Magazine Société

Les grands changements : la massification de l'enseignement

Publié le 11 janvier 2016 par Christophefaurie
L'euro, folie bureaucratique, disent les économistes anglo-saxons. Un autre fait du prince n'a pas suscité le même intérêt chez le scientifique. Peut-être parce que son origine est américaine ? Or, il a eu aussi des conséquences gigantesques. C'est la massification de l'enseignement supérieur. Les fameux 80% de bacheliers de M. Chevènement. 
L'idée vient probablement des Lumières. La raison pour tous, c'est la liberté ultime : celle de penser. Mais, outre que l'on ne sait pas trop bien manœuvrer la raison et qu'elle a produit des drames effroyables, cette décision, pas préparée, a bouleversé notre société. 
Bienvenus dans les nuages Le chômage, pour commencer. L'éducation était associée à une certaine forme d'emploi. Or, désormais, il y a beaucoup plus d'appelés que d'élus. Pas assez de travail pour une offre surabondante d'intellectuels. Mais, la société a besoin de gens qui réalisent. D'où, faute de mieux, l'immigration. Idem, on ne s'était pas demandé comment on allait fournir la masse de formateurs nécessaires. On a bricolé, et la qualité de l'enseignement s'est effondrée. Un comble. Finalement, le monde a été affecté par les pathologies de l'intellectuel : on s'est mis à croire que la nature obéit aux sophismes. 
Mais ce qui ne tue pas renforce. Aucun changement n'est définitivement raté. Revenons à l'esprit de la réforme et éliminons ses conséquences imprévues, et tout ira mieux. Cultivons notre jardin.
(Prolongement d'un billet précédent : et si la massification de l'enseignement avait été une tentative de libération de l'homme, venue des Lumières ?)

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Christophefaurie 1652 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine