Magazine Politique

Sœurs sourires

Publié le 23 février 2016 par Rolandlabregere

C’est une forme inédite de câlinothérapie qui vient de voir le jour et qui pourrait faire école pour les élus en bute à des tracasseries citoyennes. La scène primitive de cet élan clérico-républicain s’est instituée à Ronchamp (Haute-Saône) à la chapelle Notre-Dame-du-Haut. Le Bien-Public qui rapporte l’information dans petit article parle de Rédemption. Diable, de quelle faute ce rachat (du latin Redemptio) est-il le nom ?

Retour sur l’épisode précédent. Il reste dans les mémoires qu’une citoyenne bourguignonne interpelée par l’augmentation de 380€ de l’indemnité mensuelle des élus du nouveau conseil régional fusionnant les régions Bourgogne et Franche-Comté avait été à l’initiative d’une pétition sur Change.org. qui a recueilli 21500 signatures. La nouvelle équipe régionale s’était prononcée dès la première réunion en assemblée plénière le 4 janvier pour cette augmentation. Le Monde (20/02/2016) revient sur les épisodes de ce qui apparaît comme un couac régional. De ces événements, la présidente de la Région s’est dite « meurtrie » par « l’opprobre » jetée sur sa décision. C’est ce que rapporte LeMonde.fr. qui indique que la présidente, face au dilemme « renoncer à la hausse ou persévérer » a répondu qu’elle « ne s’interdisait rien ».

La suite est livrée par le Bien Public (21/02/2016). Pour mettre à distance l’événement de la pétition citoyenne « qui n’en finit pas de polluer son début de mandat au conseil régional », la présidente de la région est allée se « ressourcer » à Ronchamp « avant de s’entretenir avec les sœurs de l’ordre des Clarisses ». Une photo est jointe à l’article montrant une joyeuse et complice accolade entre la présidente et « sœur Brigitte ». En lui-même, l’événement est d’une grande banalité. Toute personne cherche comme il le souhaite les modalités de réconfort qui lui convient. La laïcité met toutes les citoyens à égalité, ceux qui veulent croire et ceux qui ne le veulent pas. Les choix personnels relèvent de la responsabilité individuelle. A ce titre la présidente peut « se ressourcer » dans les lieux de ses choix. Est-il nécessaire pour autant de convoquer photographes et journalistes pour signifier et annoncer urbi et orbi ses choix et ses options ? S’agit de faire un clin d’œil à un culte particulier ? Si cela était, cela voudrait-il signifier qu’il existerait un culte officiel à la région Bourgogne Franche-Comté ? Las ! la présidente de la région est un personnage public. La neutralité prônée dans les professions de foi doit s'incarner dans l'exercice du mandat. La loi protège l’exercice des cultes. La République ne reconnaît aucun culte. Le dire, c’est bien, le mettre en pratique c’est encore mieux !

Une nouvelle maladresse après le vote sur les indemnités ? On aimerait le croire. A moins que le dévoilement de ce "ressourcement" ne soit un acte de com’ bien orchestré. Les voies de la communication sur la laïcité sont aujourd’hui impénétrables. Ne rien s'interdire, est-ce tout s'autoriser ?


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Rolandlabregere 12 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines