Magazine Politique

Ligne TGV Bordeaux-Toulouse : «Complètement cinglé» selon José Bové

Publié le 29 septembre 2015 par Blanchemanche
#TGVBordeauxToulouse #JoséBové
François Vignal
Le 28.09.2015

Ligne TGV Bordeaux-Toulouse : «Complètement cinglé» selon José Bové
© AFPL’Etat a décidé de valider la construction de la ligne à grande vitesse Bordeaux-Toulouse et Bordeaux-Dax, contre l’avis de l’enquête publique. « Où est la démocratie ? » demande José Bové, député européen EELV. Il y voit « un coup de pouce » au PS avant les régionales. « La résistance juridique et foncière va s’organiser » prévient l’altermondialiste, « on fera tout pour que ça ne se fasse pas ». Entretien.Que pensez-vous de la décision du gouvernement d’approuver la construction des lignes à grande vitesse Bordeaux-Toulouse et Bordeaux-Dax ?J’ai trouvé cette histoire singulière. D’un coté, on nous dit qu’il faut suivre les procédures et les accepter. C’est ce qu’on nous a dit à Notre-Dame-des-Landes. Et là, la Cour des comptes et le commisseur-enquêteur disent qu’il ne faut pas faire ce projet. Or le gouvernement répond « on le fait quand même ». Ça pose un vrai problème sur le droit aujourd’hui. Qu’il y ait un avis favorable ou défavorable, si le gouvernement a décidé de faire son projet, il le fait… La concertation et les débats autour des projets sont-ils utiles ou pas ?Qu’une commission d’enquête publique dise oui ou non, l’Etat fait ce qu’il avait décidé. Où est la démocratie dans ce mode de fonctionnement ? En plus, la Cour des comptes dit qu’il n’y a pas les financements. Il n’y a pas le début de la moitié d’un euro pour financer ce projet. En modernisant la ligne, on dépenserait beaucoup moins d’argent.Derrière cette jonction Bordeaux-Dax, il y a aussi l’Espagne. Et comme il y a une telle opposition à Bayonne, plus personne n’ose parler de ça. Le processus est très mal engagé. La commission d’enquête a souligné aussi le nombre de terres agricoles qui seront prises. Pour la durée du trajet, on se retrouve sur un différentiel de moins d’un quart d’heure et ça nécessite 7 milliards d’euros... C’est complètement cinglé.Une fois la ligne terminée, le temps annoncé pour Paris-Toulouse est de 3h10 contre 5h30 aujourd’hui…Je ne crois pas les temps de trajet avancés. Même si on gagne 30 min, est-ce que ça vaut la peine surtout que la SNCF est dans le rouge ? On a problème de financement, un problème de terres agricoles. Et on veut investir sur les projets qui ne sont pas ceux qui irriguent les territoires.Comment expliquez-vous alors cette décision ?Est-ce le fantasme des travaux qui permettraient de relancer la croissance ? On est dans la croyance mythique que le gros BTP tire l’économie. J’ai entendu dire que ça allait donner un coup de pouce au président PS sortant de la région Aquitaine pour les élections régionales. Pareil pour le candidat de Toulouse-Montpellier. Ça me paraît très dangereux comme élément. Balancer un truc comme ça, alors qu’on sait que ça va être très compliqué, et qu’on sait que ça ne se fera pas, c’est curieux. Et si on veut remobiliser les gens aussi…Remobiliser les gens de quel point de vue ?Evidemment, le stade suivant sera la signature par le gouvernement de la déclaration d’utilité publique. Et à partir du moment où elle sera signée, ils vont enclencher le processus d’expropriation. Là, je leur souhaite bonne chance car la résistance juridique et foncière va s’organiser.Pourrait-on assister à un nouveau Sivens ?Je ne sais pas. On n’est pas sur un seul site mais sur X kilomètres. Des collectifs pourront-ils se mettre en place s’ils lancent des travaux là où il paraît y avoir une opposition ? On est loin d’être là. L’expropriation peut être longue et ça peut être la guérilla juridique. Mais ça ne se fera pas. On fera tout pour que ça ne se fasse pas.Plusieurs élus locaux se réjouissent de cette annonce. N’y a-t-il pas un argument économique en faveur du prolongement de cette ligne à grande vitesse ?
J’aimerais voir quels sont les élus locaux qui vont prendre l’avion ou le train. Au mieux, ça se fera dans 30 ans. Et dans 30 ans, on pensera que c’est idiot. Ça ne se fera pas car financièrement c’est intenable. Aujourd’hui pour Toulouse, c’est bien plus important de se rapprocher de Barcelone que de Paris. Le développement économique est tiré sur le grand arc Méditerranéen. Là, on est dans un fantasme jacobin du XIXe siècle où tous les trains sont concentrés vers Paris. C’est un mode de développement archaïque. Et c’est en contradiction par rapport à la réforme des régions.
http://www.publicsenat.fr/lcp/politique/ligne-tgv-bordeaux-toulouse-completement-cingle-selon-jose-bove-1061428

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Blanchemanche 29312 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines