Magazine Poésie

Le matin du départ

Par Vertuchou

Le matin du départ, dans le petit salon [...], j’ai cru voir vos yeux fixés sur moi

se troubler et devenir humides. Cela vous faisait donc un peu de chagrin

de voir celui qui vous aime tant s’éloigner pour bien longtemps peut-être ?

Pour moi, j’étais navré, mais au milieu de tout ce monde,

je n’ai pu vous exprimer ma douleur profonde.

Oh ! pourquoi n’ai-je pas eu une demi-heure à moi

pour vous serrer contre mon cœur, pleurer dans votre sein,

et laisser mon âme entre vos douces lèvres, avec un long et suprême baiser ?

Théophile Gautier, lettre à Carlotta Grisi


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Vertuchou 94 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine