Magazine

repos dominical

Publié le 17 janvier 2016 par Despasperdus

Les médias dominants semblent avoir quelques sueurs froides quant à l'issue des négociations portant sur le travail dominical dans certaines enseignes.

fermeture16012016.JPG

Il faut lire l'article de MM. Menanteau et Farge sur le site de RTL, intitulé : Travail dominical : les risques de contagion sont minces. En matière de propagande néolibérale, ces "journalistes" font dans le genre bulldozer pour les arguments nuancés.

Ainsi, parmi leurs arguments, le fait que 30 % des salariés travaillent le dimanche... Ce qui devrait obliger les autres à suivre leur exemple ! Ils citent ce pourcentage sans étayer plus, sans citer la proportion de ceux qui accomplissent une mission indispensable de service public. Il reste tout de même 70 % de salariés qui bénéficient encore du droit au repos dominical. Ce dernier pourcentage constitue, me semble-t-il, la majorité.

Mais, chez ces zélés serviteurs du capital, la majorité commence à 30 % grâce à la loi Macron, même si ce n'est pas si simple comme ils le soulignent plus loin pour valider les accords...

fermeture17012016.JPG

Autre argument, la concurrence, forcément déloyale, de Amazon, comme si les enseignes citées, FNAC, Darty et d'autres, n'avaient pas leurs propres sites respectifs de vente en ligne ! Tant de malhonnêteté intellectuelle stupéfie !

L'enjeu est d'étendre le travail dominical à l'ensemble de l'économie affirment-ils, mais voilà ajoutent-ils, certains syndicats s'y opposent. Lesquels ?

« La CGT, FO et SUD y sont opposés par principe (ceux des droits acquis et du mépris de la société de consommation). »

Chacun goûtera l'appréciation neutre et objective, indépendante et respectueuse, de ces Messieurs à l'encontre de ces trois syndicats !

fermetureinterdit17012016.JPG

Enfin, les susdits devraient s'intéresser à des pays où la régression sociale est plus avancée, à l'instar de la Hollande, pour se rendre compte que les droits acquis n'existent pas.

Dans un dimanche de merde, l'ami Partageux nous raconte que la banalisation du dimanche, puis celle des ventes de soirée n'ont ni boosté la consommation, ni l'emploi... Comme quoi, la réalité est plus nuancée que les fantasmes néolibéraux des plumitifs précités !


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Despasperdus 4931 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte