Magazine Football

La France patine au démarrage

Publié le 10 juin 2008 par Benjphil

animhomeLe match nul consternant d’ennui entre Français et Roumains (0-0) conjugué à la victoire tonitruante des Hollandais contre les Italiens (3-0) semblent brouiller les cartes dans un groupe C que l’on voyait peut-être joué d’avance bien que de la mort.
C’est une tendance qui reste à confirmer, mais les matches de 18 heures sont soporifiques en comparaison avec ceux de la soirée. Les affiches parlent d’elles-mêmes, mais le Portugal - Turquie (2-0) avait davantage l’air d’un match de football que le Suisse – République Tchèque (0-1), à décharge de la défense, l'on retiendra qu’avec 11 joueurs qui fréquentent, ou ont fréquenté, la ligue 1 sur la feuille de match, on ne pouvait s’attendre à mieux.
L’idée est valable également entre le Autriche – Croatie (0-1) de dimanche après-midi et le Allemagne – Pologne du soir (2-0). Du coup, et jamais deux sans trois, c’est dans un ennui sidérant (mais arrosé de bière) que le Roumanie – France (0-0) commenté Thierry Roland et Franck Le Bœuf s’est paisiblement déroulé entre amis qui avaient plein de chose à se dire. Ça tombait bien pour le coup.
L’on retient de ce match que s’il existe effectivement une vie sans Thierry Henry, cette dernière a encore besoin de rodage et surtout d’un vrai patron devant que ni Benzema (trop jeune), ni Anelka (sans charisme), ni Ribéry (à côté de ses pompes ce lundi), ni Malouda (mais c’est pas possible ce mec-là !) ne semble près à être. C’est dommage. En l’absence de Patrick Vieira, Jérémy Toulalan a tenu le milieu avec Claude Makélélé sans briller pour autant malgré quelques incursions offensives qui auraient mérité une frappe ne serait-ce que cadrée.
Alors oui la France n’a pas pris du but. Mais contre qui ? Qui a vu les Roumains parvenir à 30 mètres des buts de Coupet ? De l’autre côté, on n’a pas vraiment vu les Français tenter beaucoup et je n’ai pas souvenir d’une véritable occasion franche, si ce n’est cette tête de Nicolas Anelka sur la ligne de 5,50 mètres qui passe presque un mètre au-dessus à la demi-heure de jeu. La faute à la chaleur donc, vu que personne ne voulait des trois points qui auraient peut-être évité d’avoir à jouer sa qualification lors du troisième match.

Image_1À Berne, la Squadra Azzura prend l’eau.

Encore un de ces matches où l’on se demandera jusqu’à la fin des temps «  et si van Nistelrooy est sifflé hors-jeu, est-ce que les Pays-Bas gagnent 3-0 ? » Et Buffon qui déclare que «  depuis 12 ans que je suis gardien de l'Italie, c'est le pire match de ma carrière, au nom de toute l'équipe, je présente mes excuses aux tifosis. » C’est dire si les hommes ont apparemment été à côté de leurs pompes. Moi je n’ai pas vu le match, mais deux idées sanctionnent cette fin de soirée.
1.La dernière fois que l’Italie a pris trois buts au cours d’un match c’était il y a pas si longtemps, mais c’était dans le contexte d’un match amical contre la Hongrie (3-1) en août 2008. Au cours d’une phase finale d’un championnat majeur, il faut remonter à la finale de la Coupe du monde 1982 pour voir l’Italie encaisser trois buts (contre l’Allemagne 3-1). L’Italie prendre trois buts à un championnat d’Europe des Nations ? C’est la première fois.
2. À toujours se demander si les Pays-Bas ne présentent pas une nouvelle fois une équipe débordante de talent (van Persie, Sneijder, van der Vaart, Robben, Huntelaar…) mais qui n’avance pas une cacahuète, pour une fois on a une réponse rapide. Le système de jeu des Pays-Bas en 4-2-3-1 penche pour un 4-2-4 offensif laissant même la place à des latéraux offensifs. À la batave quoi !


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Benjphil 176 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines