Magazine Cinéma

Seulement pour lui de Heidi Cullinan et Marie Sexton [Tucker Springs #1]

Par Evenusia @Evenusia

Seulement pour lui

Sortie VF le 28 août 2015

Résumé de l'éditeur : chez Milady Romance, collection Slash

Paul Hannon déménage à Tucker Springs avec sa petite amie, mais celle-ci le quitte en lui laissant plein d affaires inutiles. Un jour, il rencontre El Rozal, un cynique propriétaire d'une boutique de prêteur sur gages. Paul y voit alors une excellente occasion de faire le ménage chez lui, et c'est bien malgré lui qu'El est intrigué par cet hétérosexuel qui pleure encore son ex. Ces deux-là n'ont rien en commun, mais lorsque des sentiments naissent, ils s'aperçoivent que « deuxième chance » n'est pas forcément synonyme de « second choix »...

L'avis de Millie :

Paul est un trentenaire venu s'installer dans la petite ville de Tucker Springs, Colorado, avec sa petite-amie Stacey pour lui permettre enfin de percer dans le monde artistique. Mais voilà, elle le largue comme une chaussette à peine arrivée. Stacey est une femme vénale et Paul lui achetait tout ce qui lui faisait plaisir. Il se retrouve donc couvert de dettes, dans une maison bancale avec pour seuls compagnons des tas d'électroménagers inutiles.

Heureusement, Paul ne se laisse pas abattre, non, il décide de reconquérir Stacey en lui achetant un super cadeau pour son anniversaire (oui Paul est un idiot, mais j'y reviendrai). Il se rend donc dans une boutique dépôt-vente pour acheter un bijou et y rencontre Emanuel « El » le propriétaire.

El, beau brun ténébreux au teint hâlé, trentenaire lui aussi, tombe immédiatement sous le charme de Paul.

Paul se retrouve donc tiraillé entre son envie de reconquérir Stacey par tous les moyens et son désir charnel pour El. Je vous raconte pas comme c'est pas simple !

Paul est un personnage à deux dimensions. Surnommé affectueusement Charlotte aux Fraises par le meilleur ami de El parce qu'il est roux, Paul subit un peu la vie. Il travaille comme réceptionniste dans une clinique vétérinaire parce qu'il a raté le concours d'entrée de l'école. Il est avec Stacey parce qu'il a toujours été avec Stacey et que c'est bien comme ça. Il comprend pas du tout comment un étalon comme El pourrait avoir envie de lui. On va pas se mentir mais Paul est chiant et moi non plus j'ai pas compris ce qu'El lui trouvait puisqu'il passe son temps à faire son Caliméro.

El, quand à lui, est un homme cynique et résigné de la vie. On a donc droit à de merveilleuses paroles mi-émo mi-dépressives parce qu'il ne croit pas à l'amour. Malgré cela, il tombe immédiatement sous le charme de Paul. Pourquoi ? Ah bah ça c'est une sacrée bonne question ! El vient d'une famille nombreuse latine. Il a donc une mère qui souffre d'un problème psychologique et qui collectionne toutes les vieilleries qu'elle peut trouver dans les poubelles (c'est charmant comme tout je vous l'accorde) et l'une de ses sœurs, Rosa, a 3 enfants de 3 pères différents, et cherche éperdument le grand amour, habillée et maquillée comme Régine, dans les bars obscurs de la ville. El, c'est "Pascal le grand frère", il cherche un peu à sauver sa famille tout en essayant de rester à l'écart des crises familiales au cas où elles seraient contagieuses.

J'avoue tout : j'ai pas aimé Paul. Je l'ai trouvé assez plat, il manque de caractère et a du mal à s'affirmer. Il se laisse volontairement manipuler par son ex parce qu'il pense que c'est avec elle qu'il finira sa vie. Alors qu'Ana de « Cinquante nuances de Grey » a une déesse intérieure qui nous porte toutes sur le système, Paul, lui, a un hamster qui lui prodigue de bons gros conseils en carton. Oui un hamster, vous lisez bien. Le hamster est pro Stacey et 100% hétérosexuel. Paul lui, est un homosexuel refoulé. On découvre au fil du roman, que Paul a un passé sexuel ambigü. Il a déjà fait frotti-frotta avec son voisin quand il était plus jeune. Mais il a un mal fou à admettre ses sentiments pour El, et même quand il y arrive, il se dit encore que si Stacey revenait vers lui, ce serait chouette. Des petites baffes pour cet idiot, parce que c'est El qui en souffre et ça, il le voit pas.

El, qui évitait par dessus tout les relations amoureuses, protégé par son cynisme, se jette corps et âme dans sa nouvelle relation avec Paul. Il trouve enfin le bonheur, mais il a un peu de mal à accepter que Stacey ait toujours une certaine emprise émotionnelle sur Paul. Il doit sans cesse répéter à Paul que oui il a envie de lui, que non Paul n'est pas un gros nul (alors que si c'est un gros nul) et que oui Paul mérite mieux que cette vipère de Stacey.

J'ai beaucoup aimé le roman même si j'ai pas beaucoup aimé Paul. Il se divise entre les deux points de vue des protagonistes (à la première personne pour Paul et à la troisième pour El). Si Paul passe son temps à se dénigrer tout seul dans son coin, El lui, a une galerie de personnages haute en couleurs pour lui donner la réplique. En plus de sa mère et de sa sœur, on trouve également sa grand-mère « Abuela » qui veut absolument que son petit-fils se trouve un mec bien et son meilleur ami Denver (oui comme le dernier dinosaure !), qui enchaîne les coups d'une nuit avec des petits jeunes. Ce dernier, tout comme Nick, le vétérinaire pour lequel Paul travaille, auront leur propre livre. Ca m'a un peu surprise parce que j'ai pas du tout cerné Nick comme étant homosexuel, mais on le voit trop peu et seulement dans un cadre professionnel.

El restera mon petit chouchou cynique au grand cœur, et j'ai bien eu du mal à voir ce qu'il trouvait chez Paul le chouineur, mais l'amour est aveugle (et sourd apparemment).

Il y a quelques descriptions de lieux que j'ai trouvé pas nécessairement utiles au récit mais elles ne l'alourdissent pas néanmoins. Des petites coquilles grammaticales et de traduction ponctuent aussi le livre et je crois que l'espagnol utilisé n'est pas correct (mais à prendre avec des pincettes parce que mon espagnol est équivalent à celui de Dora l’exploratrice).

Je vous ai gardé le meilleur pour la fin : il y a quelques scènes érotiques croustillantes, légèrement détaillées mais pas vulgaires (je crois que c'est le livre le plus poli que j'ai lu dans ma vie, il n'y pas un seul gros mot).


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Evenusia 26490 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines