Magazine Asie

Visite de Kaesong (2) – Le Cirque

Publié le 08 juin 2008 par Fredo
Une fois sorti du parc – via un nouveau checkpoint -, changement radical d'ambiance : on est au nord, le vrai, celui des larges rues vides impeccablement balayées, des petits pionniers avec leur foulard rouge qui font des signes de la main, des vélos qui tracent en faisant semblant de rien. Depuis ma dernière visite il y a presque un an, la ville n'a pas changé. Les affiches de propagande sont nombreuses sur le passage de nos bus, et la vitrine du supermarché de la ville offre toujours la même poignée de produits délavés par le soleil.
On ne peut pas prendre de photo lors des trajets ; lors du retour au sud, le contenu des appareils photos de la totalité des touristes (plusieurs centaines) sera systématiquement passé en revue.
Notre bus s'est mélangé à ceux des touristes sud-coréens, et nous visitons avec eux les passionnantes attractions de Kaesong : le pont avec la trace rouge – le sang d'un homme illustre -, la tortue dont il faut toucher le nez pour avoir de la force, le musée de Koryo, le petit temple. Kaesong, la fourmillante capitale de la dynastie Koryo (918-1392), c'est plus d'un millénaire d'histoire, jusqu'à un million d'habitants lors de son apogée, de nombreuses reliques qui ont échappé à la guerre, et une après-midi de visite au pas de course.
Philipe Pons du Monde a fait de cette excursion à Kaesong un excellent article :
Alors que l’autre site touristique nord-coréen, le mont Kumgang, ouvert depuis une dizaine d’années sur la côte orientale, est un vaste parc naturel délimité par des grillages et coupé du reste du pays, les visiteurs sont ici en pleine ville. Mais une ville réduite à un décor : les touristes n’ont qu’un aperçu rapide et frustrant de ce que fut cette ancienne capitale devenue par la suite une prospère cité de marchands et de lettrés. (...)
Lorsque les touristes sont en ville - de 9 heures à 16 heures -, les habitants de Kaesong sont tenus à l'écart des sites. Sur le passage du convoi, les rues perpendiculaires aux grandes avenues empruntées sont gardées par des policiers. La dizaine de bus - dont les plaques minéralogiques sud-coréennes sont voilées - évitent les monuments à la gloire du régime, telle la gigantesque statue de bronze du Grand Leader Kim Il-sung, le bras levé indiquant la Voie, qui domine la ville et que l'on ne fera qu'entrevoir sur sa hauteur. Seuls des panneaux muraux représentant un soldat écrasant du poing un char impérialiste ou des slogans en gros caractères sur le Soleil du XXIe siècle (le dirigeant Kim Jong-il) rappellent l'idéologie ambiante.

La visite se fait au milieu d'une armée d'ajumas en casquette, une vision surréaliste en Corée du Nord. On se croirait presque à Gyeongbokgung un jour de fête. La plupart des touristes sont surexcités, mitraillent de photos les endroits autorisés, achètent alcools, ginseng, et bile d'ours. Je me demande comment les Nord-Coréens, impassibles, perçoivent leurs frères du sud, venus se chercher une simple dose de sensations fortes dans ce qui est leur quotidien.
300 touristes pour deux pavillons. La Corée du Nord, c'était mieux avant.
Je n'ai toujours pas eu la chance de visiter la vieille ville, ses belles maisons traditionnelles le long d'un petit canal entr'aperçu du bus… Un jour, c'est promis, j'y arriverai.
Toujours Pons:
Les visites à Kaesong, ouvertes aux étrangers, ont été autorisées par le dirigeant Kim Jong-il lors du sommet intercoréen d'octobre 2007 après trois ans de laborieuses négociations. C'est une opération rentable pour la RPDC qui encaisse 100 dollars sur les 195 déboursés par chaque touriste - soit environ 1 million de dollars par mois (plus de 645.000 euros), presque autant que ce que rapportent les 13.000 employés de la zone industrielle de Kaesong... A ces royalties s'ajoutent les achats de souvenirs dans les boutiques flambant neuves des sites, abondamment fournies en ginseng sous toutes ses formes, alcools locaux variés, champignons séchés (dont raffolent Coréens et Japonais)... Tout est réglé en dollars.
Oui, la Corée du Nord a un intérêt financier à ouvrir Kaesong aux touristes du sud; cependant, à l'instar de ce qui se passe dans le parc industriel, c'est aussi un moyen supplémentaire pour les deux peuples de tenter de se rapprocher. Tous les touristes du sud ne sont pas des décérébrés venus visiter leur Jurassic Park national. Les guides nord-coréens se montrent curieux, et dialoguent ouvertement, posent des questions. Ils sont parfaitement au courant de l'actualité sud-coréenne : Lee Myung-Bak, les accords de libre échange, la réussite économique du sud. Le sujet de la réunification est évoqué en permanence.
Ces échanges sont biaisés, faussés, lourds de non-dits, certes ; mais ils restent des échanges.
Suite et fin au dernier épisode : Visite de Kaesong (3) – Perspectives

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Fredo 32 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte