Magazine Société

526° Le pape réaffirme l'homophobie religieuse.

Publié le 16 février 2016 par Jacques De Brethmas

Le service communication du Vatican ne doit plus savoir où donner de la tête. Exactement comme celui de Sarkozy, qui déclare le lundi ne plus vouloir toucher au mariage pour tous et engage le mardi un pilier de la manif pour tous et de Sens Commun, Catherine Giner, au poste de délégué à la famille de sa secte des Républicains.
Au Vatican aussi, on se met le doigt dans l’œil jusqu'au coude en faisant de trop larges signes de croix… On se souvient de "Qui suis-je pour les juger ?"  [les homosexuels] dit dans l'avion au début de son pontificat. Depuis, le discours s'est un peu dispersé.
Au début du synode sur la famille, présenté comme progressif par une presse avide de publicité bien-pensante et d'eau bénite, le pape a pourtant renouvelé son anathème contre l'avortement et toute forme d'union pour les gays.
526° Le pape réaffirme l'homophobie religieuse.
Depuis, sa route est encombrée de scories de scandales, comme la protection par son clergé des actes pédophiles de ses prêtres. Même le cardinal Barbarin, archevêque de Lyon, réputé haute huile vaticane, est actuellement empêtré dans une affaire de dissimulation des trop parfaites initiations de ses petits scouts aux mystères de la nature par leurs dévoués aumôniers.
Voilà aujourd’hui que dans un harmonieux concert de louanges et d'encens, l'ensemble des médias rend compte d'un « grand pas accompli vers l’œcuménisme et la paix » par la rencontre de François l'Argentin et du patriarche Cyrille le Russe.
Pourtant, on est loin du compte, sur tous les tableaux. D'abord, pas plus que le pape ne représente tous les chrétiens, le patriarche Kyril est loin de représenter l'église orthodoxe russe. Il en existe plusieurs dizaines dont voici la liste, et leurs relations sont souvent mauvaises et entachées de bagarres et de vandalisme.
Il y en a même deux dont les prêtres se sont battus comme des chiens à l'intérieur même de l'église du Saint Sépulcre de Jérusalem, détruisant impitoyablement dans le feu de l'action des reliques historiques…
Le seul motif qui les réconcilie, c’est de protester bras dessus – bras dessous contre l'organisation des gay pride à Moscou et à Saint Petersbourg, et de réclamer le durcissement des lois homophobes du pays. A part cela, elles ne sont d'accord sur rien, et divergent sur des choses aussi graves que les textes fondateurs.
Mais ce que chacun des deux pontifes ne parvient pas à faire au sein de ses propres ouailles, ils prétendent le propager entre leurs deux chapelles, en donnant notamment à la presse obéissante et aux croyants ébahis l’image d'une union fraternelle qui n'est que de façade.
Mille ans de guerre froide oubliés en deux heures de parlotte et une signature au bas d'un parchemin…. Vous voudriez nous faire croire cela ?
Remarquez, ils essaient bien de nous faire croire à des choses bien plus invraisemblables… !!!
Il faut lire le parchemin pour se rendre compte que le ciment de cette union est largement constitué de la haine de bouc-émissaires nécessaire à tous les complots.
Voici le texte intégral signé par les deux imposteurs. On y retrouve bien sûr la lénifiante répétition de tout ce qu'ils ont en commun, et la louange de toutes leurs superstitions. Pour faire bonne mesure, on y déplore, dans plusieurs paragraphes, les attaques dont les fidèles sont l'objet dans certains pays de la part de sectateurs du camp d'en face. Les croyant martyrisés, les églises brûlées, etc. C'est vrai que c'est regrettable.
Dommage qu'on n'y trouve pas un mot des mosquées brûlées par les chrétiens, à Bangui, par exemple, et même en Europe et en France où mosquées et synagogues ont fort à faire pour se protéger des agressions, vandalismes et tentatives d'incendie de toutes sortes.
C'est vers la fin que ça se gâte pour nous, pauvres pédés. Aux articles 19 et 20 de leur proclamation, les pontifes resservent leur litanies moyenâgeuses du couple modèle , de la famille formée d'un homme et d'une femme, et du foyer exclusivement dédié à la reproduction de l'espèce à l'exclusion de toute autre fonction.
Belle leçon de maîtres qui ont fait vœu de ne rien connaître de ce qu'ils enseignent.
526° Le pape réaffirme l'homophobie religieuse. ©Galazka/SIPA
A côté de cela, le Vatican déploie des prodiges de diplomatie pour empêcher que l'on révèle la correspondance très privée que le pape précédent, le germanique, a longtemps entretenue avec une femme. C'est là qu'on se demande comment fonctionne leur communication : pour une fois qu'ils en avaient un avec une sexualité conventionnelle, ils devraient plutôt le montrer, ça aiderait à oublier leurs pédophiles...
Heureusement, la diplomatie vaticanesque a des limites, fermement dessinées par les wiki de toutes sortes qui veillent à faire circuler l'information divine par des voies qui ne sont pas celles du seigneur.
Tout cela pour dire que, depuis la fin de l''inquisition, la religion n'a fait aucun progrès, aucune avance, aucune mise à jour, et qu'elle limite ses plaintes et lamentations aux seuls domaines et ouailles dont elle croit avoir quelque chose à gagner.
La paix et l'harmonie universelles ne sont pas pour demain. L'hypocrisie reste le fondement de leur foi.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Jacques De Brethmas 464 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine