Magazine Auto/moto

Koenigsegg Agera RS : légale en Amérique du Nord

Publié le 07 décembre 2015 par Critiqueauto
Koenigsegg Agera RS : légale en Amérique du Nord

C’est dans l’un des pays les plus nordiques qui soit, dans un petit atelier situé sur une ancienne base militaire que l’on retrouve l’une des voitures les plus rapides du monde et par rapide, j’entends qu’elle est capable d’abattre le 0-300 kilomètres par heure en moins de 20 secondes, ce qui est 3 fois plus rapide qu’une Bugatti Veyron. Vous n’avez probablement jamais entendu parlé de la Koenigsegg Agera RS puisque jusqu’à tout récemment, elle n’était pas légale en Amérique du Nord comme toutes les voitures de la même marque qui l’on précéder. Néanmoins, cette époque d’ignorance est maintenant révolue puisque la Koenigsegg Agera RS sera très bientôt légale sur nos routes.

Fondée en 1994 par Christian Von Koenigsegg alors qu’il n’était âgé que de 22 ans, la marque automobile suédoise a fait du chemin depuis ses tout débuts. Elle propose aujourd’hui des voitures qui ne cessent de fracasser des records d’accélérations et on lui doit plusieurs avancées technologiques comme celle des premières jantes entièrement en fibre de carbone.

Agera RS

La Koenigsegg Agera RS fait partie de la catégorie des “hyper car” grâce à ses technologies de pointe, son aérodynamisme plus étudié que celui d’un avion de chasse, mais surtout en raison du monstrueux V8 biturbo qui se cache sous son capot. Ce dernier affiche une puissance de 1 160 chevaux. Considérant le fait que la Koenigsegg Agera RS ne pèse que 1395 kg, c’est un rapport poids/puissance tout simplement phénoménale. Néanmoins, ce n’est pas ce qui a empêché le constructeur d’installer d’énormes freins à disque  de céramique carbone ventilé à l’avant et à l’arrière accompagné d’étriers à 6 pistons à l’avant et 4 pistons à l’arrière. Disons qu’il faut une force de freins plus que phénoménale pour arrêter une voiture dont la vitesse maximale dépasse les 400 km/h.

L’Agera RS combine toutes les meilleures caractéristiques des modèles R et S dont une réduction du poids significative, ce qui lui permet d’offrir des performances encore plus redoutables. Comme le châssis de la sportive suédoise est en fibre de carbone, son design lui permet de bénéficier d’un toit rigide rétractable sans affecter l’équilibre général de la voiture une fois que ce dernier est retiré.

Bien qu’il sera bientôt “techniquement” possible d’observer une Koenigsegg sur la route en Amérique du Nord, il vous faudra être bien chanceux pour en croiser une puisque seulement 25 exemplaires sont actuellement en circulation dans le monde, d’autant plus que son prix de détail s’élève à plus de 1.5 million de dollars américains, ce qui en fait un jouet pour les super riches seulement.

Auteur: Jean-Sébastien Poudrier


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Critiqueauto 4697 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines