Magazine Finances

Les Belges se sentent-ils encore protégés par l’État-providence ?

Publié le 23 février 2016 par Questions Capitales

Non, sûrement pas. À peine un Belge sur six se trouve encore de nos jours suffisamment protégé par notre sécurité sociale. 

Les limites de l’État-providence

Notre État-providence a parfaitement fonctionné pendant plusieurs dizaines d’années et il a fourni tout ce dont les gens avaient besoin. De nouveaux avantages sont régulièrement venus s’ajouter. Mais la crise des dernières années a démontré que ceci ne pouvait continuer comme cela indéfiniment. Dorénavant, il faudra également faire des économies dans la sécurité sociale. Comment le Belge actif voit-il cette évolution ?

Des jours sombres
Les économies dans ce secteur ont clairement une influence sur la perception de la protection offerte par la sécurité sociale.

  • À peine 16% des Belges actifs trouvent qu’ils sont suffisamment protégés.
  • À peine 1 un Belge actif sur 5 a confiance que les pouvoirs publics pourront continuer à payer les pensions au moment où il ira à la retraite.
  • Un Belge sur 2 se fait du souci concernant une éventuelle perte de revenus.
  • En outre, 1 Belge sur 2 s’en fait pour l’avenir de l’État-providence.
  • Et près des trois quarts des répondants s’attendent à ce que les pouvoirs publics se voient obligés de réduire la sécurité sociale.

bescherming.art4.FR
Faire plus soi-même

La conséquence de tout ceci est que presque les trois quarts des gens qui s’attendent à ce que les choses aillent moins bien, décident de prendre eux-mêmes des mesures supplémentaires pour compenser cette diminution de la protection sociale. Ces mesures consistent entre autres à faire plus d’économies et à prendre des assurances supplémentaires. Les assurances-vie jouent ici un rôle. Une assurance-vie est en effet pour le Belge synonyme de protection et de sécurité.

Mais l’employeur doit également faire plus. 

Plus de la moitié des employés s’attendent à plus d’assurances supplémentaires (p.ex. assurance de groupe, revenu garanti, maladie et hospitalisation…) de la part de son employeur.

Les indépendants feront également plus via leur activité professionnelle 

3 indépendants sur 5 vont certainement ou vraisemblablement prendre (encore plus) d’assurances complémentaires pour être mieux armés quand la protection sociale des pouvoirs publics diminuera.

Revenu garanti, luxe ou nécessité ?

Un peu moins de 2 Belges actifs sur 5 disposent actuellement d’une épargne suffisante pour surmonter une période de perte de revenus de trois mois sans tenir compte d’éventuels revenus de remplacement. De très nombreux Belges actifs qui doivent subitement faire face à une maladie de longue durée ou une perte d’emploi, ne sont par conséquent pas prêts à affronter une perte financière subite. C’est donc tout à fait logique que beaucoup de gens s’en font pour une éventuelle perte de revenus.

Une assurance revenus garantis, que ce soit ou non via l’employeur ou la société, offre une protection contre une éventuelle perte de revenus. 2 Belges actifs sur 5 disposent déjà d’une telle assurance.

Enquête 

Les résultats abordés dans cet article proviennent de l’Étude Nationale de Santé 2015 de Delta Lloyd Life. Cliquez ici pour plus informations.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Questions Capitales 330 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine