Magazine Cinéma

Moi, Benjamin V., 33 ans, l'âge du Christ, et toujours pas de miracle en vue... de Laurent Moreau

Par Evenusia @Evenusia

Moi Benjamin V

Sortie VF le 8 octobre 2015

Résumé de l'Editeur: chez Editions La Bourdonnaye

Benjamin est un grand adolescent d'un peu plus de 30 ans qui semble n'avoir qu'un but dans l'existence : défendre son titre âprement gagné de "roi de la lose". A son âge, il ne sait toujours pas quoi faire de sa peau de vieil enfant ou de jeune grande personne, c'est selon. Il se nourrit toujours de junk food, passe son temps devant les séries télé et collectionne méticuleusement faux plans et galères. Il fait le désespoir de ses parents, d'autant que même son jeune frère est déjà casé, avec la déjà chiante Marie-Clémentine, et déjà bientôt père. L'heure de l'ultime remise en question a donc sonné. Bardé de sa bonne humeur et de son inoxydable foi en la vie, Benjamin le Bordelais part ouvrir un bar à vins... en Laponie. Ah ! la Laponie ! Le pays des rennes, du froid, du Père Noël et de Lotta, jeune femme volage et incertaine de ses choix, mais belle comme le diable. Autant d'embrouilles au centimètre carré, c'est un appel à la gourmandise ! 

L'avis d'Izabulle: Benjamin B. a 33 ans et fait partie de ces adulescents trentenaires qui refusent de grandir, scotchés dans le passé avec leurs mangas et jeux-vidéos.  Dans ce petit livre de 140 pages, Benjamin nous fait partager un épisode bien particulier de sa vie, qui se déroule sur quelques mois et l'emmène de Bordeaux en Laponie, le pays du père Noël. Je ne saurai dire si ce livre correspond à un style littéraire particulier, mais ce que je sais, c'est que je n'ai jamais lu de livre comme celui-ci.
Il est écrit comme une biographie, avec une quasi absence de dialogue. Le rythme est très rapide,  le lecteur étant régulièrement pris à témoin des événements qui se déroulent. L'humour et la dérision sont omniprésents, ce qui rend la lecture très agréable et fluide.
Nous n'avons également pas de doute sur le sexe de l'auteur qui a une écriture qui transpire la testostérone et porte un regard sans nuance sur l'amour. Un regard également tout en distance et bien masculin de notre société, bien trop compliquée à son goût. D'ailleurs, ce langage fleuri et volontairement provocateur n'a pas été sans me rappeler le roman "Love game" mais en occultant le côté érotique bien sûr, car il n'est pas question de cela dans ce roman. Mais justement, qu'est ce que je retiens au final de cette lecture ?... et bien je n'en sais fichtrement rien. Y avait-il une morale ou une certaine philosophie à retenir ? Aucune idée !!! Tout ce que je sais, c'est que je ne me suis pas ennuyée un instant, que je me retrouvais dans toutes les références faites aux années 90, en passant de Dragon ball Z, aux lessives Bonux et phrases cultes de Terminator... bah parce que moi aussi j'ai dépassé la trentaine et que donc ça m'a bien parlé ce condensé de bêtises réuni dans 140 pages !!!
En fait, je crois que ce roman m'a quelque peu rendue nostalgique, c'est comme si j'avais passé plusieurs jours avec mon frère, lui aussi la trentaine plus que passée et qu'une fois le livre fini, il s'agissait de l'heure des aux revoirs. 
Un livre surprenant, moderne et attachant. 

Vous pouvez également l'acheter directement sur le site des Editions La Bourdonnaye


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Evenusia 26490 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines