Magazine Asie

Taiwan : le culte de la déesse de la mer, Mazu

Publié le 10 juin 2008 par Taiwan
Blog de taiwaninside : Taiwan, vue de l'intérieur, Taiwan , le culte de la déesse de la mer, Mazu

 Le culte de la déesse de la mer, Mazu

Dans l'imaginaire occidental, les temples représentent un véritable témoin de la culture chinoise. A Taiwan, ils ont su passer les péripéties de l'histoire et résister aux phénomènes naturels tels que typhons et tremblements de terre. Grâce à une liberté religieuse bien réelle, le nombre de temples ne fléchit pas. Il est même courant de voir des temples en construction. Comment expliquer alors une telle ferveur ? Quel sens faut il donner aux processions en l'honneur de la déesse de la mer ?

De quel temple s'agit il ?

Pour un oeil non averti, tous les temples se ressemblent. Difficile en effet de faire la distinction entre les temples taoiste, bouddhiste et ceux liés à la religion folklorique. Leurs toits en forme de queue d'hirondelle pointent tous vers le ciel. Quelques indices permettent tout de même de faire la distinction, le nom tout d'abord. Inscrit sur un panneau suspendu sur la façade principale, l'inscription «  «  (si) indique un temple bouddhiste, alors que «  «  (gong pour les temples taosiste). La croix ? ou svatiska apparaît sur les façades et toits des temples bouddhistes. Tout ceci se complique un peu plus car, parfois, un même temple peut héberger plusieurs dieux de religions différentes. Toutefois le nom du temple est associée au dieu ou à la déesse qui trône dans la cour principale. Parmi tous les dieux vénérés sur l'île, il en est un, ou plutôt une, très chère dans le coeur des taiwanais, Mazu, la déesse de la mer.

La déesse de la mer

Parmi tous les noms que l'on lui prête, les plus connus sont Mazu (ou Matsu)(), Tianshang shengmu () « Sainte mère céleste », mais aussi Tian Hou  « impératrice du ciel ».

Son histoire remonterait à l'année 960 A.C, sous la dynastie Song, quand une jeune fille du nom de LIN Moniang naquit sur l'île de Meizhou, dans la région du Fujian en Chine Continentale. Très tôt elle montra de fortes capacités intellectuelles et étudia ainsi le bouddhisme avant de se consacrer au taoïsme.

Sa vie fut bien courte puisqu'elle trouva la mort à 28 ans. Un temple fut alors construit à Meizhou en sa mémoire. Son influence dans le monde est due à ses pouvoirs magiques. Parmi toute les versions relatant ses faits, voici celle communément entendue à Taiwan : partis en mer pour pêcher, son père et ses deux frères rencontrèrent des problèmes. Depuis son sommeil, Mazu les entendit et leur porta secours. Elle prit ses frères dans ses deux mains et son père dans la bouche. Malheureusement elle fut alors réveillée par sa mère. Surprise, elle ouvrit la bouche et son père se noya.

La statue de Mazu est toujours flanquée de deux monstres : général Qian Li Yan (Yeux qui voit à milles lis) et le général Shun Feng Er (Oreilles qui entend les sons apportés par le vent). La légende raconte qu'ils seraient tombés amoureux de Mazu. Pour s'en débarrasser elle leur annonça qu'elle allait se battre avec eux et que si elle gagnait, ils resteraient alors toujours à son service. Depuis ce jour, ils sont à ses côtés dans tous les temples !

Mazu à Taiwan

Mazu est particulièrement vénérée à Taiwan. Ceci peut s'expliquer par les différentes vagues d'immigration venues de Chine. Pour traverser le détroit de Taiwan les pêcheurs s'en remettaient à la protection de Mazu pour arriver sains et saufs. Une fois arrivés à Taiwan, ils décidaient alors d'ériger un temple en son nom pour la remercier. C'est ainsi que les principaux temples dédiés à Mazu se trouvent sur les îles Penghu et sur la côte ouest de l'île principale : Tainan, Lukang, Changhua, Dajia, Beigang, Taipei. Puis, avec les mouvements de population vers les villes, de nouveaux temples ont été construits un peu partout dans l'ile. On dénombre aujourd'hui environ 400 temples dédiés à Mazu. Il est à noter que dans certaines villes comme à Dadu (Taichung County), il existe même plusieurs temples dédiés à Mazu. Un est rattaché au temple Mazu de Lukang et l'autre à celui de Changhua.

Chaque année à l'occasion du mois de sa naissance, le troisième mois dans le calendrier lunaire, de nombreuses fêtes sont organisées dans le monde et principalement à Taiwan. Pour célébrer les 1000 ans de sa mort, un grand festival culturel fut organisé en 1987 à Meizhou avec la participation de nombreux fidèles venus en particulier de Taiwan.

Mazu fait son tour

Tous les jours, ou aussi souvent que possible, les fidèles viennent au temple pour faire bai bai devant la statue de Mazu. Ils posent des offrandes sur des tables dans la cour principale, vont ensuite allumer des bâtons d'encens puis se prostrent devant la statue de Mazu. Ils reprennent leurs offrandes et vont faire brûler la monnaie de papier. Ils renforceront ainsi leur ling, le pouvoir magique, qui les protégera pour les jours et les mois à venir. Mais dans la vie du temple, il est des moments où la ferveur est encore plus forte. Il s'agit de la sortie de la statue de Mazu de son autel. Ceci se produit plusieurs fois dans l'année. Si le temple en a les moyens, la statue de Mazu fait un voyage à Meizhou pour renforcer son ling. Par ailleurs durant le mois de Mazu, c'est à dire le 3ième mois lunaire, la statue de Mazu est installée sur un palanquin pour un tour d'inspection de son territoire. La procession passe alors dans toutes les rues autour du temple. Les fidèles se pressent sur les bords des routes pour dresser des tables d'offrandes. Ils ne manquent pas de passer sous le palanquin pour augmenter leur ling qui les protègera dans leur vie quotidienne future. Suivant la taille du territoire, ce tour d'inspection peut durer une demi journée voire la journée complète. Mais ce qui est peut être le plus connu encore ce sont les processions Mazu. La statue de Mazu est installée dans un palanquin pour un pélerinage de plusieurs jours pour rendre visite à un autre temple Mazu. Les deux principales processions à Taiwan sont : Baishatun Mazu (Baishatun à Beigang) et Dajia Mazu (Dajia à Singang). En fait, cette dernière procession se rendait à Beigang auparavant mais en 1987, la statue de Dajia Mazu est allée à Meizhou et depuis elle se considère toute aussi puissante que celle de Beigang. Ils ont donc décidé ne plus aller à Beigang mais à Singang à 7km à l'est !

Baishatun Mazu

Dajia Mazu

Choix de la date de la procession

15 jours avant le nouvel an chinois

15 jours après le nouvel an chinois

Date de la procession

Variable (souvent en Mars Avril)

Variable (souvent en Avril)

Ville de départ

temple gongtian (???) à Baishatun (???), province de Miaoli

temple Zhenlan (???) à Dajia (??), province de Taichung

Ville d'arrivée

temple chaotian(???) à Beigang (??), province de Yunlin

temple Fengtian (???) à Singang (??), province de Chiayi

Distance aller retour

350km

300km

Durée

9 jours, 8 nuits

8 jours, 7 nuits

Ces deux processions rassemblent de très nombreux fidèles qui suivent le palanquin sur ces 300km, à pied ou en vélo pour les plus courageux, en voiture ou en car pour les autres.

Procession Mazu

L'arrivée de la procession est signalée par un personnage à l'allure étrange : l'annonceur

Le coeur de la procession se compose principalement d'un drapeau portant les noms de Mazu et du temple, de deux maisons en bois portant les encens du temple, et enfin du palanquin. A l'intérieur de cette longue chaise en bois est installée la statue de Mazu. Pour la procession Baishatun Mazu, le palanquin est porté par une équipe de 4 personnes habillées en jaune, et pour Dajia Mazu ce sont 8 personnes vêtues de marron. Autour du palanquin, la foule se presse pour approcher la statue de Mazu. Une autre équipe encadre donc le palanquin pour s'assurer qu'il peut se déplacer facilement. Porter le palanquin n'est pas de tout repos. Il faut d'abord pouvoir endurer une telle distance, rester vigilant face aux nombreux pétards. Un camion est donc mis à leur disposition pour pouvoir s'allonger, boire et manger.

Les fidèles

Les fidèles qui participent à la procession portent le plus souvent un drapeau votif avec des papiers jaunes indiquant le nom du temple d'origine et celui des temples visités sur le parcours. A l'aller le drapeau est à l'air libre mais pour le chemin du retour le drapeau est roulé et enveloppé dans un plastique. Equipés d'un sac à dos et de bonnes chaussures, les fidèles affrontent le soleil et les kilomètres. Certains portent aussi des chapeaux de paille sur lesquels sont posés à l'oblique deux papiers jaunes avec le nom du temple d'origine (Baishatun ou Dajia). D'autres portent encore des casquettes avec de petites lumières pour la nuit. Tout ce monde se déplace dans une ambiance calme avec pour bruit de fond une musique dédiée à Mazu. Elle provient de hauts parleurs montés sur des petits camions ou encore de gadgets portés au cou par des fidèles.

. Son rôle est de s'assurer que le chemin qu'empruntera la procession est sans encombres. En cas de doute, il doit aussitôt en rapporter à Mazu. Il précède souvent le reste de la procession de plusieurs kilomètres pour bien remplir son devoir. Son accoutrement est des plus remarquables : grosses lunettes noires, moustaches noires, chapeau de paille. Il porte un bâton en bois sur lequel est accroché à l'arrière un pied de porc et un poireau, et à l'avant un gong. Le bas du pantalon de la jambe droite est remonté et laisse entrevoir des blessures. Au pied droit, il a une sandale en paille et le pied gauche est nu. Au delà de toutes les souffrances endurées, il réussit à trouver l'énergie pour faire ce long pèlerinage.

Passage du palanquin

L'arrivée du palanquin est saluée par un concert de pétards, en particulier à l'entrée des villes et devant les temples. Des guirlandes de pétards jonchent le bitume et sont allumées quelques secondes avant le passage du palanquin. Se dégage alors un nuage de fumée épais qui pique les yeux. Tous les passants se protègent comme ils peuvent et se bouchent les oreilles. Le bruit est insupportable. Des familles ou des propriétaires de magasin font aussi craquer des pétards devant leur table d'offrandes pour que Mazu décide de s'arrêter quelques instants devant chez eux. Ils espèrent ainsi que leur ling en sera renforcé. A chaque demande d'arrêt du palanquin, la question est posée à Mazu. Le gong retentit plusieurs coups. Si la réponse est positive, le palanquin se rue alors dans le temple ou dans la maison pour quelques instants puis reprend son chemin.

Les fidèles profitent de ces arrêts pour se mettre en file indienne et à genoux pour pouvoir passer sous le palanquin. Certains apportent même avec eux des vêtements pour qu'ils soient eux aussi protégés par Mazu. Cette ferveur ne va pas sans déception. Parfois la foule est tellement nombreuse que le palanquin ne peut passer au dessus des fidèles.

A l'approche des villes, le palanquin est souvent rejoint par des troupes telles que danse des lions, danse des dragons, groupe de musique, grandes marionnettes ( Ba ye et Qi Ye entre autres), les huit généraux ( personnes aux visages bien maquillés), groupe de majorettes (qui officient aussi pour les enterrements !).

Esprit de communauté

Outre l'aspect religieux lié à chaque personne, ces processions de plusieurs jours sont aussi l'occasion de souder toute une communauté. Dans les heures précédant le départ de la procession Dajia Mazu, les participants peuvent prendre un repas gratuit. Des milliers repas sont alors servis. Tout au long des 8 jours de la procession, les fidèles bordés le long de la route offrent de l'eau, des fruits, de la nourriture, et même des saucisses parfois. Il est donc possible de se nourrir gratuitement pendant tout le pèlerinage. Faire un action de générosité lors de la procession de Mazu sera bien vu de la déesse et ne peut qu'apporter du bon pour le futur.

Comment suivre ces processions ?

Si vous prévoyez de venir à Taïwan pour voir une de ces processions, il faut tout d'abord connaître la date du départ de la procession. La date de la procession Baishatun Mazu est décidée 15 jours avant le nouvel an chinois et pour Dajia Mazu c'est le 15ième jour suivant le nouvel an chinois. Il faut donc regarder sur les sites internet suivants ( http://www.baishatun.com.tw/ et http://www.dajiamazu.org.tw/) ou demander à vos amis de regarder dans les journaux locaux qui ne manquent pas de couvrir l'évènement. Quant au parcours, celui de Baishatun est laissé à la discrétion de Mazu. Il faut environ 35 heures pour parcourir les 170 km de Baishatun à Beigang. Les organisateurs de Dajia Mazu ont arrêté le parcours à l'avance avec des heures de passage estimées. Il suffit de se renseigner auprès des temples Mazu sur le parcours. Il est aussi possible de participer à ces deux processions en s'inscrivant auprès des organisateurs.

Plus d'infos :

Quelques vidéos et images sur taiwaninside.travelblog.fr

Copyright. Tous droits réservés à l'auteur.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Taiwan 17 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossiers Paperblog