Magazine

quelques uns des poissons qui peuplent les eaux polynésiennes

Publié le 28 mai 2008 par Vanzac

La daurade Coryphène, ou Mahi Mahi.
Les plus grand spécimens peuvent atteindre 1m80 et 30 kg. Sorti de l’eau le Mahi mahi se pare de couleurs magnifiques, or, bleu, vert et argent. Le chatoiement magique dure seulement quelques minutes.

Le poisson volant ou Marara.

Argenté et long de 30cm, ses nageoires pectorales lui permettent de faire des vols planés pouvant durer une minute, à une vitesse de 40-50km/h. Il est capturé la nuit, à l’épuisette par les pécheurs qui les pourchassent avec les Poti Marara.
Le Tourlourou, ou tupa.
Le tupa est un crabe terrestre, il vit dans des terriers au bord des lagons.
Il vit aussi bien dans l’eau que sur terre. Les soirs de nouvelle lune, on peut croiser des centaines de tupas, sur la route. Les tupas sont comestibles. Animal emblème des îles, le tupa a donné son nom à un jeu de la Pacifique des jeux !

Le poisson pierre,ou Nohu.

C’est un poisson à la piqûre très dangereuse. Tapi sur les fonds sableux, sa peau qui semble grumeleuse le confond avec son milieu environnant. La plupart des baigneurs portent des « méduses », des sandales en plastique translucide, pour marcher dans l’eau, ou se promener sur le récif, et ainsi éviter mauvaises rencontres avec ce poisson.
Le Napoléon ou Mara.
Le Napoléon est un énorme poisson Bleu turquoise, aux reflets vert pourvu d’une bosse sur le dessus de la tête, non sans rappeler le couvre chef de l’Empereur ! C’est un animal assez casanier et territorial. Plusieurs spots connaissent de fidèles napoléons qui ont élu domicile, le feeding et la curiosité aidant. Ainsi, jusqu’à récemment, on pouvait approcher le géant « Kiki », le fidèle Napoléon des eaux du lagon proche de l’hôtel Kia Ora à Rangi.
Crabe des cocotiers, ou Kaveu.
Le Kaveu, le crabe des cocotiers est un drôle d’animal, qui ressemble à peine aux crabes de nos côtes françaises ! C’est un crabe terrestre qui peut dépasser le kilo, dont la solide carapace peut prendre des couleurs allant du bleu dur au rouge vif. Les Polynésiens le vendent souvent au bord des routes. Ses pinces impressionnantes peuvent ouvrir des noix de coco. C’est donc un solide concurrent à la récolte du coprah. C’est pourquoi les cocotiers sont pourvus d’une bague en métal qui les empêchent d’atteindre leur pêché mignon !

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Vanzac 66 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte