Magazine France

méthodes de malfrats du #FN : un parti comme un autre ? Pas à #Hayange

Publié le 15 février 2016 par Gédécé @lesechogaucho
france-apaiseeC’est de l’humour… noir ? L’histoire récente du FN le démontre bien peu…. Les faits sont têtus !

Bien entendu, Hayange étant situé dans ma région, j’ai suivi de près l’accession puis la gestion détestable de cette commune depuis qu’Enghelmann, du FN a pris les rênes de cette ville avec la brutalité et les exactions que l’on sait. Bien sûr, j’ai consacrée un article sur la manière dont l’édile s’est cru détenteur à lui seul de la liberté de création et d’expression artistique, en salissant de son mauvais goût inculte,  si peu soucieux du respect dû à l’artiste,   une fontaine de la ville repeinte en bleu. La manière dont deux artistes ont ajouté leur grain de sel à l’œuvre d’Alain Mila, pour protester contre l’action du maire, m’a beaucoup amusé.  J’ai aussi rendu compte de la violence dont l’élu a usé en plein conseil municipal, à l’aide de sa milice, à l’encontre de Gilles Wobedo, le Président de l’association « Hayange en Résistance », et partisan du Parti de Gauche de Moselle Nord.  j’ai proposé à des copains antifas d’alors de nous rendre à la fameuse fête du cochon à la con dudit élu au front bas, histoire de montrer que les nazis et autres identitaires  qui y paradent volontiers avec la bénédiction d’Enghelmann n’avaient pas le champ libre. Aussi, c’est avec un grand intérêt et une certaine satisfaction que j’ai pris connaissance de cet article intitulé  » Hayange : Depuis qu’il a critiqué la municipalité FN, sa tête est mise à prix ». Il recueille le témoignage d’un autre opposant à la folie furieuse,  basée sur la terreur,  de ces gens là qui ne répugnent à aucune pratique d’intimidation, de diffamation parmi les plus ignominieuses, ni à aucune violence. Pour que plus personne ne puisse dire qu’il  s’agit d’un parti comme un autre, et le banaliser comme c’est trop souvent le cas. Extrait :

Juin 2015, je fais un safari photos sur le site des ateliers municipaux, depuis la voie publique, me gardant bien de franchir la clôture. Autour des bâtiments, une végétation sauvage colonise des gravas et des débris hétérogènes, des pots de peinture ouverts perdent leur contenu sur le sol… Mon modeste reportage déclenche les foudres de certains employés communaux totalement dévoués à leur employeur et renforcent les rangs des sympathisants FN. Depuis leurs claviers, ils se déchaînent et déversent sur ma page des flots de propos haineux. Les insultes sont virulentes, et les rumeurs vont bon train depuis qu’Internet propage ce qui, autrefois, n’aurait pas été plus loin que le simple délire de piliers de comptoir. Les ragots de chiotte d’antan sont, aujourd’hui, tracés sur la toile, parfois gravés dans les disques durs. Ma compagne et mon fils, tout juste âgé de trois ans et demi, ne sont pas épargnés.

Un pas de plus est franchi quand les intimidations physiques commencent… Deux personnes viennent stationner leur voiture en bas de mon immeuble et vocifèrent « descends si tu es un homme ! », ce que je me garde de faire. Je reste stoïque sur mon balcon, filmant la scène (que je posterai plus tard sur Youtube).

Ces deux individus sont allés jusqu’à aborder des enfants de la rue qui jouaient dehors pour les mettre en garde : « Ce monsieur, il faut s’en méfier, c’est un pédophile. » J’obtiendrai ensuite le témoignage d’une mère de famille, outrée par ces propos. Le plus excité du groupe, F.C., est un ami du maire, qui fait son éloge dans son autobiographie (2). « Un militant hors pair, ainsi que son amie, qui sont toujours prêts à rendre service, mais aussi à aller à la rencontre des gens », écrit Fabien Engelmann à son propos. (la suite ici)

Alors, un parti comme un autre ? Que l’avenir nous protège de ces fous furieux qui, partout où ils gèrent des villes, sèment les tensions, la haine de l’autre, la violence, le mépris, le racisme et la xénophobie. Une réalité qui va à l’encontre des mots d’ordre des excellents communicants de Marine Le Pen (« la France apaisée, vraiment ? » C’est de  l’humour… noir ?) et son FN, un parti fasciste qui l’illustre tous les jours un peu plus par, en plus de ses idées nauséabondes,  ses méthodes détestables et ses fréquentations douteuses, bien proches d’un nazisme même pas néo. Qu’on se le dise !


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Gédécé 134609 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte