Magazine Internet

Le journaliste et les réseaux sociaux : visibilité et viralité assurées !

Publié le 15 décembre 2015 par Blueboat @BlueBoat

Actuellement, personne ne peut réellement passer outre les réseaux sociaux tels que Facebook et Twitter. Même sans y être inscrit, il devient difficile de ne pas s’y confronter tellement ces réseaux virtuels ont un impact sur la vie réelle. Les commerçants, les médias traditionnels papiers, la télévision… tout le monde s’y met et presque tous maintenant nous invitent à naviguer sur leurs comptes sociaux pour obtenir de plus amples informations sur un sujet, pour connaître la suite d’une histoire commencée sur un autre média ou pour obtenir des promotions par exemple.

Realistic workplace organization. Top view with textured table, computer, smartphone, graphic tablet, note paper, glasses, newspaper, diary and coffee mug.Realistic workplace organization. Top view with textured table, computer, smartphone, graphic tablet, note paper, glasses, newspaper, diary and coffee mug.C’est donc tout naturellement que les journalistes se sont également tournés vers ces médias. Se devant d’être au cœur de l’actualité et là où sont les lecteurs, les journalistes ne pouvaient passer outre Twitter ou Facebook. Leur métier a considérablement évolué, à l’heure où les nouvelles ne proviennent plus seulement des journalistes mais également des internautes.

Ces réseaux sociaux représentent des sources d’information mais également des relais non négligeables. Vous voulez le dernier scoop du jour (enfin de la minute)… allez voir sur Twitter ! Vous voulez diffuser votre scoop auprès de la population mondiale (à moins que quelqu’un d’autre ne l’ait déjà posté avant vous… oui il faut être rapide sur le web à l’heure des réseaux sociaux)… allez sur Facebook et partagez-y une vidéo ou un article.

Oui, les réseaux sociaux sont bel et bien une aubaine pour les journalistes, au risque de dévier de l’image du journaliste s’affairant sur les lieux d’un événement plutôt que derrière son ordinateur. Au risque également d’accréditer des faits provenant de n’importe qui, s’ils ne sont pas vérifiés et de ne plus avoir la primeur d’une information. Tout le travail du journaliste consiste alors à analyser les informations perçues, les comparer, les vérifier, puis les vulgariser.

Mais comment les journalistes utilisent-ils ces réseaux sociaux dans leur travail ? C’est ce qu’a cherché à savoir le fournisseur de logiciels et services pour les RP, Cision, à travers une étude menée auprès de 240 journalistes français.

Quelle utilisation des réseaux sociaux par les journalistes ?

usages_rs_journalistes1
usages_rs_journalistes1
Ils sont 91% à utiliser les réseaux sociaux pour leur travail et 54% à déclarer qu’ils ne pourraient plus se passer de ces réseaux pour exercer leur métier de journaliste. 60% y passent moins de 2h par jour, 26% entre 2 et 4h et 14% plus de 4h. Il est toutefois logique que les journalistes dédiés aux domaines du marketing, du e-commerce et du high-tech soient ceux qui y passent le plus de temps.

Twitter est considéré comme étant le réseau le plus important, suivi par Facebook et LinkedIn. On retrouve derrière ce top 3, Google+ puis les réseaux visuels tels Instagram et Pinterest (privilégiés notamment par les journalistes des domaines de la mode et de la beauté).

Les réseaux sociaux utilisés comme outils de visibilité et viralité

64% des journalistes utilisent les réseaux sociaux pour partager leurs écrits. 47% souhaitent garder un lien avec leur communauté et l’animer. 35% estiment d’ailleurs que leur propre image en ligne est développée par le biais des réseaux sociaux. Mais ces derniers ne servent pas uniquement à partager et développer l’image des journalistes. Ils leur servent également à trouver des informations sur leurs sujets de prédilection, la veille sur les réseaux étant l’un des principaux usages pour un peu plus de 55% des journalistes. Enfin, 39% y trouvent des idées d’articles et 44% entrent en contact avec des interlocuteurs destinés à nourrir les expertises et témoignages.

visibilite_rs_journalistes1
visibilite_rs_journalistes1

Vers une fin des médias traditionnels ?

Les réseaux sociaux concurrencent les médias traditionnels pour 44% des journalistes interrogés. Ces outils sont désormais ancrés dans la vie quotidienne de tout un chacun comme étant de véritables canaux de communication au même titre que la télévision, la radio ou la presse papier.

Attention toutefois à la confidentialité des données ! Il arrive que les communicants entrent en contact avec les journalistes via les réseaux sociaux en mode public. Méthode assez mal perçue par les journalistes qui, en revanche, accueillent volontiers les contacts via Facebook et Twitter si les sollicitations s’effectuent en mode privé.

A l’heure du « tout, tout de suite », les réseaux sociaux sont incontournables. Les journalistes ont très bien su s’y adapter, même si les informations qui sont partagées sur les réseaux restent à vérifier et à analyser. Si les journalistes n’ont plus toujours la primeur du scoop, ils peuvent néanmoins, par le biais de ces outils de communication, développer leur image, partager aisément leurs écrits et entrer en contact avec des protagonistes intéressants. Toutefois, les médias traditionnels ne sont pas morts. Même si 22% des journalistes affirment accorder une certaine importance aux sollicitations provenant des réseaux sociaux, les emails, le téléphone mais également les rencontres dans la vie réelle restent toutefois les moyens privilégiés par les journalistes pour être contactés.

Journalistes-et-Réseaux-Sociaux
Journalistes-et-Réseaux-Sociaux

Articles connexes :

Le risque majeur pour les organisations en 2015 : la réputation de la marque

Le risque majeur pour les organisations en 2015 : la réputation de la marque
Le risque majeur pour les organisations en 2015 : la réputation de la marque

Formation Erepday Expert : les crises et bad buzz sur le web par Nicolas Vanderbiest !

Formation Erepday Expert : les crises et bad buzz sur le web par Nicolas Vanderbiest !
Formation Erepday Expert : les crises et bad buzz sur le web par Nicolas Vanderbiest !

Dans E-réputation, il y’a « humain » (si).

Dans E-réputation, il y’a « humain » (si).
Dans E-réputation, il y’a « humain » (si).

Comment gérer les commentaires négatifs sur les médias sociaux ?

Comment gérer les commentaires négatifs sur les médias sociaux ?
Comment gérer les commentaires négatifs sur les médias sociaux ?

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Blueboat 7639 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines