Magazine Côté Femmes

Qu’est-ce qu’ils ont que je n’ai pas ?

Publié le 18 janvier 2016 par Lamallette @Lamallette1

Par Élizabeth B. Thivierge

Je me sentais un peu seule et tracassée, alors j’ai ouvert mon ordi et j’ai commencé à écrire. Ça m’a émue, parce qu’avant, je le faisais tout le temps. Ça m’a rappelé que j’avais changé, que j’étais tellement occupée à vouloir devenir quelqu’un que j’avais perdu l’habitude de m’arrêter et d’écrire les vraies choses.

Je me questionne beaucoup sur ma vie. Pas ma vie en tant que telle, parce que je l’aime d’amour, mais ma vie en tant que moi; qu’est-ce que je vaux, moi, de plus que les autres? On va se le dire, je me suis toujours comparée aux autres; qui ne le fait pas? J’ai toujours été soit moins belle, soit plus grosse, soit moins parfaite…Ça a toujours été superficiel, et ça n’a jamais vraiment atteint mon estime, parce qu’au fond de moi, j’étais tellement certaine de qui j’étais qu’aucun critère physique ne pouvait réellement m’atteindre ou me déranger. J’avais confiance en mon audace, en mon dynamisme et en mon charme. Parce que oui, je me permets de croire que j’en ai un peu.

En toute honnêteté, j’écris ceci et je verse des larmes parce que j’ai l’impression d’en parler pour vrai pour la première fois. Juste pitcher mon cœur sur des mots.

Quand tu es petite, on te demande ce que tu veux faire plus tard. Tu t’imagines réussir, devenir forte et impressionnante. Quand tu vieillis, tu réalises qu’être forte, c’est tough. Quand j’y pense, je suis moins audacieuse que je ne le croyais. Et c’est là que ça fait mal pour vrai; je ne suis peut-être pas la plus mince, la plus belle, la plus parfaite, et je n’ai peut-être pas autant de courage que je l’aurais cru.

You are capable of amazing things

Je me compare beaucoup parce que je veux réussir. Chacun a sa définition de la réussite. Je vais l’avouer, j’ai envie de réussir dans beaucoup (trop) de choses. Je sais toutefois que ma valeur première n’en dépend  pas; j’ai la foi, et je crois profondément que Dieu m’aime inconditionnellement peu importe ma place dans ce monde.

Il est tellement difficile de faire sa place ici. Ici où tout le monde finit par essayer et où si peu finissent par accéder à ce qu’on appelle le succès. Que ce soit dans mon travail, dans Youtube, dans mes amitiés…il y a toujours des gens qui ont l’air de mieux réussir. J’ai peur d’être moins aimée, d’être moins reconnue.

J’apprends encore la valeur des vraies choses de la vie; j’ai 24 ans, j’ai encore beaucoup à comprendre. Je sens que cette petite période de ma vie et de mon cheminement va me rendre plus confiante, mais en attendant, j’ai peur. Une vraie peur, celle qui te ronge en dedans alors que tu essaies de la décortiquer pour l’affronter.

Je vais continuer de regarder les autres avancer et chaque jour je me poserai la question : « Mais qu’est-ce que je vaux, moi? Qu’est-ce qu’elle a que je n’ai pas? Pourquoi pas moi? ».

Et puis je vais me rappeler que le succès est éphémère, que ce n’est pas ça la vraie vie, ce qui compte vraiment. Que d’abord et avant tout, je fais ce que je fais parce que c’est ce que j’aime. Que mes gens m’aiment et que je les aime. Qu’on vivra tous un jour ou l’autre des remises en question. Qu’on n’a pas tous la même définition de la réussite.

Et que moi, juste comme ça, je veux rire et sourire.

Believe in yourself a little more


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Lamallette 22602 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine