Magazine

Le grand Khan contre Big Brother.

Publié le 28 mai 2008 par Herbertlegrandkhan

Il faisait beau cette fin d’après-midi. Le chien de la voisine se roulait dans l’herbe avec enthousiasme et les étourneaux virevoltaient dans les airs avec insouciance, indifférents au drame qui allait se jouait. À 18h43; la sonnerie de l’hygiaphone retentit. Je bondit en un éclair et décroche l’appareil. J’ouvre la porte, sans bien saisir l’identité de mon visiteur. J’attends devant l’ascenseur avec curiosité quand je vois sortir un homme trapu au tempes grises avec un dossier sous le bras. Au début, je me dis : “C’est sans doute le livreur qui m’apporte un rein d’enfant kosovar. Ce n’est pas trop tôt !”

Cependant, il s’approche de moi avec un regard froid et m’annonce paisiblement qu’il est commissionné par le préfet. L’homme me sort en effet une carte officielle aux couleurs de la République affichant le titre de “commissaire.” Là, j’ai commensé à blêmir… Bordel, à tous les coups c’est le Berrichon masqué qui m’a dénoncé ! Je sais qu’il préparait une vengeance depuis un moment, mais là il tape fort. Ou alors, c’est mon passé dans les brigades rouges qui a refait surface. Pendant que mon esprit explorait toutes les possibilités, il m’annonce qu’il vient au sujet de ma déclaration de revenu de l’année dernière. Il me dévisage avec suspiscion et m’annonce de but en blanc : “Vous avez déclaré que vous n’avez pas de télévision. Je viens vérifier ça.” À cet instant, mes jambes tremblaient… Merde, je ne savais pas que c’était obligatoire. Vais-je être envoyé dans un camps de rééducation pour visionner tous les J.T. de Jean-Pierre Pernaut que je n’ai pas regardé. Vont-ils m’obliger à saluer un poster de David Pujadas !! Je lui demande avec une voix hésitante : “Mais il est possible de vivre sans télé ?” Il me répond “Oui, à condition d’avoir de très hauts revenus avec des distractions couteuses ou alors d’être dans la misère la plus profonde et de ne pas avoir d’argent pour manger.” Il jette un coup d’œil autour de lui et comprend rapidement que je n’appartient à aucune des deux catégories. Je me sens immédiatement très suspect. Facteur aggravant, je recevais Landry au moment de l’inspection. Avec sa tête de braqueur de banques multi-récidiviste, je me suis dit : “S’il contrôle ses papiers, je suis bon… je vais tomber pour association de malfaiteurs.” Ou alors Landry avec son sens de la plaisanterie fradinesque pourrait s’exclamer : “Je t’avais bien dit Herbert qu’il fallait déclarer les bénéfices du trafic de shit avec les élèves !” Par bonheur, Landry s’est contenté d’observer la scène avec circonspection. Sinon, il pouvait fouiller mon disque dur et tomber sur mes photos du Berrichon masqué à Poil et mes images de Skippy. Là, j’étais mal. Finalement, après une rapide inspection, il a fait demi-tour, visiblement déçu.

Ah ! Ah ! Les persécutions policières et les pressions politiques ne changeront rien ! Nul ne pourra museler le Khan et m’empêcher de dénoncer ici même la montée des cours de la patate en Égypte et la baisse du pouvoir d’achat au Sri Lanka !!! Hasta la victoria siempre !!!


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Herbertlegrandkhan 277 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte