Magazine France

COP 21, et après……… ?

Publié le 22 décembre 2015 par Libracteurs

COP 21, et après……… ?
 Nous avons assisté au Conseil Économique Social et Environnemental (CESE) à la présentation de la Déclaration Universelle des Droits de l’Humanité (DUDH), avec les constats, les principes, les droits et les devoirs de chacun et de tous.
A la suite nous avons suivi et participé aux travaux de la COP21, au travers des colloques, des contributions, et surtout des échanges, au sein du milieu associatif notamment. 
Le rideau est tombé sur la COP21, qui a eu le mérite d’exister, et de permettre des photos qui entreront dans l’histoire, par le nombre des États représentés et la puissance de certains discours.
Cela est bel et bon mais il va falloir désormais veiller à ne pas laisser le soufflet retomber, car certains flous artistiques me laissent dubitatif. Il en va ainsi du voile pudique jeté sur les causes du réchauffement. J’invite les curieux à lire les 29 articles constitutifs de l’accord, à aucun moment ne sont pointés, l’agriculture intensive ou l’élevage industriel, pas plus que les transports aérien ou maritime, et encore moins les énergies fossiles.
Ce catalogue truffé de symboles et d’intentions louables, recèle trop d’imprécisions pour signer un chèque en blanc à cette connivence planétaire.
Nous travaillons depuis des années sur la CONSCIENCE DE LA TERRE et nous aurions aimé voir lister les vraies énergies renouvelables, et dans le prolongement de la DUDH, développer la notion de « bien commun ».
Il reste que certaines contributions, certaines déclarations, ont fait émerger des évidences jusque-là évitées. Il en est ainsi de l’ATMOSPHERE, cette alchimie précieuse qui porte le CO2. C’est un bien commun, comme l’eau, l’air, la terre ou le soleil, et peut être le tout premier d’entre eux. Dès lors, toute atteinte à cette atmosphère doit être puissamment identifiée et sanctionnée.
Cet éclairage n’est pas neutre, car il interroge à la fois la question d’un prix du carbone, la gestion des énergies fossiles (en réserves ou dans des déchets) et la lucidité qu’il va falloir déployer, dans notre transition énergétique, pour arriver à un mix compatible avec les disparités géopolitiques.
S’agissant du prix du carbone, il ne faut pas rêver, la mesure par les produits, ou la gestion de quotas, laisse trop de place à l’imprécision pour l’un à la fraude pour l’autre. Nous penchons dès lors pour une taxation dissuasive, quitte à l’atténuer par des mesures redistributives.
Pour ce qui est des énergies fossiles, nous avons entendu des observations frappées au coin du bon sens, du style : « compte tenu des réserves disponibles et à exploiter (charbon/pétrole-gaz/terres rares), l’arrêt ou la diminution drastique générerait des désordres économiques et monétaires dangereux tant l’importance des emplois et investissements liés sont nombreux.
Nous n’entendons pas ici épuiser le sujet, mais nous sommes persuadés d’une chose c’est que la facilité ne doit pas nous conduire à des solutions à court terme, là où c’est des modifications lourdes et structurelles qui sont indispensables, nous pensons en particulier à l’aménagement du territoire, au niveau de la dynamique des territoires pour rapprocher l’emploi, du logement, la production de la consommation, l’utilisation des terres avec lucidité, pour ne pas sacrifier des terres riches et fécondes, là ou des friches méritent d’être recyclées en priorité.
Oui l’innovation énergétique est une ardente obligation, et aucune piste ne peut être négligée, mais dans le même temps, il serait mal venu de supprimer le principe de précaution, dernière lubie d’un ancien Président de la République !
A suivre avec LIBR’ACTEURS et dans l’instant bonnes fêtes et bonne année ! R HASSELMANN

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Libracteurs 162 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte