Magazine Environnement

Bien manger c’est trop cher !

Publié le 08 juin 2008 par Bio Nation

Libération consacrait la une de son numéro du week end à l’alimentation en titrant ainsi : Bien manger c’est trop cher !

J’ai reproduit l’image de la couverture qui est plutôt sympa.

bien manger

La première partie du dossier aborde le matraquage médiatique des 5 fruits et légumes par jour et de la fraîch attitude… tout en abordant le problème de la hausse du prix des denrées alimentaires.

Mais si c’est pour manger des fruits et des légumes bourrés de pesticides je préfère m’abstenir par principe de précaution.

Je ne retiendrai qu’un seul chiffre, les ménages français consacrent en moyenne 1,5 % de leur budget total à l’achat de fruits et légumes soit 9 % du budget alimentaire. Deux fois moins qu’en 1960 ! Au delà du prix des produits frais, c’est une manière de consommer et certaines habitudes alimentaires qu’il faut changer. J”aimerais davantage entendre des slogans comme “manger moins mais manger mieux”, plutôt que j’adopte la” fraîch attitude”…

On retrouve également une trop courte interview du sociologue Claude Fischler. Il revient sur le fait que l’alimentation possède un caractère idéologique fort. Le discours ambiant et les messages délivrés autour de l’alimentation restent selon lui simplificateurs et anxiogènes.

Lire l’interview dans son intégralité

Un dernier article fait enfin état d’un comparatif sur les prix de plusieurs distributeurs à Paris.

Voici la liste de courses du journaliste : une salade feuille de chêne, 2 kilos de pommes de terre, 1 kilo de courgettes, 1 kilo d’échine de porc ou de poulet

En résumé : chez le hard discounter ED, il a dépensé 11,81 € avec le porc 14, 71 € avec le poulet.

chez un boucher et chez un primeur, il a dépensé 19,92 € avec le porc 26, 22 € avec le poulet.

Dans un magasin bio il a dépensé 31,30 € avec le porc 45,10 € avec le poulet.

L’écart est bien sûr très important, mais il faut signaler que pour l’achat de produits frais le marché bio revient moins cher que dans une boutique spécialisée.

La place du bio dans ce dossier reste anecdotique puisque que l’on trouve uniquement un petit (pardon, minuscule) encart qui indique que le bio perce : “Pourtant plus cher que le non bio, le bio est en hausse. Plus de 40 % des Français en consomment au moins une fois par mois”. Libération ne célèbre malheureusement pas le printemps bio…

pour en savoir plus téléchargez le barométre agence bio

ShareThis


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Bio Nation 10 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte