que commercial. Tout cela jusqu’à ce que l’on se rende compte que la petite histoire ne peut pas très bien se terminer. En effet, alors que le parti nazi prend le contrôle de l’Allemagne et commence à déporter les juifs, il se trouve que Helga fait partie des juifs et qu’elle va à un moment être déportée (enfin, en l’occurrence ici tuée, pendue au milieu de la place public, afin de choquer encore un peu plus Eichhorst qui vient de perdre ici la seule personne qui l’aimait vraiment pour ce qu’il est et pas ce qu’il est devenu). Car oui, entre temps il est devenu un SS mais ça ce n’est pas une nouveauté étançonné que l’on connait déjà cette partie de l’histoire.

Eichhorst n’a donc pas toujours été le méchant. Ce méchant a été construit par la société et les malheurs qu’il a eu au fil des années. The Strain chercherait presque à créer la métaphore de l’homme solitaire moqué par tous qui se soulève dès que la société lui en donne l’occasion, prend les armes et cherche simplement à se venger. Mais d’un autre côté, le fait que Eichorst se sente particulièrement fort dans son costume de SS va lui donner envie de sacrifier Helga. C’est comme s’il sacrifiait l’amour pour un peu d’assurance et une vie de respect et de crainte. C’est assez étrange mais d’un autre côté cela correspond bien au personnage. Dans le présent, Eph, Nora et Fet tentent de sauver Dutch des sales pattes de Eichorst. Le parallèle est assez intéressant dans le sens où Dutch est un peu Helga mais de nos jours. Elle est enchaînée, désespérée, à la merci de Eichorst sauf qu’en amour, il ne sait pas du tout comment s’y prendre. En tout cas, l’idée n’était pas bête et le parallèle s’avère être beaucoup plus intelligent que je n’aurais probablement pu l’imaginer au départ. Accessoirement, ce que j’ai aussi beaucoup aimé dans ce nouvel épisode c’est le fait que The Strain parvienne à nous en dire un peu plus sur la vie de cet homme miséreux qui pense que le pouvoir prévaut sur le reste (et notamment l’amour).

Il est brisé, certes. Dutch est cependant quelqu’un de très malin. Son adresse et son intelligence vont la sauver des griffes du personnage (même si c’est véritablement notre équipe de choc qui va la sortir de son fourbi). La scène de la tentative de viol par un vampire est la première fois que The Strain tente une telle chose. C’est aussi peu ragoutant que ce n’est intéressant. Je ne m’attendais pas du tout à une telle scène mais Eichorst a déjà la tête du pervers parfait pour ce genre de scènes et cela s’avère être particulièrement intéressant. Puis le reste des personnages navire au milieu de la série sans que cela ne soit particulièrement efficace. Lumen est entre les mains d’Alonso Creem, Setrakian ne semble pas pouvoir reprendre son souffle, Gus, le Silver Angel et Guptas, tout cela tente de donner un autre rythme à la saison sauf que ce n’est pas suffisamment fort pour le moment. Je me demande d’ailleurs comment compte évoluer les deux derniers épisodes de la saison. Eichorst va t-il survivre à cette saison 2 ou bien va t-il finir par s’en sortir comme le Master l’an dernier ? Je me le demande car tuer Eichorst a été le but d’Eph depuis un sacré bout de temps maintenant dans cette saison. Ce serait bête qu’il rate sa cible comme l’an dernier avec le Master. Ce serait too much même si j’adore le personnage d’Eichorst, l’un des rares a avoir un vrai charisme dans cette série.

Note : 6.5/10. En bref, avec quelques bonnes idées, The Strain surprend.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Delromainzika 16081 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte