Magazine

Le principal ressort de l’élection présidentielle des Etats-Unis

Publié le 27 mai 2008 par Mercure

Tout d’abord une remarque. L’intérêt porté à cet événement ailleurs qu’à l’endroit où il va se passer prête à croire que le Président des États-Unis est aussi celui de la planète. Pourquoi ?

À l’exception du Canada et du Mexique, les proches voisins des É-U et leurs partenaires dans l’Alena, dont les étroites relations économiques et politiques avec eux peuvent dépendre du choix du nouveau président, il semble que le reste du monde n’ait pas encore pris totalement la mesure du profond déclin dans lequel la « superpuissance » est entrée depuis une douzaine d’années. Son influence sur le cours du monde s’est considérablement affaiblie depuis.

Une seconde remarque est l’auréole dont les « non-américains » coiffent la tête du candidat Obama. Ils croient assez naïvement qu’il va changer la propension des Étasuniens à se croire comptables du sort de l’humanité et les seuls à connaitre un modèle politique indépassable.

Cette obsession obamatique porte ainsi une large portion du public international à croire que les électeurs étasuniens partagent leur opinion et leurs souhaits, rendant ainsi l’élection d’Obama certaine.

À mes yeux cette croyance est une illusion. Voici pourquoi :

Aujourd’hui, à un stade de la campagne électorale où la désignation d’Obama comme candidat officiel du parti démocrate semble à peu près acquise, on peut seulement porter un regard attentif sur la campagne finale entre Barak Obama et John McCain.

Barak Obama se présente comme un unificateur du peuple des É-U. Cela montre de bons sentiments, mais lorsqu’on connaît les profondes divisions de ce pays, religieuses, ethniques, économiques, on lui souhaite bien du plaisir [lire = Hans-Georg Betz – Etats-Unis : une nation divisée, Guerre culturelle et idéologique – Éd. Autrement (2008)]. Il n’a de toute manière confié à personne comment il procèderait, ce qui laisse à penser quil s’agit davantage d’un vœu pieux que d’une stratégie bien définie.

Il annonce qu’il retirera les grands pieds étasuniens du sol irakien. Fort bien, mais qui serait contre en dehors du complexe militaro-industriel ? Pour cette question aussi, comment s’y prendra-t-il ? S’agira-t-il d’une évacuation pure et simple ? Jamais les citoyens étasuniens n’accepteront de partir sans qu’un constat de victoire parfaitement médiatisable ne soit clairement établi. L’orgueil nationaliste des Étasuniens est insondable. Ils ont encore le Vietnam à l’esprit.
Il désire revernir la carrosserie du pays aux yeux du monde en allant causer aux Cubains et aux Iraniens. Personnellement, j’approuve. Mais que proposera-t-il à ces gens-là ? Sur ce plan aussi il reste muet.
Beaucoup d’affirmations, mais peu de programmes. Lorsque le temps viendra d’affronter McCain, même ceux qui auront été de son bord pour l’investiture démocrate lui demanderont des précisions, et ce jour-là, il ne lui suffira plus de bien parler et de mettre la main sur le cœur.
John McCain le premier le poussera dans ses retranchements et le dénoncera comme un apprenti sorcier. Il aura beau jeu de souligner son inexpérience des affaires fédérales [Barak Obama n’a jamais occupé de poste de responsabilité au niveau national - il a seulement été élu sénateur de l’État de l’Illinois en 1996, et n’est sénateur fédéral que depuis le 2 novembre 2004].

McCain est un dur à cuire, un héros national unanimement respecté [consulter Wikipedia]. Ancien officier, son père et son grand-père étaient des amiraux de la Navy. Prisonnier des Vietnamiens, il a supporté et survécu à des sévices abominables. Aux yeux des Étasuniens, il est un vrai « Américain », de par sa famille et par son courage passé. Au niveau du sentiment national, Obama ne fera pas le poids devant lui, et c’est un point décisif pour les citoyens des É-U. Les seuls points qui seront défavorables à McCain seront son âge et son état de santé.
Déjà à ce stade-là, Obama serait battu. Mais l’arbitre du jeu restera la situation économique du pays. Pas celle d’aujourd’hui, en mai ! Celle dont on parlera en novembre.
Dans des articles antérieurs, j’ai déjà parlé de la situation économique actuelle des É-U, avant et depuis l’éclatement de la crise financière des subprimes. Elle reste préoccupante, et nombreux sont les économistes qui pensent qu’elle perdurera encore longtemps à ce niveau. De nouvelles pertes bancaires sont attendues pour le reste de l’année 2008, et même pour le début de 2009. Le dollar est vu à 0,55€ dans quelques mois, et la hausse du pétrole sera sans doute, de ce fait, encore bien présente.
L’inflation est officiellement de 3,6%, mais certains économistes pensent qu’elle a été bricolée en utilisant des coefficients saisonniers et des ajustements assez suspects [voir La Chronique Agora], et la chiffreraient volontiers entre 5 et 6%. Le gouvernement des É-U a beau se trouver des formules plus ou moins académiques pour affirmer que le pays n’est pas en récession et qu’il veut un dollar fort, ce n’est que de la poudre aux yeux. Les É-U sont bel et bien en récession et leur situation aura sans doute encore périclité d’ici novembre ! C’est sur ce fonds-là que jouera l’ultime ressort des présidentielles étasuniennes, quand tout le monde aura oublié les discours enflammés du début de campagne.
En novembre, les électeurs répéteront sans doute en chœur la fameuse antienne de Bill Clinton au cours de sa première campagne présidentielle : « The economy, stupid ! », en réponse à ceux qui lui demandaient ce qu’il fallait faire. Il faudra bien que les candidats y répondent de manière appropriée.
Si Obama n’a pas en réserve un programme économique crédible à présenter à ce moment-là, je pense que les électeurs se tourneront instinctivement vers le candidat dont ils pourront penser qu’il possède l’esprit de décision pour faire les bons choix, et la poigne nécessaire pour les faire adopter et appliquer, parce qu’il l’aura montré concrètement à travers les difficultés de sa propre existence. Je ne doute pas que ce soit alors John McCain.
© André Serra


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Mercure 13 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte