Magazine Cinéma

Renault a eu une Vision: Alpine renaîtra de ses cendres en 2017

Par Jsbg @JSBGblog

Renault a eu une Vision: Alpine renaîtra de ses cendres en 2017

Vieux serpent de mer à l’arrivée prédite et contredite mille fois, la renaissance de la marque Alpine est enfin définitivement confirmée. C’est Carlos Ghosn himself, CEO du groupe Renault-Nissan, qui a fait le déplacement à Monaco dans le cadre d’un rassemblement d’Alpine A110 de collection pour dévoiler le modèle que vous avez sous les yeux: l’Alpine Vision. Sa forme vous rappelle sans doute quelque chose: d’abord le concept car Celebration dévoilé l’an passé, mais surtout la fondatrice de la dynastie, la berlinette A110, présentée pour la première fois en 1961.

Les ficelles de Renault sont assez grossières: donner à la nouvelle venue un maximum de ressemblance avec son illustre ainée et renouer ainsi directement avec la partie « noble » de l’histoire d’Alpine », histoire de faire oublier la très triste façon dont le constructeur au losange avait tué sans ménagement la marque dans les années 90. Rappel des faits: fondée à Dieppe, en France, par Jean Rédélé en 1955, la marque devient célèbre grâce à son modèle A110, la fameuse “Berlinette” précitée, qui se couvre de gloire sur les pistes de rallye du monde entier. En 1973, Renault rachète Alpine. Progressivement, les modèles proposés sont de moins en moins aboutis (on verra même le blason Alpine apposé sur une hideuse R5). Et en 1995, après un total de 26’666 voitures produites, la marque disparaît.

Enfin… (soupir). Laissons le passé là où il est et penchons nous sur cette Vision. Ne nous y trompons pas: malgré le fait qu’elle soit désignée sous le terme de concept car, elle est sans doute très proche du modèle définitif. Le directeur du design d’Alpine, Antony Villain (qui pourtant dessine de jolies voitures) déclare que le style du futur modèle de série se rapproche à 80% de ce concept. Mouais. En gros, à part les rétros et quelques petits détails, on voit mal ce qui pourrait encore changer. Le moteur serait un quatre cylindres turbocompressé monté en position centrale arrière, avec des performances sportives affirmées: le 0-100 km/h serait franchi en moins de 4,5 secondes. A l’intérieur, baquets en métal ajouré matelassés de cuir, ceintures harnais, palettes au volant et inserts en aluminium et carbone viennent souligner le caractère sportif de la bête. Le bloc instruments du tableau de bord est présenté sous la forme d’un écran LCD personnalisable.

Avec ce futur modèle, Renault s’attaque au segment des coupés et roadsters sport déjà encombré par les Alfa 4C et bien entendu les Porsche 718 (ne l’appellez plus jamais Boxster), et déclare viser un volume de ventes annuel  en vitesse de croisière de 200’000 unités, soit l’équivalent de Porsche, excusez du peu. Visiblement, on souffre un peu de bipolarité du côté du losange: après avoir fait disparaître Alpine, voilà que l’on lui attribue des qualités de Phénix. Pour comparer ce qui est comparable, la production annuelle de Lotus, marque au positionnement similaire, se situe aux alentours des 2’700 véhicules.

Bref, ne boudons malgré tout pas notre plaisir et attendons le Salon de Paris cet prochain automne: c’est là que le modèle définitif sera présenté, avant une commercialisation prévue en 2017. Fabriquée dans l’historique usine de Dieppe, cette Alpine deux point zéro sera d’abord disponible en Europe avant de partir à la conquête du monde, Etats-Unis compris.

– Jorge S. B. Guerreiro

alpine-reno-web-765
alpine-reno-web-767
alpine-reno-web-759
alpine-reno-web-758
alpine-reno-web-764
alpine-reno-web-782
alpine-reno-web-756


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Jsbg 208570 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte