Magazine People

Clint Eastwood recommande à Spike Lee de "fermer sa gueule" !

Publié le 10 juin 2008 par Benjamin Tolman
 

La guerre est déclarée entre Spike Lee et Clint Eastwood. Le réalisateur de Million Dollar Baby n'a visiblement que très modérément apprécié les critiques de son confrère sur le fait qu'il n'y avait pas de soldats noirs dans "Mémoires de nos pères".

Spike Lee, qui peaufine actuellement "Miracle à Santa Anna", son prochain film sur un bataillon de soldats noirs pendant la Seconde Guerre Mondiale, en veut à Clint Eastwood de ne pas avoir mis de soldats de couleur dans "Mémoires de nos pères", son film sur la bataille d'Iwo Jima.

"Il y avait beaucoup d'Afro-américains qui ont survécu à cette guerre et qui n'ont pas apprécié que Clint ne les représente pas dans ses films. C'était sa version : le soldat noir n'a pas existé. J'ai une version différente. Clint Eastwood a fait deux films sur Iwo Jima qui durent plus de quatre heures en tout, il n'y a pas le moindre acteur noir à l'écran. Si vous autres journalistes aviez des couilles, vous lui demanderiez pourquoi. Je ne sais pas du tout pourquoi il a fait ça... Mais je sais qu'on lui a fait remarquer et qu'il aurait pu changer cela. Ce n'est pas comme s'il ne savait pas." a déclaré Spike Lee.
La réponse de Clint Eastwood, visiblement plus au courant que Spike Lee du fait qu'il n'y avait que 900 soldats noirs sur les 70 000 soldats américains présents à Iwo Jima, ne s'est pas faite attendre.

"L'histoire est celle de Flags of our fathers (les drapeaux de nos pères), la fameuse photographie du planté de drapeau, et les soldats noirs n'y ont pas participé. Si j'avais ajouté un acteur Afro-américain, les spectateurs auraient dit : Ce type a perdu la tête ! Ce n'est pas la réalité historique." a répliqué Clint avant d'ajouter à l'intention de Spike Lee "un type comme lui ferait mieux de fermer sa gueule".

On aurait pu en rester là, mais non. Clint Eastwood, visiblement soucieux de convaincre les gens qu'il n'est pas raciste a expliqué que si il n'y a pas de noirs non plus dans l'Echange, son dernier film, c'est parce qu'ils étaient trop peu nombreux à l'époque où se déroule l'histoire : "Qu'est-ce qu'on doit faire ? Expliquer toute la situation ? Faire en sorte que cela ressemble à une pub pour l'équité entre les peuples ? Ce n'est pas mon truc. Je fais les choses de manière crédible, comme elles étaient réellement. Quand je tourne un film à 90% noir, comme Bird, alors j'engage 90% d'acteurs noirs. Spike Lee se plaignait quand j'ai fait Bird : pourquoi un type blanc ferait ça ? J'étais le seul gars à faire ce film, voilà pourquoi. Il aurait pu le tourner à ma place. Mais il était sur autre chose"

Des explications qui n'ont pas convaincues Spike Lee : "Pour commencer, Clint Eastwood n'est pas mon père et nous ne sommes pas dans une plantation de coton. C'est un grand metteur en scène. Il fait ses films, je fais les miens. Mais je ne l'ai pas attaqué personnellement. Et sa remarque comme quoi je ferais mieux de me taire, allons, allons, Clint. On dirait un vieux type aigri, là. S'il le souhaite, je peux réunir des Afro-américains qui ont combattu à Iwo Jima et il pourra leur dire que ce qu'ils ont fait là-bas était insignifiant et qu'ils n’ont pas existé. Je n'invente rien. Je connais l'histoire. Et je connais l'histoire d'Hollywood et la manière dont les millions d'Afro-américains qui se sont battus pendant la seconde Guerre mondiale ont été oubliés."

Stop ou encore ?


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Benjamin Tolman 12180 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine